Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 00:27




Les Tibétains de 2009 :
des prisonniers politiques,
des voix,
des images,
des vidéos .....
une campagne à accompagner par nos actions, nos signatures de pétitions, nos dons, notre soutien ...





ICT International Campagn for Tibet
Consultrez : http://www.missingvoices.net/

(Source France Tibet)
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 12:05

jeudi 19 mars 2009 par Communauté Tibetaine



Le 28 mars 2009 à 18h30-20h.
Place de l'Alma

près de l'ambassade de la "République populaire de Chine"
Paris

 

Ce rassemblement des citoyens a pour but principal de dénoncer la récente mise en place au 28 mars 2009, d'une commémoration chinoise, dite " jour d'émancipation des serfs au Tibet", afin de justifier, l'occupation illégale du Tibet par RPC, en s'attribuant le rôle de libérateur et celui de civilisateur du Tibet.

La conviction profonde des Tibétains consiste à penser que, la Chine a beau être puissante et menaçante, mais la vérité ne s'achète pas sur les champs de foires et ne s'invente point en fonction des besoins politiques chinois. On ne peut pas changer le passé. L'histoire va toujours rester l'histoire. On peut très bien improviser un spectacle pour distraire les gens, mais cette manipulation politique de l'histoire du Tibet est fermement condamnée par l'ensemble des Tibétains à travers le Monde. Cela s'appelle le révisionnisme et la déformation de l'histoire.

Selon la propagande chinoise, "l'émancipation chinoise" a rendu le Peuple tibétain maître de lui même. Dans ce cas, si le Peuple tibétain veut prendre librement son destin politique en main, pourquoi, la Chine persiste-t-elle avec son autorité de tutelle au Tibet en dépit des contestations répétées des populations tibétaines. Si le calme règne le Tibet, pourquoi la presse étrangère est interdite d'y pénétrer ? Pourquoi les journalistes sont refoulés à la frontière Sino-Tibétaine ?

Ce que dit la Chine à la Communauté Internationale au sujet du Tibet :

Ne vous mêlez pas des Affaires tibétaines, toutefois la Chine peut s'ingérer dans les Affaires tibétaines. cela se résume ainsi : Faites ce que je vous dis mais ne faites jamais ce que je fais au Tibet. C'est la Chine qui fait la pluie et le beau temps au Tibet, aux dépens du Peuple tibétain. Selon cette logique, les droits et les libertés des Tibétains sont inexistants. la seule chose qui compte, c'est la gloire des colons chinois et "leurs apports au Tibet".

Le 28 mars 1959 est en réalité, le jour où Zhou Enlai ( Premier Ministre sous Mao) a ordonné par un décret chinois la "dissolution" du Gouvernement tibétain suite à la fuite de Sa Sainteté le Dalaî-Lama en Inde. Pour les Tibétains, la continuité de l'Etat tibétain est assuré par Sa Sainteté le Dalaî-Lama avec le rétablissement du Gouvernement tibétain en exil. Depuis le Tibet a adopté un système démocratique au sein de son Administration Centrale Tibétaine et il est tourné vers l'avenir. Les arguments rétrogrades chinois au sujet du Tibet sont anachroniques.

A cette occasion, la Communauté Tibétaine de France appelle toutes les associations à se joindre à la campagne européenne, pour la reconnaissance du Gouvernement tibétain par les Etats membres de l'Union Européenne.


Venez nombreux avec des bougies. SPV.

Cet appel est lancé par le Bureau de la Communauté Tibétaine de France et ses amis.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 19:25

Même si les nouvelles sont rares, au rythme des jours qui passent, afin de ne pas laisser l'indifférence gagner.

mailto : claude.levenson@gmail.com

LA CAMISOLE DE FORCE IMPOSEE AU TIBET

Cinquante ans, un demi-siècle - combien de jours, combien de nuits à compter les
longues heures de l'exil ? Et jusqu'à quand ? La mobilisation des groupes de sympathisants a permis d'allumer des flammèches d'espoir à travers la planète, démontrant opportunément que le Tibet meurtri et bâillonné n'est pas, ne sera pas oublié. Au grand dam des autorités de Pékin, la bannière aux lions des neiges a flotté haut sous des cieux divers, au fronton des mairies, à des fenêtres individuelles, au-dessus des têtes des manifestants, et ce, malgré les
avertissements lancés sans retenue ni diplomatie par les porte-voix du gouvernement chinois.
Faut-il que les actuels locataires de la Cité interdite aient peur - de qui ? de quoi ? - pour en arriver à ce point-là !

En tout cas, force est de constater que c'est indubitablement une réaction de crainte que tente - si mal - de masquer le déploiement de forces militaire aussi bien dans la Région dite autonome que dans les districts historiques tibétains. Le territoire tibétain dans son ensemble est hermétiquement interdit aux étrangers - journalistes en particulier, spécialistes, experts de l'ONU ou voyageur, touriste curieux des réalités locales. Quelques téméraires se sont risqués à manifester en solitaire ou en mini-groupes, aussitôt embastillés sans ménagement. Aucun étranger, ou si peu, pour dire, témoigner, hurler à la mort face à l'épouvantable indifférence. Effet de la « grande muraille contre le séparatisme » appelée de
ses voeux par l'actuel président chinois, naguère surnommé « le boucher de Lhassa » pour avoir gagné ses galons au sein du parti communiste en vertu de l'implacable répression des protestations de 1988/1989 ? Aurait-il oublié, curieuse étourderie, que la fameuse muraille visait à protéger l'empire des « barbares » et à prévenir les raids des « bandits mongols et tibétains » ? Juste pour rappel - la construction avait commencé avant l'ère actuelle, et sa forme d'aujourd'hui date du XVIIe s. Preuve, s'il en était besoin, que le Tibet ne fait pas partie de la Chine « depuis des temps reculés » et que cette Région dite autonome n'est en fait qu'un pays occupé...

A la mi-mars, à Lhassa, les forces de l'ordre chinois ont opéré des perquisitions
systématiques dans le quartier tibétain à la recherche « d'individus suspects », tandis que les lignes téléphoniques et les serveurs de la toile ont été coupés. Outre les Occidentaux, des Chinois de Taiwan, Hong Kong et Macau, ainsi que des Tibétains non résidant sur place se sont retrouvés strictement bannis de force des lieux. Des monastères, inutile d'en parler : ils sont si bien gardés que personne, ni moine ni nonne ni laïc, n'en sort ni n'y entre. Et la propagande de continuer à claironner que « c'est la faute au dalaï et à sa clique... ». Ce qui n'empêche pas les responsables chinois de choisir ce moment pour annoncer leur plan de
« transformation moderne » de Lhassa (pourtant déjà méconnaissable tellement enchinoisée), alors qu'une certaine Mme Wang, directrice de la société des eaux 5100 du Tibet, située dans le district de Dangxiong, se vante de vouloir y créer une Evian-les-Bains ... chinoise. Et la bonne dame de préciser que son entreprise est sise près du Nam-tso (le lac du ciel), comme « Evian-les-Bains est une petite ville française avec sa source au pied des Alpes, qui s'est transformée en un lieu et une marque célèbres. Il s'agit d'un exemple tout à fait encourageant pour les habitants de Tangxiong (double orthographe dans la dépêche de Xinhua) comme modèle économique phare du nord du Tibet. » Voilà qui devrait faire plaisir aux habitants des deux rives, française et suisse, du lac Léman...


Autre facette de l'exemplarité française, cette déclaration du 13 mars du porte-parole du Quai d'Orsay, répondant à une question lors d'un point de presse coutumier : « Nous ne sommes pas favorables à une indépendance du Tibet. Notre position est absolument inchangée et elle ne changera pas. Je vous rappelle notre soutien à l'intégrité territoriale de la Chine et notre refus des perspectives sécessionnistes ou de soutien à l'indépendance du Tibet. » Belle détermination et fidélité sans faille aux principes, ce n'est pas la position qui change, ce sont les ministres. Aux oubliettes, les droits de l'homme et le droit des peuples à
l'autodétermination, y compris quelques cinglantes leçons d'histoire récente. L'actuel titulaire du poste expliquerait sans doute qu'il faut soigner la préparation des retrouvailles du G 20 à Londres début avril où les présidents français et chinois vont se croiser, sinon se rencontrer...

Tandis que l'agence de presse officielle Xinhua s'insurge contre « l'amnésie et
l'ignorance des eurodéputés qui s'immiscent dans les affaires tibétaines » (le Parlement européen a adopté le 12 mars à Strasbourg une nouvelle résolution sur le Tibet), une poignée de lauréats du prix Nobel de la paix, représentés par l'archevêque Desmond Tutu et suivis par diverses célébrités, demandent dans une lettre ouverte à la Haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU de se rendre au Tibet accompagnée de journalistes et autres observateurs afin d'évaluer personnellement la situation sur place en vue de présenter ensuite un rapport
circonstancié à la communauté internationale. Et pendant ce temps, au Conseil des droits de l'homme précisément réuni en session ordinaire à Genève, les délégués chinois sont à l'affût et voient rouge dès que quiconque - diplomate, représentant d'un pays ou d'une ONG - ose prononcer le nom honni. Ainsi, d'après le procès-verbal de la réunion du 17 mars, Mme Yang Jirarong a « rejeté vigoureusement les accusations faites par la République tchèque au nom de l'Union européenne et par Amnesty International concernant son pays. Ces allégations sont basées sur l'ignorance et les préjugés », et de préciser que, « dans son pays, nombreuses sont les personnes qui travaillent pour le bien-être de la population et les activités des défenseurs des droits de l'homme sont protégées. » En conclusion, l'honorable déléguée a émis le voeu que « ces délégations reviendront dans le droit chemin et procèderont à davantage d'autocritique. » Un langage aux singuliers échos de révolution culturelle à curieuse résonance au Palais des nations de l'ONU...


Que l'espoir demeure !

Il n'empêche. A Prague, le prix « Homo Homini » qui couronne le combat pour les
droits de l'homme a été remis par Vaclav Havel à l'avocat de Liu Xiaobo, toujours détenu, et aux signataires de la Charte 08. La mise en service des trains de luxe pour Lhassa prévue pour avril prochain a été reportée d'une année... en attendant que le climat s'améliore ? Les nouvelles générations tibétaines ont commencé à apprivoiser la modernité imposée par ceux qu'ils considèrent comme des occupants, sans renoncer pour autant à demeurer eux-mêmes.
En dépit de la désolation éveillée par de récents clichés échappés des régions tibétaines en camisole de force chinoise, c'est au plus fort de la nuit qu'il faut croire à la lumière. Et celle des hauts plateaux est chevillée au corps, au coeur du Tibet. S'il faut avoir conscience que le temps presse, qu'il « est des ennemis qu'aucune volonté de conciliation ne fléchira » (comme le dit un mien ami), il ne faut pas oublier non plus que la roue tourne, qu'un grain de sable peut toujours gripper les mécanismes les mieux huilés, que tout reste possible - le pire comme le meilleur -et qu'il est un printemps pour chaque espoir.

C.B.L. 
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 17:27

LE MONDE.BLOG 17 mars 2009

20090314_4024-r.1237265644.jpg


Alors que le Tibet,  sous une loi martiale officieuse, est actuellement partiellement coupé du monde  (les communications internet et téléphoniques internationales bloquées, les  étrangers interdits de séjours),  Pékin invite la province rebelle, sous la forme d'une exposition célébrant  50 ans de réformes  démocratiques.

50 ans. 50 ans que le Dalai Lama s'est réfugié en Inde. 50 ans que des tibétains à Lhassa se soulevaient contre l'Armée Populaire de Libération (deux ans après les nomades et moines du Kham tibétain). Mais surtout 50 ans que « le Tibet est passé de l'ombre à la lumière, de la pauvreté à la richesse, de la dictature à la démocratie, de l'isolement à l'ouverture » nous affirme-t-on dans cette exposition. Pour l'occasion le palais des minorités s'est déguisé en Potala, avant-goût d'une mascarade qui se poursuit  à l'intérieur du bâtiment.

L'exposition fait la part belle à une description dantesque  du Tibet « pré-démocratique » et à l'enthousiasme des populations locales lorsque fut décrétée l'abolition du servage.  Les émeutes de l'an dernier ne sont pas escamotées : des scènes de lynchages et d'incendies, passent en boucle sur des écrans devant le regard consterné des visiteurs.  Les médias occidentaux sont mis à l'index et un bel agrandissement commémore le passage mouvementé de la flamme olympique à Paris. En revanche on fait l'impasse sur la révolution culturelle, et la trop courte période d'émancipation des années 80 initiée par Hu Yaobang .

Tout cela est commenté au pas de charge par de charmantes jeunes filles Hans, habillée de robes traditionnelles tibétaines.

Assimilation.

Où sont les tibétains ?

 

PHOTOS SUR LE SITE

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 17:14

COURRIER INTERNATIONAL


17 mars 2009
Une bombe a été lancée dans la nuit du 15 au 16 mars sur un commissariat récemment construit, à Bogexi, dans la préfecture autonome tibétaine de Ganzi, dans l'ouest de la province du Sichuan, rapporte le site d'information sur le Tibet Phayul. L'attentat n'a fait aucun blessé et une enquête est en cours. Mais le quotidien officiel en anglais China Daily a attribué l'attaque à des "terroristes", sans donner de détails. L'incident est intervenu quelques jours après le 50e anniversaire de la fuite du dalaï-lama en Inde, et un an après les manifestations qui ont secoué toute la région tibétaine. Celle-ci a été placée sous intense surveillance policière pour l'occasion.
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 14:49

Ce mail transmis par un ami 
:

Chers amis,

Cette année marque le 50e anniversaire de l'exil du Dalaï Lama en Inde, et depuis, un rideau noir a été tiré sur le Tibet.
Les représentants de médias étrangers y sont détenus ou sont expulsés, des troupes armées patrouillent les rues et les citoyens sont emprisonnés pour des raisons politiques. Or, les nouvelles de ces abus n'atteignent pas le monde extérieur parce que toutes les communications ont été coupées.

Sans notre appui immédiat, ceux qui tentent de percer la chape de plomb pesant sur le Tibet n'arriveront pas à alerter les médias internationaux et les autres tibétains des disparitions et des abus croissants des droits de la personne s'y produisant. Des communications ouvertes constitueront la meilleure assurance contre des abus futurs.

Donnez dès aujourd'hui et assurez-vous que le flux d'informations si importants pour le peuple tibétain ne soit pas coupé complètement :

https://secure.avaaz.org/fr/tibet_stop_the_blackout

Un don, même modeste, peut avoir un impact majeur :
  • Avec 70 Euros, nous pourrions financer la transmission d'une heure complète de la station de radio Voice of Tibet, qui diffuse de l'information libre et impartiale sur tout le plateau tibétain.
  • 20 Euros de 100 d'entre nous financerait l'implantation d'un nouveau programme technologique permettant aux Tibétains d'éviter la censure et de communiquer leurs doléances de façon sécuritaire avec le monde et entre eux.
  • Si 100 d'entre nous donnaient 76 Euros, nous pourrions contribuer à moderniser un transmetteur radio juste de l'autre côté de la frontière, en Inde, afin qu'il puisse diffuser dans les régions les plus éloignées du Tibet et en Chine pendant un mois.
Seuls la liberté d'information et le dialogue entre les Tibétains et les Chinois pourront apporter une solution durable et paisible au problème tibétain. Cliquez ci-dessous dès maintenant pour faire un don :

https://secure.avaaz.org/fr/tibet_stop_the_blackout

La situation est difficile et des rapports suggèrent qu'elle s'aggrave chaque jour davantage. Le gouvernement chinois a même coupé les réseaux téléphoniques afin de court-circuiter les efforts d'organisation par les Tibétains et ont bloqué leurs contacts avec le monde extérieur- incluant ceux avec les progressistes chinois. Si nous n'assistons pas les Tibétains à accéder aux nouvelles technologies pouvant les aider à créer des brèches dans le blocus des communications, ceux-ci pourraient être réduits au silence derrière un mur pare-feu impénétrable.

Les stations de radio, les blogueurs et les technologies permettant de contourner la censure sont comme des phares dans l'obscurité et sont vitaux pour la survie du peuple tibétain. Voici ce que le Dalaï Lama dit à propos de la radio Voice of Tibet. Cette radio a besoin de votre aide pour continuer à diffuser :

« C'est le seul service radiophonique en langue tibétaine mené par un comité éditorial tibétain, ce qui nous permet à nous, Tibétains, de commenter à l'aide de notre propre perspective les événements qui nous touchent... J'apprécierais [...] si des organisations et des individus sympathisant à sa cause pouvaient aider Voice of Tibet à continuer à diffuser...»

Donnez dès aujourd'hui et aidez des programmes cruciaux comme celui-ci à survivre. Ils n'ont jamais été aussi nécessaires.

https://secure.avaaz.org/fr/tibet_stop_the_blackout

L'information libre est vitale à la survie de la culture tibétaine et est un ingrédient-clé dans le renforcement de l'autonomie du Tibet. C'est également une façon d'atteindre les progressistes chinois en Chine, dont plusieurs recherchent des perspectives et de l'information différentes. En tant que communauté globale, nous pouvons contribuer à assurer l'accès à une information vitale pour les Tibétains, les Chinois et ceux d'entre nous qui sont au-delà du rideau noir.

Avec espoir,

Brett, Ricken, Alice, Paul, Graziela, Ben, Paula, Luis, Pascal, Véronique, Iain, Milena et toute l'équipe d'Avaaz

P.S. Faites un don à des organismes comme Voice of Tibet en ce moment crucial. Ils ont besoin de notre aide maintenant, plus que jamais.
Même une contribution modeste sera d'une grande aide :
https://secure.avaaz.org/fr/tibet_stop_the_blackout

---------------------------------
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 08:44
 

-----------------------
[N.B. Prochain rendez-vous: Marseille, samedi 28 mars - Appel à la mobilisation]
-----------------------


COMPTE-RENDU - Marseille, 14 mars

Déroulement de la manifestation

- Plusieurs centaines de manifestants (300 selon la police, plus de 400 sur le
cortège selon les organisateurs) pour le lancement public de la campagne Tibet
Europe.
- Une dizaine de drapeaux européens au milieu du flot bariolé des drapeaux
tibétains.
- Banderole de 7 m réalisée par les Winners (supporters de l'OM): "Tibet Europe:
Reconnaissance du gouvernement tibétain en exil", parmi d'autres banderoles
rappelant les 50 ans d'occupation.
- Vote symbolique en faveur du Tibet dans une urne électorale déposée sur le
parvis du bureau du PE. Sur le bulletin: "Electeur européen, je reconnais la
légitimité du gouvernement tibétain en exil". Le maire-adjoint (6e et 7e arrdt)
s'est prêté spontanément à la supervision de ce scrutin citoyen. Le député
européen Jean-Luc Bennahmias a lui-même déposé un bulletin.
- Discours des élus :
. Jean-Luc Bennahmias, député européen, Modem, eurogroupe Verts/ALE;
. Patrick Louis, député européen, Ind/Dem, représenté par son assistant
parlementaire;
. Christian Kert, député (UMP) à l'Assemblée nationale et membre du groupe
parlementaire sur le Tibet;
. Patrick Thévenin, maire-adjoint (UMP) des 6e et 7e arrondissements.
(présence d'autres élus et représentants politiques)
- Lecture des principaux extraits des discours du Dalaï-Lama et du président de
la Communauté tibétaine en France, Thupten Gyatso, et de la lettre du président
du Parlement européen, M. Hans-Gert Pöttering.

Perspectives:
. Rencontre avec le bureau régional du Parlement européen, mercredi 18 mars.
. Seconde manifestation à MARSEILLE, SAMEDI 28 MARS 2009, au lendemain de la
prochaine session plénière du Parlement européen. (journée d'action dans les
capitales européennes à l'appel des Communautés tibétaines d'Europe ; soutien à
la campagne Tibet Europe)

Revue de presse régionale

Durant plusieurs jours, la presse régionale a annoncé et couvert la
manifestation de Marseille (La Provence, La Marseillaise, Marseille l'Hebdo,
Var Matin, Marseille Plus, Métro, 20 Minutes, Le Dauphiné libéré). Trois
dépêches AFP (réactualisées) ont été consacrées à l'action, même si l'objectif
a souvent été surinterprété (présenté comme "en faveur de l'indépendance").
France 3 Méditerranée et LCM (La Chaîne de Marseille) étaient présents, ainsi
que RMC parmi d'autres radios.

16 MARS
Marseille. Manifestation: Pour un Tibet libre - Metro 16/03/09 p.10
Marseille. Manif pour le Tibet libre - Marseille Plus 16/03/09 p.2
Marseille. Politique: Manifestation pro-Tibet - 20 Minutes 16/03/09 p.3

15 MARS
300 partisans du Tibet libre devant la préfecture - La Provence 15/03/09 p.4
Mobilisation. Pour le Tibet (photo centrale) - La Marseillaise 15/03/09 p.9
Marseille. Manifestation pour l'indépendance du Tibet - Var Matin 15/03/09 p.18

14 MARS
Agenda. Défilé pour le Tibet - La Provence 14/03/09 p.4

13 MARS
Union sacrée pour le Tibet - Marseille Plus 13/03/09 p.2
Agenda. Défilé pour le Tibet - La Provence 13/03/09 p.4

11 MARS
La question tibétaine pour combat - (portrait militant, pleine page) Marseille
l'Hebdo 11/03/09 p.18

évoquant aussi la manifestation de Marseille et la campagne Tibet Europe :
(grâce à l'action de Drôme-Ardeche Tibet à Valence, avec tous nos remerciements)

7-8 MARS
Valence. Hier matin, manifestation de soutien au peuple tibétain - Le Dauphiné
libéré 08/03/09
Valence. Journée de soutien au peuple tibétain - Le Dauphiné libéré 07/03/09

+ dépêches AFP
Manifestations à Marseille et à Blois pour l'indépendance du Tibet - AFP
14/03/09 19:24
Manifestation à Marseille pour l'indépendance du Tibet - AFP 14/03/09 15:33
Express/Tibet-Marseille - AFP 14/03/09 n.c

-----------------------
[un montage vidéo est en cours de réalisation]
-----------------------

Merci à toutes celles et ceux, associations de soutien au Tibet, militants des
droits de l'homme ou simples citoyens, qui se sont joints à la manifestation.
Mobilisation de nouveau le SAMEDI 28 MARS.

CONTACTS :
Alternative tibétaine et Tibet Destination Rangzen
06.87.57.67.85 - redaction@alternative-tibetaine.org
http://www.alternative-tibetaine.org/

campagne Tibet Europe
http://www.tibet-europe.eu/





Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 21:13
16 mars 2009

LE MONDE. BLOG

J'ai rencontré Karma J. au quartier général de l'association Gu Chu Sum, hier, à l'occasion du premier anniversaire des émeutes préolympiques qui ont enflammé Lhassa, la plus grande ville du Tibet, au printemps dernier.

Lorsque je sors mon appareil, Karma a un mouvement de recul. Il refuse d'être pris en photo par peur des représailles que pourrait subir sa famille restée au Tibet, si les autorités chinoises apprenaient qu'il vit ici à Dharamsala, dans le nord de l'Inde. Karma me demande également de ne pas dévoiler son nom de famille mais accepte de se confier :

Comment était votre vie au Tibet ?

Je suis né dans une famille de nomades du nord du pays dans la steppe de Qiangtang prêt des montagnes de Tanggula. Je ne suis jamais allé à l'école étant petit, car nous passions toute l'année sur la route et de toute façon dans les villages où nous nous arrêtions il n'y avait pas d'école. Nous n'avions rien, nous mangions le lait et la viande de nos bêtes et nous échangions leurs laines contre ce qui nous manquait : du sel, du sucre mais aussi du thé. Cela peut paraître incroyable mais beaucoup de nomades tibétains vivent comme il y a 1000 ans, hors du temps.

Moi, quand j'ai eu 14 ans, j'ai voulu étudier, mon père a accepté, et je suis parti à Lhassa. C'était la première fois que je me rendais en ville. J'ai été très impressionné : les immeubles, les voitures, le bruit, tout cela me donnait le vertige. Je me suis quand même débrouillé pour survivre dans cette jungle urbaine et j'ai réussi à aller à l'université.

Pourquoi avez-vous été arrêté ?

 J'étudiais la littérature et je me suis lié d'amitié avec un groupe d'intellectuels formé d'autres étudiants, de professeurs et de moines. Nous discutions de la situation de notre pays, de l'état déplorable des droits de l'homme et du manque de liberté dont nous souffrions.

Nous avons décidé de créer un journal indépendant au sein de l'université, mais quand le premier numéro est sorti j'ai été arrêté par la police et envoyé en prison. J'ai été maltraité mais pas torturé, et après deux mois j'ai été relâché sans jamais avoir été jugé. C'est à ce moment là que j'ai décidé de quitter le Tibet car je n'en pouvais plus de ne pas pouvoir m'exprimer. Je pensais que je pourrais être plus utile à mon peuple en étant libre. C'était en 2004.

Comment s'est passée la fuite en Inde ?

Un de mes amis activistes m'a mis en contact avec un guide et nous avons formé un groupe d'une dizaine de personnes. Nous avons attendu quelques semaines afin de partir en plein hiver, car si c'est évidemment la période de l'année la plus difficile pour traverser l'Himalaya, c'est aussi celle où les chances de succès sont maximales car l'armée chinoise est moins vigilante.

La journée nous nous cachions dans les montagnes et nous marchions de nuit pour éviter les gardes. Sur le chemin, plusieurs familles nous ont confié leurs enfants, ce qui nous a un peu ralentis, mais nous avons finalement atteint Kathmandou au bout d'un mois et demi. Nous sommes plusieurs à avoir perdu des orteils, mais heureusement personne n'est mort. Et à notre arrivée au Népal, nous avons été pris en charge dans un camp de réfugiés, géré par le gouvernement tibétain en exil. Nous avons été logés, nourris et soignés et finalement transférés à Dharamsala au bout d'un mois.

Que faites-vous à Dharamsala ?

J'ai rejoint l'association Gu Chu Sum qui regroupe les anciens prisonniers politiques dès mon arrivée. Je m'occupe de la publication de notre association, je fais des recherches sur les droits de l'homme en Chine,  et j'aide les nouveaux arrivants dont la santé physique et mentale est très dégradée.

Je suis libre d'étudier, de parler et d'écrire. Et les membres de l'association sont très soudés, nous parlons de ce que nous avons vécu, nous partageons nos souffrances, nos craintes et nos angoisses. C'est très important car nous sommes seuls ici, nous avons presque tous laissé derrière nous nos familles, nos amis et nos vies.  

Le climat, la nourriture, la culture, tout est complètement différent pour nous à Dharamsala, le changement est assez violent. L'Inde nous tolère mais jusqu'à quand ? Notre situation est très instable, c'est difficile à vivre. Heureusement avec le développement des nouvelles technologies, nous pouvons désormais avoir quelque contact avec nos proches, j'arrive parfois à téléphoner à mon frère ou à lui parler sur Internet.

Comment envisagez-vous l'avenir ?

Je vais continuer à me battre, notre cause est juste et je garde espoir de retourner dans mon pays, en homme libre. Comme l'a dit le Dalai Lama : « Si le mouvement pour le Tibet a attiré un large soutien mondial, c'est en raison des principes universels que le peuple tibétain a incorporés dans sa lutte. Ces principes sont la non-violence, la démocratie, le dialogue, le compromis, le respect des préoccupations sincères des autres, et de notre environnement commun. »

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 21:05

L'EXPRESS

Par Philippe Broussard, publié le 16/03/2009 15:15 - mis à jour le 16/03/2009 16:15

L'ambassade de Chine en France a fait parvenir à L'Express une série de DVD sur le Tibet. Une vision particulière de l'histoire...

C'est un modèle de propagande, une leçon d'histoire à la chinoise. Dans un courier daté du 10 mars, l'ambassade de Chine à Paris a envoyé à L'Express une série de 5 DVD (dont un en Français) retraçant le destin du Tibet et de son peuple. Une manière, pour le service de presse de l'ambassade, de "contrer" les Tibétains en exil qui réclament l'indépendance et célèbrent cette année le cinquantième anniversaire du soulèvement de Lhassa (mars 1959) contre "l'occupant".

Ces DVD, où le Dalaï Lama - leader spirituel et politique des Tibétains - n'a pas le beau rôle, reprennent les termes habituels de la propagande sur ce sujet très sensible pour Pékin. Il est question de la "libération démocratique" de 1951, c'est à dire l'arrivée des troupes de Mao sur le Toit du monde. Le Tibet d'avant 1951 est présenté comme un pays d'injustices sociales et d'esclavage. Si ce dernier aspect n'est pas totalement inexact, la suite scandaliserait sans doute la majorité des Tibétains, qu'ils soient restés au pays ou partis rejoindre le Dalaï Lama en exil en Inde.

Au fil de ces reportages, dont le seul mérite est de proposer des images d'archives en noir et blanc, les mêmes mots reviennent sans cesse sur fond de musique classique: "réforme démocratique", "liberté", "modernisation"... Le commentaire souligne les "larges sourires" sur le visage d'une femme qui a connu l'esclavage et nous apprend que la "croyance du peuple tibétain est respectée et protégée".

VIDEO SUR LE SITE

A aucun moment, il n'est question des destructions de temples, des moines et des nonnes condamnés à des dizaines d'années de prison pour avoir osé contester (le plus souvent pacifiquement) la présence chinoise. Mao est cité, bien sûr, mais de manière positive. Quant à la révolution culturelle (1966-1976), c'est à croire qu'elle n'a jamais existé! Les faits sont pourtant connus: 6 000 édifices religieux détruits, des tonnes de livres brûlés...

Le nombre de religieux serait passé d'environ 550 000 en 1950 (sur 6 millions d'habitants) à quelques dizaines de milliers aujourd'hui. Il faut dire que depuis un demi-siècle, des milliers d'entre eux ont connu les geôles des grandes prisons de Lhassa, comme Gutsa et Drapchi. Détenus dans des conditions inhumaines, ils ont subi les tortures, les privations, l'obligation de travailler dans des serres surchauffées ou de collecter les excréments dans les latrines. L'un d'eux, Palden Gyatso, a par exemple passé trente-trois ans derrière les barreaux avant d'être libéré en 1992 et de rallier l'Inde. Rien à voir, donc, avec le "vrai Tibet sous le soleil" présenté dans l'un de ces DVD.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 11:54

AMNESTY INTERNATIONAL

10 mars 2009


Le 17 mars marque le 50e anniversaire de l’échec du soulèvement tibétain en 1959, qui avait mené à la fuite du dirigeant tibétain, le dalaï-lama, en Inde.

Les commémorations de l’an dernier ont été accompagnées d’une vague d’actions de protestation en grande partie pacifiques dans la région autonome du Tibet, ainsi que dans les zones habitées par des Tibétains dans les provinces avoisinantes. Ces manifestations ont été suivies d'arrestations arbitraires et d’autres violations des droits humains, comme des placements en détention prolongée, des actes de torture et d’autres types de mauvais traitements.

Le refus des autorités chinoises de prendre en considération les griefs exprimés de longue date par le peuple tibétain, en particulier concernant les inégalités à l’embauche et à l'école, mais aussi l'incarcération de dizaines de Tibétains et l'intensification de l'« éducation patriotique » alimentent la protestation depuis douze mois.

Des organisations tibétaines basées hors de Chine ont enregistré entre 130 et 200 manifestations différentes depuis mars 2008.

Moines et religieuses, profanes et nomades ont pris part aux manifestations populaires dans les zones habitées par des Tibétains. Les informations faisant état de mouvements de protestation tibétains vont de pair avec celles évoquant un durcissement des mesures de sécurité et la volonté exprimée par les autorités d'« étouffer » toute manifestation de soutien au dalaï-lama, en particulier ces dernières semaines. Malgré cela, les manifestations populaires tibétaines se sont poursuivies dans toute la région.

Des observateurs ont interprété comme des actes de provocation le durcissement des mesures de sécurité, à l’instar de l’expulsion de moines et de religieuses hors de monastères, et le renforcement de la présence de la Police armée du peuple (PAP).

La « campagne unifiée de vérification "Frapper fort" » a été lancée à Lhassa le 18 janvier. Cette campagne vise à « faire respecter avec la vigueur requise l’ordre public et la stabilité dans la ville », en prenant en particulier pour cibles les habitants n'ayant pas le statut de résident permanent de Lhassa.

D’après le Lhasa Evening News, au cours des trois premiers jours de mise en œuvre de la campagne, la police avait « soumis à un contrôle rigoureux » près de 6 000 personnes dans des immeubles résidentiels, des logements de location, des hôtels, des pensions de famille, des cybercafés et des bars. À la date du 24 janvier, la police avait ainsi arrêté 81 suspects. Deux d’entre eux ont été appréhendés parce que « leur téléphone portable contenait des opinions et des chansons réactionnaires ».

Le 27 février 2009, des membres de la PAP auraient tiré sur un moine tibétain âgé de vingt-quatre ans qui s’était immolé par le feu. Le jeune homme brandissait un drapeau tibétain fait main, orné d’une image du dalaï-lama.

Cet épisode est survenu dans le canton de Ngaba (Aba), dans la préfecture autonome tibétaine de Ngaba (province du Sichuan), après que les autorités locales eurent dispersé un groupe de plusieurs centaines de moines qui s’étaient réunis pour prendre part à une cérémonie de prière.

L’agence de presse officielle Xinhua (Chine nouvelle), a confirmé qu’une action de protestation avait eu lieu et qu’un moine avait été hospitalisé pour des brûlures. Les autorités chinoises ont plus tard nié la fusillade.

Ce blocage persistant au Tibet rend difficile toute vérification indépendante des informations en provenance de cette région et fait craindre que celles faisant état de violations des droits humains qui parviennent au reste du monde ne représentent qu’une infime partie de la réalité.

Les journalistes étrangers ont par le passé dû obtenir un permis spécial pour se rendre dans la région autonome du Tibet. Cependant, au lendemain des troubles du printemps 2008, ils ont été autorisés à se rendre sur place mais uniquement dans le cadre de circuits collectifs organisés par le gouvernement.

Amnesty International a demandé aux autorités chinoises de laisser les spécialistes des droits humains des Nations unies et d’autres observateurs indépendants se rendre dans la région, afin qu’ils puissent enquêter sur la situation des droits humains dans la région autonome du Tibet et dans les zones où vivent des Tibétains dans les provinces voisines. Arguant que le moment était « mal choisi », les autorités chinoises ont rejeté les requêtes émanant de spécialistes des droits humains des Nations unies souhaitant se rendre au Tibet. En mars, elles ont diffusé un livre blanc sur les « cinquante années de réforme démocratique au Tibet », dans lequel elles accusent des « forces occidentales opposées à la Chine » de former « les partisans du dalaï-lama » et de soutenir les « forces séparatistes » dans le but de provoquer la partition de la Chine et de freiner son action.

Ces propos illustrent la tendance alarmante des autorités chinoises à se replier sur elles-mêmes et à présenter les actions de protestation comme des faits criminels isolés ; ils montrent par ailleurs leur incapacité à reconnaître l'ampleur et la force du mécontentement qu'éprouve la population tibétaine dans toute la région.

Les autorités chinoises ont affirmé qu’au cours des manifestations de 2008, 21 personnes ont été tuées par des émeutiers, tandis que les sources tibétaines soutiennent que plus de 100 Tibétains ont été tués.

D’après la commission exécutive du Congrès américain sur la Chine, plus de 1 000 personnes arrêtées pour avoir manifesté en mars 2008 restent introuvables. Les témoignages des personnes libérées font état de conditions carcérales déplorables : coups, privation de traitements médicaux et approvisionnement inadéquat en eau et en nourriture, entre autres.

Des rapports officiels indiquent que 76 personnes ont été condamnées pour des infractions en relation avec les troubles du printemps 2008. Les châtiments prononcés allaient de peines fixes de trois ans d’emprisonnement à la réclusion à perpétuité. La plupart ont été reconnues coupables d’incendies criminels, de pillages, d’avoir cherché querelle et provoqué des troubles, de s’être réunies en très grand nombre dans le but de prendre d'assaut des organes gouvernementaux, d'avoir perturbé les services publics ou de vol.

Amnesty International a recueilli des éléments prouvant que les procès sont systématiquement iniques, montrant notamment que les autorités chinoises ne font pas de distinction entre les personnes participant à des actions de protestation pacifiques et celles qui commettent des actes de délinquance.

Amnesty International a engagé les autorités chinoises à rendre des comptes concernant toutes les personnes qui ont été tuées, blessées ou manquent à l’appel, ainsi que sur toutes les personnes arrêtées au Tibet, en rendant publics leur nom, le lieu où elles sont détenues ainsi que toute charge retenue contre elles.

L’organisation demande également : qu’une enquête impartiale soit menée sans délai sur les actes de torture et autres types de mauvais traitements qu’auraient subis des détenus tibétains, afin que les responsables présumés puissent être déférés à la justice ; qu’une enquête impartiale soit ouverte sans attendre sur la mort en détention de personnes se trouvant sous la responsabilité des autorités au cours de l'année écoulée ; ainsi que la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.


Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo