Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 23:00

LE MONDE

Dans son appartement, à l'est de Pékin, Ding Zilin s'étonne toujours du temps et de l'argent que dépense le gouvernement pour la surveiller. Pour la voir, il faut faire vérifier ses papiers à l'entrée de la résidence, que le gardien donne un coup de fil aux policiers de garde. Mme Ding peut recevoir des journalistes étrangers, mais on l'empêche de sortir de chez elle à cette période sensible.

Quelques jours auparavant, le 17 mai, le groupe des Mères de Tiananmen a organisé en secret une réunion de commémoration de la répression des manifestations démocratiques de juin 1989. Cette rencontre se tenait au domicile de Zhang Xianling, autre pilier de l'association avec Mme Ding. La police secrète a prévenu qu'il ne devait pas y avoir de journalistes étrangers. Au dernier moment, Ding Zilin, 72 ans, fut bloquée chez elle : "Je ne pensais pas qu'ils oseraient. Ils ont cru qu'en m'arrêtant, la réunion n'aurait pas lieu, ils sous-estiment notre courage et notre capacité d'organisation", dit-elle.

Cinquante membres se sont quand même rassemblés. "On est désarmés face au gouvernement, on est très faible. Mais moralement, on est extrêmement forts. Eux sont des lâches !", ajoute, dans sa diction lente, l'ancien professeur d'histoire de l'esthétique occidentale de l'université du Peuple - elle y tient, elle n'a jamais enseigné la théorie, "trop politique", dit-elle, cela "lui rappelait la révolution culturelle".

Si elle répète avec tant de patience son histoire, c'est que le silence autour de son action est assourdissant. "Les proches des victimes ne peuvent pas s'exprimer en Chine, les médias n'en parlent pas, il est interdit de commémorer. Pire, ils sont persécutés. La répression du 4 juin (1989) continue vingt ans après", nous dit l'écrivain Yu Jie, un des intellectuels et dissidents proches des Mères de Tiananmen.

Dès la reprise en main sanglante de la nuit du 3 au 4 juin 1989, où l'armée reçoit l'ordre d'utiliser la force, les proches des victimes verront s'ajouter au deuil, le devoir se taire. Xu Jue, une autre des Mères de Tiananmen, se souvient de cette nuit où elle partit avec son mari à la recherche de leur fils dans Pékin, à vélo.

Wu Xiang-dong avait 21 ans, il était ouvrier et suivait des cours du soir à l'université. "On a fait cinq hôpitaux, puis on l'a trouvé. Son nom était le premier sur la liste. Je me suis évanouie, puis j'ai imploré les médecins de le sauver. Un médecin pleurait, disait que les militaires ne les avaient pas laissé soigner les étudiants blessés. Mon fils était au milieu de cadavres alignés dans les garages à vélo. Un médecin a dit qu'il fallait prendre le corps avant le 7 juin, sinon l'armée le brûlerait. C'était interdit, il a fallu faire un faux certificat de décès par maladie. On a trouvé une voiture, j'ai continué à nettoyer le corps pendant le trajet, il avait reçu une balle dans l'épaule. En évitant les barrages, on s'est rendu dans un crématorium peu contrôlé pour l'incinérer", dit-elle.

Mme Xu et son mari, chercheurs dans l'aéronautique, voient autour d'eux se déployer l'entreprise de normalisation et de déni du régime : "Tout le monde savait pour notre fils. Mais il fallait participer aux séances d'autocritique dans l'unité de travail ; on devait se critiquer les uns les autres. Moi, je voulais crier, pleurer, je ne pouvais pas ! Les collègues étaient quand même compatissants." Mme Xu partit ensuite plusieurs années dans une université allemande où elle parvint, dit-elle, à retrouver un équilibre psychologique.

A son retour, elle rejoindra les Mères de Tiananmen, créée par Ding Zilin en 1994. Mme Ding, dont le fils lycéen de 17 ans, Jiang Jielian, qu'elle n'avait pas pu empêcher de sortir le soir du 3 juin, pour "protéger les étudiants", a reçu une balle en plein coeur. Elle a mis plusieurs années à émerger de son traumatisme - elle tenta plusieurs fois de se suicider - et à passer à l'action. "Les amis qui nous consolaient n'avaient pas vécu la même chose. J'ai appris qu'une autre famille d'intellectuels avait perdu leur fils. C'était Zhang Xianling, on s'est parlé quarante minutes au téléphone, c'était un soulagement énorme de partager quelque chose."

En 1991, Mme Ding est la première à raconter à la presse étrangère les circonstances détaillées de la mort de son fils. Elle et son mari, directeur au même département de philosophie de l'université, sont alors renvoyés de l'université, du parti et mis à la retraite. En 1993, Mme Ding rédigera une lettre à l'attention d'une conférence des Nations unies sur les droits de l'homme qui détaille la mort de 16 personnes.

Elle n'aura de cesse, avec un nombre croissant de parents, de répertorier les victimes et d'amasser des détails sur les circonstances de leur mort, dans des lettres puis sur un site Internet bloqué en Chine. Son action dérange. En 1995, à l'approche de la Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, elle et son mari, tous deux alors en province, sont détenus pendant quarante-trois jours : "Il y avait sept voitures de police pour nous deux. Comme pour des criminels !", s'émeut-elle.

Malgré le harcèlement permanent, les Mères de Tiananmen dressent en 1994 un premier bilan de 96 victimes, puis de 155 en 2004 et 198 en 2009. Mais les militantes de la vérité peinent à venir à bout des résistances parmi la population : "Plein de gens qu'on identifie n'osent pas donner l'identité et des informations sur leur proche disparu. Les veuves craignent de perdre leur emploi ou que leurs enfants aient des problèmes, explique Mme Xu. Pour les étudiants de province qui sont morts, les gens n'ont pas récupéré les corps."

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:47



FRANCE TIBET - ILE DE FRANCE

Bertrand Delanoë a annoncé qu'il recevra le Dalaï lama à la mairie de Paris, après une hésitation à laquelle nous avons fait allusion dès l'annonce de la visite en France du leader tibétain, en relation avec la diplomatie, la politique française, mais aussi avec les pressions de la Chine.

Le porte-parole du maire de Paris a indiqué le 26 mai que Bertrand Delanoë recevra le Dalaï lama lors de sa visite en France prévue du 6 au 8 juin ajoutant qu'il ne pouvait "confirmer quelque date ou créneau horaire que ce soit". Selon la station de radio RTL, le Dalaï lama a confirmé qu'il assistera à une "petite cérémonie, moins ambitieuse que prévue".

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a précisé : "Le maire de Paris fait ce qu'il veut. Cela engage le maire de Paris, [mais pas la France]". De son côté, le Ministère des Affaires étrangères a ajouté que le Dalaï lama "sera à Paris pour recevoir la distinction de citoyen d'honneur qui lui a été attribuée en 2008. Il s'agit d'une initiative prise par la Ville de Paris en toute indépendance", ajoutant qu' "aucune demande n'a été faite, aucune rencontre n'est prévue avec un représentant du gouvernement français. Nous considérons que la visite du Dalaï-lama à Paris ne doit pas avoir d'impact sur la qualité de nos relations avec la Chine". Le 7 mai, la Chine s'était déjà exprimée contre la remise du titre demandant à la Ville de Paris de cesser ses "ingérences dans les affaires intérieures chinoises". Le 28 mai, la Chine a réagi à l'annonce de la réception à la mairie de Paris en déclarant que l'invitation du Dalaï lama par le maire de Paris à visiter la capitale pourrait affecter les relations sino-françaises récemment réactivées.

Le Dalaï-lama effectue actuellement une tournée européenne incluant le Danemark, l'Islande, les Pays-Bas et la France. Le 28 mai, le conseil municipal de Varsovie a lui aussi attribué au Dalaï lama le titre de citoyen d'honneur de la capitale polonaise, déclarant : « En tant que conseillers municipaux d'une ville si lourdement éprouvée par l'histoire, nous avons le droit moral et le devoir d'honorer un homme qui cherche pour ses compatriotes et pour son pays la liberté et la souveraineté dont nous jouissons nous-mêmes depuis vingt ans », bien qu'en réalité le Dalaï lama ne demande plus l'indépendance depuis la fin des années 70, mais une autonomie réelle pour la sauvegarde de la culture et de l'identité tibétaine gravement menacées.

Le Dalaï lama donnera une conférence publique ayant pour thème « éthique et société » le dimanche 7 juin de 14 h à 16 h au Palais Omnisport de Paris Bercy (cf. article AgoraVox sur la conférence du Dalaï lama), un évènement rare et réjouissant dont nous souhaitons vivement qu'il bénéficie au plus grand nombre, tant les valeurs de sagesse et d'humanisme prônées par le leader tibétain sont plus importante que jamais dans une actualité dominée par la crise économique, la prééminence du profit sur les droits humains, et les difficultés dans les interactions internationales
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:14



AUJOURD'HUI LA CHINE

La rencontre "privée" du Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen avec le dalaï lama, chef spirituel des tibétains, a suscité une controverse au Danemark où des partis ont critiqué le maquillage de cette entrevue pour ne pas heurter la Chine.

M. Rasmussen recevra vendredi 29 mai le dalaï lama, dès son arrivée au Danemark, à la résidence de Marienborg (nord de Copenhague), tout comme son prédécesseur, Anders Fogh Rasmussen, l'avait fait en 2003, en dépit des protestations de la Chine.

Mais cette entrevue n'a pas pour but "de mener des discussions politiques, et n'est donc pas une réunion politique" a-t-il déclaré jeudi au journal télévisé de la 1ère chaîne publique DR. "Je rencontre le dalaï lama en tant que chef spirituel (des Tibétains) et lauréat du Prix Nobel" de la paix a-t-il souligné, réitérant les mêmes propos tenus mardi, où il affirmait "le caractère privé" de cette rencontre.

La présidente du parti social-démocrate (opposition), Helle Thorning- Schmidt, qui s'entretiendra samedi avec le dalaï lama, s'est déclarée choquée par cette annonce du chef du gouvernement. "Lars Loekke (Rasmussen) ne rencontrera pas le dalaï lama en tant que personne privée, mais comme Premier ministre", a-t-elle affirmé à DR, dénoncant le "maquillage" de cette réunion.

 

Le porte-parole du Parti du peuple danois (extrême droite), principal soutien parlementaire du gouvernement libéral-conservateur, a critiqué également la déclaration du Premier ministre. "Il (le dalaï lama) est (au Danemark) pour rendre visite au Premier ministre, et non pas pour visiter Lars de Graested", le village où habite le dirigeant libéral danois, a-t-il affirmé.

Pour le professeur en droit administratif Tim Knudsen de l'université de Copenhague, "il est impossible pour le Premier ministre de présenter cette réunion comme privée d'autant qu'elle se déroulera dans la résidence officielle du chef du gouvernement". "C'est de la pure fiction" a-t-il estimé, cité par l'agence Ritzau.

L'ambassade chinoise à Copenhague avait protesté la semaine dernière contre cette visite, rappelant que le Tibet faisait partie intégrante de la Chine. Le chef spirituel des Tibétains devait également rencontrer samedi des membres des commissions de politique étrangère et des affaires extérieures du parlement.

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:11



AUJOURD'HUI LA CHINE

Les cabinets employant des avocats traitant des dossiers sensibles font l'objet de pressions des autorités pour que leurs licences ne soient pas renouvelées. A défaut, l'activité de ces cabinets pourrait être compromise dans le futur. 

Plus de 20 avocats étant intervenus dans des affaires "sensibles" en Chine font face à des difficultés pour obtenir le renouvellement de la licence d'exercice de leur profession. Les autorités juridiques de Pékin feraient pression sur les cabinets employant ces avocats pour qu'ils ne soutiennent pas le renouvellement de leurs licences.

Leur point commun : avoir défendu des clients peu appréciés du régime, qu'ils soient manifestants tibétains ou expropriés, membres du Falungong ou parents d'enfants morts dans des écoles du Sichuan et s'interrogeant sur la disproportion entre le nombre d'écoles et de bâtiments du gouvernement effondrés.

Conséquences négatives sur l'activité des cabinets

Les autorités auraient précisé à la direction de leurs cabinets, lors de rencontres ou par téléphone, que continuer de les employer à l'avenir pourrait avoir des conséquences négatives sur leurs activités, une menace à peine voilée. Selon certains de ces avocats, leurs cabinets seraient implicitement incités à soumettre des demandes de renouvellement incomplètes ou assorties d'avis défavorables pour pouvoir justifier un rejet du dossier.

"Ces avocats des droits de l'Homme risquent d'être punis pour avoir pris en charge des dossiers "sensibles" de droits humains et pour avoir demandé que la direction de l'Association des avocats de Pékin contrôlée par le gouvernement soit élue au suffrage direct déclare Wang Songlian, coordinateur des recherches de l'association China Human Rights Defender, Les avocats des droits de l'Homme font face à ces mesures punitives dans le cadre des efforts des autorités pour resserrer le contrôle sur la dissidence alors que le 20e anniversaire du massacre de Tiananmen approche".

Selon un document publié le 14 avril dernier par le Bureau juridique de Pékin détaillant les procédures d'enregistrement, les avocats doivent présenter leurs demandes de renouvellement annuel de licence professionnelle avant le 31 mai 2009. Ceux qui n'arriveraient pas à les faire renouveler ne pourraient plus exercer.

Les intimidations d'avocats prenant part à des affaires jugées sensibles par les autorités sont fréquentes en Chine. Le 13 mai dernier, Zhang Kai et Li Chunfu, deux avocats, ont été arrêtés et frappés dans un poste de police de Chongqing après avoir rencontré la famille d'un homme décédé dans un camp de "rééducation par le travail" et dont la mort n'avait donné lieu à aucune enquête.

L'année dernière, Teng Biao et Jiang Tianyong, deux avocats qui avaient proposé de défendre des Tibétains arrêtés lors des manifestations de Lhassa s'étaient s'étaient vus refuser le renouvellement de leurs licences professionnelles à la même période. Un troisième avocat, Xie Yanyi, qui travaillait sur des affaires sensibles s'était vu opposer le même refus.

Le cabinet de Jiang Tianyong, spécialisé dans le droit des affaires, avait d'abord reçu par internet un avis de non-renouvellement concernant tous les avocats. Le bureau des affaires juridiques de Pékin avait par la suite limité l'interdiction à seulement deux personnes puis seulement à M. Jiang, avant de renouveler sa licence avec un mois de retard.

 

Gestion erronée des dossiers

La procédure semble de nouveau poser problème pour Jiang Tianyong en 2009, alors que la date limite du 31 mai approche.

Outre les intimidation sur les avocats traitant des droits de l'Homme eux-mêmes, les pressions sur les firmes les employant - dont l'activité est pourtant essentiellement liée au droit des affaires - semblent se généraliser.

"Le contrôle sur le renouvellement annuel des licences reste l'un des principaux obstacles à l'indépendance des juristes en Chine" explique Sophie Richardson, directrice Asie de Human Rights Watch. "Même lorsque les cabinets qui ont fait l'objet de pressions décident de rester du côté de leurs avocats, ce type d'interférences a un effet dissuasif sur les juristes" poursuit-elle.

L'un des avocats concernés est Li Xiongbing. L'administration de son cabinet lui a transmis un message provenant du Bureau juridique de Pékin stipulant que sa licence ne sera pas renouvelée pour avoir géré certains dossiers "erronément", selon la presse hongkongaise. L'erreur professionnelle invoquée pour l'empêcher d'exercer sa profession à l'avenir ? Lors d'une de ses plaidoiries en défense d'un adepte du Falungong, il aurait qualifié le mouvement spirituel honni du gouvernement de "groupe religieux".

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:04
SOURCE : http://www.tibet.fr/



François Bruxeille était un fervent militant déterminé à aider le peuple du Tibet.
Il était l'un des fondateurs de l'association marseillaise " Tibet Destination Rangzen " .
François Bruxeilles vient de nous quitter cette semaine, il luttait contre une grave maladie .

France-Tibet se joint à tous ceux qui l'ont apprécié pour saluer et remercier François pour la sincèrité de son combat: la liberté pour le peuple du Tibet.
France-Tibet présente son soutien à sa femme Françoise, à son fils, à sa famille et à ses amis.
Tout comme le dit notre ami Patrick,
" le plus bel hommage à rendre à François est de continuer la lutte pour pour la liberté duTibet, un combat très cher à François."
Communiqué Patrick Bonnasieux, Lions des Neiges, France Tibet

Ci-après le message de laTSGL , ensemble des Associations pro-tibétaines qui ont l'habitude de se rénuir tous les deux ans.
Alison Reynolds
In Memoriam, François Bruxeilles


Date: Jeudi 28 Mai 2009, 15h50

We are very sorry to learn of the death of François Bruxeilles, a long-time supporter of freedom and independence for Tibet from France. Benoit, ITSN's Steering Committee member in France, says that François was the leader of Tibet Liberté Solidarité, before creating and leading Tibet Destination Rangzen. In March 2009, he was not able to join the Uprising march in Marseille for the first time, because of his serious illness.

His colleagues in l'Association Nos Amis de l'Himalaya have made this touching tribute, and we extend our condolences to all who knew François:

"l'Association " Nos amis de l'himalaya" rend un immense hommage à François Bruxeilles qui est mort cette semaine des suites d'une grave maladie. Cet homme a dédié toute sa vie à la défense du peuple tibétain, il a ètè notre force, notre moteur et pour lui nous allons continuer a dèfendre la justice au tibet .
il a été aussi et surtout notre ami. .
Que tous les Bouddhas t'accompagnent François Bruxeilles
l'histoire ne s'arrete pas là."

Alison

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:08

Comme quoi....(ndlr)

CYBERPRESSE. CA

Agence France-Presse
Varsovie

Le conseil municipal de Varsovie a attribué à l'unanimité jeudi au dalaï lama le titre de citoyen d'honneur de la capitale polonaise, a déclaré à l'AFP le porte-parole du conseil Slawomir Paszkiet.

«En tant que conseillers municipaux d'une ville si lourdement éprouvée par l'histoire, nous avons le droit moral et le devoir d'honorer un homme qui cherche pour ses compatriotes et pour son pays la liberté et la souveraineté dont nous jouissons nous-mêmes depuis vingt ans», ont proclamé les élus varsoviens dans une déclaration.La distinction doit être remise au chef spirituel des Tibétains lors de sa prochaine visite à Varsovie fin juillet.

Le dalaï lama avait participé en décembre à Gdansk (nord de la Pologne) aux cérémonies du 25e anniversaire du prix Nobel de la paix de Lech Walesa, dirigeant historique du syndicat Solidarité.

En marge des cérémonies, le dalaï lama y a rencontré, malgré les avertissements répétés de la Chine, le président français Nicolas Sarkozy, alors président en exercice de l'Union européenne. Il a aussi été reçu par le président polonais Lech Kaczynski.

Ces rencontres ont provoqué de vives protestations de Pékin qui accuse le dalaï lama de séparatisme, ce que celui-ci dément, revendiquant seulement une certaine autonomie pour le Tibet.

Le responsable religieux tibétain vit en exil en Inde depuis 1959.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 10:07


A lire sur


ce très bon article tiré d'un livre qui sera vraisemblablement sur nos stands au cours de la Semaine pour le Tibet de cet été au Monétier les Bains (05220) du 3 au 8 août
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 09:22

METRO

De retour du Bhoutan, dans l'Himalaya, où il a réuni les volontaires et les bienfaiteurs de son association caritative Karuna-Shechen, Matthieu Ricard a fait escale, ce mercredi à Metro.



Souriant et curieux de tout, le moine bouddhiste le plus connu des Français, fils du philosophe Jean-François Revel et porte-parole du dalaï-lama, a longuement évoqué à cette occasion ses engagements - dans l'humanitaire et les neurosciences - ainsi que la situation au Tibet.

La France accueille la semaine prochaine le dalaï-lama, qui va donner une grande conférence à Bercy. Qu'en est-il de la situation au Tibet ?
Le pays a été l'objet de l'attention des médias l'an passé, au moment des Jeux olympiques en Chine, à cause de la répression qui s'y déroulait. Aujourd'hui, on en parle moins mais rien n'a changé : Pékin maintient une chape de plomb, construisant des casernes un peu partout, quadrillant les monastères bouddhistes.

Y a-t-il un risque de perdre la culture bouddhique tibétaine à mesure que Pékin renforce son contrôle sur la région ?
On compte aujourd'hui 150 000 Tibétains en exil, ce qui ne représente qu'un soixantième de la population. Ça ne suffit pas à faire survivre une culture, même si le gouvernement tibétain en exil consacre 30% de son budget à l'éducation. Le sort ultime de la culture bouddhique tibétaine dépendra de ce qui se passera au sein du pays. Le dalaï-lama, pourtant viscéralement optimiste, a récemment dit que la culture tibétaine était dé­sormais en danger de mort...

Que faire pour convaincre Pékin de relâcher la pression ?

Les Chinois ne sont pas sensibles aux pressions et personne ne veut jouer au kamikaze avec la Chine. Le dalaï-lama demande une forme d'autonomie prévue par la Constitution chinoise, pour rendre les choses possibles. Mais il y a un manque de bonne volonté de Pékin qui pense avoir toutes les cartes en main pour jouer la force. Et puis, il y a une telle mentalité dogmatique en Chine que ses dirigeants ne savent pas comment changer de cap. Ils auraient trop peur de perdre la face. On peut penser aussi qu'ils ne sont pas assez confiants dans leur système pour s'ouvrir. Ils ont sans doute peur que, s'ils accordent l'autonomie au Tibet, d'autres régions suivraient, un peu comme cela a été le cas pour l'URSS.

L'Union européenne peut-elle faire quelque chose ?
Oui, mais à condition de parler d'une seule voix ! Quand la France a élevé le ton par rapport à la situation au Tibet l'an passé au moment des JO, Pékin a contre-attaqué férocement. En Chine, les chauffeurs de taxi refusaient alors de "prendre les chiens et les Français". Carrefour a été victime de boycott. Si l'Europe fait front, Pékin ne pourra pas se comporter de la sorte parce que ce pays a besoin des machines allemandes pour faire fonctionner son industrie et aussi besoin des consommateurs européens.

Parlez-nous de votre association humanitaire, Karuna-Shechen...
Il y a dix ans, alors que le Tibet jouissait d'un peu plus de liberté, nous avons pu construire de petits dispensaires. Puis, à la suite du succès du Moine et le philosophe, ce livre écrit à quatre mains avec mon père, j'ai investi tout l'argent gagné grâce à cet ouvrage dans de nouveaux projets. A ce jour, nous en avons mené à bien 40 et nous avons investi 7 millions d'euros dans la région de l'Himalaya. Nous dispensons 100 000 services médicaux par an, construisons des ponts et scolarisons 7 000 enfants. Aider Karuna-Shechen, c'est sans doute la seule raison pour
laquelle je redescends de mon ermitage !

Vous êtes également très impliqué dans les recherches en neurosciences...
Si les projets humanitaires me tiennent à cœur, participer à des recherches scientifiques en neurosciences sur les bienfaits de la méditation me passionne tout autant. Je suis des deux mondes. Entrevoir comment ces techniques millénaires, mais extrêmement vivantes, peuvent contribuer au bien-être, au développement des valeurs altruistes et à l'équilibre émotionnel est une aventure extraordinaire.

Comment êtes-vous devenu moine bouddhiste ?
En 1967, j'avais 20 ans et j'étais étudiant à la faculté des sciences à Paris. Je m'apprêtais alors à entrer à l'Institut Pasteur, où j'ai fait ma thèse plus tard. A cette même période, je me suis rendu à Darjeeling, en Inde, après avoir vu des documentaires à la télé d'Arnaud Desjardins sur des maîtres tibétains qui avaient fui l'invasion communiste chinoise. Pour moi, les connaître, c'était comme de croiser des Saint-François d'Assise de notre temps. Leur rencontre a été déterminante pour trouver un sens à mon existence et une direction à suivre. La qualité humaine de ces personnes m'a inspiré et continue de le faire. Maîtres et grands sages, ils vous montrent ce que vous pouvez devenir. Ils sont l'exemple vivant de ce qu'ils enseignent.

Tibet

Cinquante ans d'insurrection
Les Tibétains célèbrent cette année les 50 ans d'une insurrection manquée contre le joug chinois sur la région. Le soulèvement du 10 mars 1959 et sa répression par Pékin eurent pour conséquence la fuite vers l'Inde du dalaï-Lama, des membres de son gouvernement et d'environ
80 000 Tibétains.

Le gouvernement tibétain en exil, depuis son siège de Dharamsala, petite ville située au nord de l'Inde dans les contreforts de l'Himalaya, a développé, sous la conduite du dalaï-lama, une résistance non violente à l'occupation chinoise dans la région.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 22:59

AFP

PEKIN (AFP) - La Chine a renforcé son contrôle sur les dissidents avant le 20e anniversaire la semaine prochaine de la répression du mouvement prodémocratique de Tiananmen, ont déclaré mercredi des dissidents et leurs proches.

Bao Tong, 76 ans, ancien haut responsable communiste qui a passé plusieurs années en prison pour avoir sympathisé avec les étudiants en juin 1989, a été emmené par la police hors de Pékin, où se trouve son domicile, a déclaré son fils, Bao Pu.

"On ne l'a pas forcé. Ils étaient contents qu'il ne résiste pas", a dit Bao Pu depuis Hong Kong à l'AFP.

Bao Tong se trouve à Huangshan, célèbre pour ses paysages de montagnes, dans l'est de la Chine. Il doit revenir à Pékin le 7 juin, a ajouté son fils.

Bao Tong était le bras droit de Zhao Ziyang, le secrétaire général du Parti communiste destitué pour s'être opposé au recours à la force en juin 1989.

Un autre dissident, Qi Zhiyong, qui avait perdu une jambe après avoir été atteint par une balle lors de la répression, a expliqué avoir été forcé par la police de quitter Pékin lundi. Mais, a-t-il dit, il a dû revenir dans la capitale, car il avait oublié d'emporter ses médicaments.

"Actuellement, ils renforcent la surveillance sur moi et ils m'accompagnent partout où je vais", a-t-il indiqué à l'AFP.

Un autre dissident, Jiang Qisheng, a expliqué que la police se trouvait à l'extérieur de sa maison de Pékin 24 heures sur 24 et le suivait en permanence.

Jiang, un professeur de philosophie, a passé quatre ans en prison, pour avoir appelé à commémorer l'anniversaire des dix ans de la répression en 1999.

Dans la nuit du 3 au 4 juin, après six semaines de manifestations pro-démocratiques et pacifiques à Pékin et la proclamation de la loi martiale le 20 mai, l'armée chinoise étaient intervenue pour évacuer la place Tiananmen, où des étudiants observaient une grève de la faim.

Peu après, un rapport de la municipalité de Pékin avait fait état de 241 morts, dont 218 civils et 23 militaires. Selon ce bilan, 36 étudiants des universités de Pékin avaient été tués.

Mais les organisations de défense des droits de l'Homme évoquent des centaines, voire des milliers, de morts et réclament au gouvernement d'établir la vérité sur les événements.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 22:47

Article envoyé par une amie
(en anglais, suivi de la traduction en français - qu'elle en soit remerciée)


Dalai Lama urges Americans to visit Tibet
By Mark Egan NEW YORK, US, 4 May 2009 (Reuters)
 

Tibet's exiled spiritual leader the Dalai Lama on Sunday urged Americans to visit his homeland to disprove China's assertion that people are happy there.   Speaking in Manhattan, the Tibetan Buddhist, who fled his homeland in 1959 after a failed uprising against Chinese rule, said Beijing insists, "Tibetans are very happy."    "The Chinese government never admit, never acknowledged there is a problem," he said. "So now I think the world community has a responsibility to show the world there is a problem. "If the majority of Tibetan people are happy, then our information becomes wrong, then ... we must apologise to the Chinese government," the Dalai Lama said to laughs from the audience of 1,500 people.   Noting China cast itself as a liberator of Tibet rather than as a colonialist, he said, "A liberator should not bring more misery. "So please, you, non-Tibetans, go there ... and then you must show it to the world," he said, "I urge you, please go there.   " On 23 April, China urged the United States not to let the Dalai Lama, whom Beijing brands a separatist, visit the country.   "We oppose the Dalai Lama going to any country to engage in splittist activities under any pretext," said Foreign Ministry spokeswoman Jiang Yu. The Dalai Lama's Sunday event was a conversation with former Irish President Mary Robinson. Robinson, also a former United Nations Human Rights Commissioner, called the lack of progress on human rights in Tibet, "heartbreaking from a human rights point of view.   " The Dalai Lama replied, "I am happy, I hear also one splittist." Beijing calls the Dalai Lama a reactionary who seeks to split off nearly a quarter of the land mass of the People's Republic of China. It has been using its diplomatic clout to try to block the pro-Tibetan message.   The 1989 Nobel Peace laureate denies the charge, saying he seeks greater rights, including religious freedom, and autonomy for Tibetans. His week-long trip to the United States included a variety of events in California, Boston and New York but does not include a meeting with President Barack Obama. The Dalai Lama, together with tens of thousands of exiled Tibetans, has lived in India since he fled Lhasa  
 

DECHEN C. TASHI

It's amazing China is not ashamed of herself repeating the same old lie over and over and over again about the conditions in Tibet.
  How stupid does China think the rest of the free thinking world is.I   f Tibet is all that peaceful and calm without any problems shouldn't China be the one to be proud and confident about it all and show it off for themselves without His Holiness the Dalai Lama and the rest of us Tibetans having to ask Chinese government to allow free press and medias to see things first hand to believe the Chinese.   Isn't it obvious that the Chinese Government has been lying and continues to lie about the conditions in Tibet.China has deprived :- Tibetans as well as their own Chinese people of freedom of speech, freedom of expression, freedom of press,freedom of free media,freedom to religious practices,etc. etc.   My guess is that Tibet probably has higher rate of illiteracy among Tibetans than Tibetans out side of Tibet.   Because in exile in my family except for my late parents every body in the family can read and write.All this is due to the Dalai Lama's tireless effort with love and compassion for his people.Can China claim that every single Tibetan child after 1959 can all read and write.   We are not even talking about degrees.We are just talking about being able to read and write. I have watched numerous Chinese interviews where Chinese in Tibet accused Tibetans being lazy.That itself is one big lie.People world over who have met or been with Tibetans are our witness to what hard working people we were back then before you occupied our homeland .   We are still the same hard working honest people ;hearts full of compassion who shads tears watching you massacre those innocent students during Tiananmen square democracy protests.That's the kind of people we are.China's own government is its own worst enemy and a splitter .And not the Dalai Lama.Perhaps the Dalai Lama is the one who gives the Chinese people a hope for a little light at the end of the tunnel.So, miss Jiang Yu obstruct not His Holiness' visits to world nations.They love Him and respect Him.Being with Him or having Him around them gives them the feeling of the world worth living for.Therefore do not deprive this joy off of the people of the world."LIVE AND LET LIVE".   

Traduction  de la réaction de Dechen C. Tashi

C’est incroyable que la Chine n’ai pas honte d’elle-même à répéter le même vieux mensonge encore encore et encore sur la condition du Tibet.

Comment la Chine peut-elle penser que le reste du monde démocratique soit aussi crédule. Si le Tibet pouvait être paisible et calme,  sans soucis, la Chine devrait être la première à être fière et confiante de cela et devrait le montrer non seulement pour eux-mêmes sans que SS le Dalaï Lama et  le reste des  tibétains ne demandent au gouvernement chinois d’accorder libre accès à la presse et aux médias de voir les choses tel qu’elles sont afin qu’on croit les chinois. N’est-il pas évident que la Chine met et continue à mentir au sujet de la condition du Tibet.  La Chine a privé les tibétains ainsi que le leur propre peuple de liberté de parole, de liberté d’expression, liberté de presse, liberté de média gratuite, de liberté de pratique religieuses etc etc  . je pense que le Tibet a certainement le taux le plus élevé d’analphabet tibétains que de tibétains exilés. Car en exile dans ma famille excepté mes grands parents tout le reste de la famille sait lire et écrire. Tout cela grâce aux efforts de SS le Dalaï Lama, de tout son amour et de sa compassion envers son peuple.

Est-ce que la Chine est capable de revendiquer  que chaque enfant tibétain né après 1959 soit capable de lire et d’écrire . Nous ne parlons même pas de diplômes. Nous parlons seulement de la capacité à lire et à écrire.

J’ai vu de nombreux interviews chinois où les chinois vivant au Tibet accusaient les Tibetains de n’être que des paresseux. Même cela est un grand mensonge. Les gens de l’extérieur qui ont pu rencontrer des tibétains peuvent être témoins que les tibétains à l’époque étaient de  très grands travailleurs  avant l’occupation chinoise. Nous sommes toujours le même peuple aussi travailleur et honnête ; le cœur plein de compassion  qui versent des larmes à regarder le massacre de nombreux étudiants innocents pendant les manifestations de la place Tiananmen. C’est ce genre de personne que nous sommes. Le gouvernement chinois est son pire ennemi et un séparatiste et pas le Dalaï Lama. Le Dalaï Lama est peut être celui qui donne un espoir au peuple chinois et la petite lumière au bout du tunnel. Donc, Madame Jiang Yu n’a pas interdit au Dalaï Lama de visiter les Nations Unis. Il’s l’aiment et le respectent.  Etre avec lui ou l’avoir à proximité leur donnent le sentiment de savoir pourquoi  ils oeuvrent dans le monde. C’est pourquoi il ne faut pas priver le monde de cette joie.

"VIVRE ET LAISSER VIVRE"
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo