Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:23


NOUVELOBS 
| 04.06.2009 | 11:11

Alors qu'Hillary Clinton appelle la Chine à fournir un bilan de la répression et à "examiner ouvertement les pages sombres de son passé", Pékin réaffirme son verdict.

La Chine réaffirme, jeudi 4 juin, avoir donné son verdict au sujet de l'écrasement de ce que le régime avait qualifié à l'époque de "rébellion contre-révolutionnaire". "Au sujet de l'incident politique qui a eu lieu à la fin des années 80, le parti et le gouvernement ont déjà rendu leurs conclusions", a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Qin Gang.
Lors d'un point presse, ce dernier a exprimé le "profond mécontentement" du régime à l'égard des propos tenus par Hillary Clinton. La secrétaire d'Etat américaine a proposé la publication des noms des personnes tuées, disparues ou arrêtées lors de la répression des manifestations de juin 1989, il y a 20 ans. Dans un communiqué, elle demande au régime chinois de fournir un bilan de la répression et d'"examiner ouvertement les pages sombres de son passé".

"Des accusations sans fondement"


"Cet acte des Etats-Unis comporte des accusations sans fondement contre le gouvernement chinois", a déclaré Qin Gang.
Des centaines, peut-être des milliers, de manifestants, étudiants et citoyens solidaires, ont été tués dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 après que les chars de l'armée chinoise, sur ordre de Deng Xiaoping, eurent écrasé sept semaines de manifestations pro-démocratiques et pacifiques, qualifiées de "rébellion contre-révolutionnaire" par le pouvoir communiste. (Nouvelobs.com)

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:22


AFP

DHARAMSALA, Inde (AFP) - Le dalaï lama a rendu hommage jeudi aux victimes de la répression chinoise sur la place Tiananmen il y a 20 ans et exhorté le régime de Pékin à se démocratiser.

"J'honore avec respect ceux qui sont morts en exprimant l'exigence populaire que le gouvernement soit davantage responsable devant le peuple", a déclaré dans un communiqué le chef spirituel des Tibétains qui vit en exil à Dharamsala, dans le nord de l'Inde, depuis 1959.

Pour le dalaï lama, que la Chine considère comme un dangereux séparatiste, ce 20e anniversaire devrait offrir au pouvoir chinois "l'occasion" de réviser son jugement officiel sur ce mouvement qu'il qualifie de "contre-révolutionnaire".

Les étudiants n'étaient "ni anticommunistes, ni antisocialistes", a écrit le chef du bouddhisme tibétain.

"J'ai l'espoir que les dirigeants chinois auront le courage et la hauteur de vue d'embrasser des principes réellement plus égalitaires et de poursuivre une politique plus tolérante à l'égard d'opinions diverses", a encore plaidé le dignitaire religieux.

En Chine, la nuit du 3 au 4 juin 1989, date il y a 20 ans d'un bain de sang aux abords de la place Tiananmen et dans des quartiers de Pékin, n'a apparemment été marquée par aucune commémoration publique.

De nombreux dissidents ont été emmenés hors de la capitale chinoise ou confinés chez eux avant l'anniversaire de la répression du "printemps de Pékin", qui a fait, des centaines, voire des milliers de morts selon des sources, quand l'armée est intervenue.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:21


ASSOCIATED PRESS

Les policiers chinois continuaient de boucler massivement la place Tiananmen jeudi, pour le 20e anniversaire de l'écrasement dans le sang du mouvement étudiant pour la démocratie à Pékin, alors que l'ancien meneur Wu'er Kaixi a été placé en détention à Macao

Aux alentours de la place, les journalistes étrangers ont été agressés par des agents en civil, insultés et menacés de répression violente.

Les autorités ont également ciblé plus de 6.000 sites Internet référencés dans des écoles et des universités, dont Fanfou et VeryCD. Les pages d'accueil signalent que les sites sont en "maintenance technique" jusqu'à samedi. Le site YouTube est toujours bloqué en Chine depuis mars.

Wu'er Kaixi, le deuxième leader le plus recherché dudit "Massacre du 4 Juin", a été arrêté par les services de l'immigration à Macao, une région administrative spéciale du sud de la Chine, alors que l'on venait de lui refuser d'entrer sur le continent chinois, une interdiction qu'il a qualifiée de "tragédie".

Il a expliqué à l'Associated Press par téléphone avoir passé la nuit en cellule à l'aéroport de Macao, après avoir refusé d'embarquer pour un vol qui le ramenait à Taiwan. Les services de l'immigration veulent le placer de force jeudi dans un vol en direction de Taïwan. Il était arrivé de Taipeh mercredi.

Elena Au, membre du service de presse du gouvernement chinois, a expliqué jeudi qu'elle ne disposait d'aucune information sur comment était traité Wu'er Kaixi. Le gouvernement chinois a également dit jeudi respecter "les désirs personnels" de Wu'er Kaixi de retourner en Chine.

Le jeune homme s'était fait connaître pendant la contestation étudiante du Printemps de 1989. Alors gréviste de la faim et en pyjama, il avait interpellé le Premier ministre de l'époque Li Peng, lors d'une rencontre télévisée pendant les manifestations.

Numéro deux sur la liste du gouvernement des 21 chefs de la contestation étudiante les plus recherchés après la répression, il a pris la fuite et vit, depuis, en exil à Taïwan. Une tentative de retour en 2004 avait échoué, Wu'er Kaixi étant refoulé à Hong Kong.

Dans un communiqué diffusé par un ami, il a dit vouloir se rendre aux autorités chinoises pour pouvoir rendre visite à ses parents, non autorisés à lui rendre visite à Taïwan et pour mettre au défi les autorités chinoises d'engager un dialogue public sur les événements de Tiananmen. "Quand je me rendrai, j'utiliserai la tribune de la salle d'audience chinoise pour débattre avec le gouvernement chinois de cet incident", promet-il.

A Hong Kong, où des manifestations sont organisées pour cette commémoration, un autre ancien dissident présent à Tiananmen en 1989 a également été refoulé à l'entrée du territoire. Le porte-parole du consulat général américain, Dale Kreisher, a déploré cette mesure à l'encontre de Xiang Xiaoji, devenu citoyen américain. Il voulait participer à la veillée aux bougies, annuelle, à Hong Kong, en souvenir des victimes de la répression.

Les autorités chinoises s'appliquent à empêcher toute commémoration du Printemps de Pékin, dont elles n'ont jamais révélé le bilan humain -plusieurs centaines de morts, voire plusieurs milliers. Elles ont aussi fermé plusieurs sites Web, dont Flickr, qui proposait des photos et assigné à résidence les dissidents qu'elles n'avaient pas forcés à quitter Pékin.

Le pouvoir tente de museler toutes les voix qui pourraient raconter Tianamen, notamment à une jeunesse largement ignorante de ce qui s'est vraiment passé sur la place il y a 20 ans. Les dissidents sur le territoire chinois sont particulièrement surveillés depuis quelques temps.

Les Etats-Unis ont invité mercredi les autorités chinoises à faire la lumière sur les événements de Tiananmen. Le porte-parole du Département d'Etat P.J. Crowley a déclaré devant la presse que la Chine doit "examiner ouvertement les événements plus sombres de son passé et fournir un bilan public sur ceux qui ont été tués, détenus ou disparus, à la fois pour apprendre et pour panser les plaies".

Il a exhorté Pékin à relâcher tous les manifestants encore en prison et à entamer des discussions avec les familles des victimes. "La Chine, en tant que grande puissance émergente, a encore du travail à faire", a-t-il noté. AP

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:19



AUJOURD'HUI LA CHINE

Les autorités d'une petite ville de l'est de la Chine ont placé leurs cadres locaux en alerte pour le vingtième anniversaire ce jeudi de la répression des manifestations en faveur de la démocratie de 1989. Dans la commune de Guishan, "les cadres doivent rendre visite aux principales personnalités (susceptible de troubler l'ordre) pour inspecter et contrôler leurs pensées", dit l'ordre, qui n'était plus accessible jeudi sur le site du district de Wensheng, dans la province du Zhejiang, mais restait visible sur l'internet.

"Il faut aussi connaître la situation de ceux qui ont un passé criminel dans la commune pour assurer la stabilité sociale pendant la période du 6-4", le 4 juin, ajoute la notice datée de mercredi, dont un responsable de Guishan, joint par téléphone par l'AFP, a confirmé l'authenticité.

Le document conseille aussi des "inspections des rassemblements publics", une "surveillance étroite des points suspects", de garder les "téléphones portables allumés" et de "collecter chaque jour les informations concernant la sécurité et la stabilité".

Il y a 20 ans, de nombreuses villes dans tout le pays avaient pris part aux manifestations pour la démocratie, même si le mouvement avait été particulièrement suivi et emblématique à Pékin. De nombreux jeunes de province s'étaient aussi rendus dans la capitale pour participer à l'occupation de la place Tiananmen.

Des centaines, peut-être des milliers, de manifestants avaient été tués après que les chars de l'armée chinoise eurent envahi les avenues de Pékin dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 pour écraser ces sept semaines de revendications démocratiques.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:16


AUJOURD'HUI LA CHINE

Bao Tong a connu la disgrâce pour avoir soutenu les manifestations d'étudiants en 1989, mais les regrets de l'ancien responsable remontent à plus loin: il trouve que toute l'histoire de la Chine communiste a été un gâchis.

 

"Le peuple de Chine a perdu 60 ans", dit Bao, 76 ans, devenu l'un des principaux dissidents politiques après avoir été le confident et le secrétaire de Zhao Ziyang, le secrétaire général du parti communiste chinois (PCC) limogé en 1989, pour son laxisme envers les étudiants. Vingt ans après la répression des manifestations en faveur de la démocratie, il voit peu de raisons d'être optimiste, même si le pays a décollé au plan économique.

Pour lui, la société chinoise est aujourd'hui bloquée par l'incapacité du régime à faire la lumière sur les événements de 1989, l'intervention de l'armée qui a fait des centaines voire des milliers de morts, et à rendre justice aux victimes. "Cela a eu un impact négatif grave, a fait de la Chine un pays sans voix, où personne ne peut demander justice", expliquait-il récemment à l'AFP, qu'il recevait dans son petit appartement de Pékin, avant que la date anniversaire fatidique ne soit trop proche et qu'il ne soit éloigné de la capitale par la police.

Entraîné par la disgrâce de Zhao Ziyang, l'ancien dirigeant du Bureau de la réforme politique du PCC a passé les vingt dernières années en prison, en résidence surveillée ou sous le coup d'autres contraintes dans son appartement, proche d'une avenue où des citoyens s'étaient affrontés aux chars de l'armée en 1989.

Alerte, Bao Tong est très sollicité par les médias étrangers, auxquels il tient des propos que peu s'autoriseraient en Chine. "Je suis l'exemplaire exposé", ironise-t-il, en estimant que le gouvernement laisse les journalistes l'interviewer pour donner une impression d'ouverture, alors qu'aucun de ses propos n'est répercuté en Chine même.

Il estime que les leaders actuels, non compromis en 1989, pourraient saisir l'occasion de cet anniversaire pour faire la lumière sur les événements - ce qui serait salué à l'étranger comme à l'intérieur du pays. "Ils sont toujours les dirigeants de la Nation et j'espère qu'ils pourront ouvertement dire au monde et au peuple chinois ce qui s'est passé", dit Bao. Mais le refus du PCC d'admettre ses torts est un obstacle, souligne-t-il sombrement.

D'autant que la Chine n'y est pas poussée par l'étranger qui la courtise à cause de son nouveau statut de puissance mondiale, ajoute-t-il. "Ne pas vouloir offenser la Chine veut dire qu'on ne l'aide pas, qu'on n'aide pas le peuple chinois à obtenir des droits et qu'on n'aide pas la communauté mondiale à compter un membre stable, pacifique et de confiance" de plus, dénonce Bao. "Ce n'est pas une bonne chose".

Et alors que 2009 marque aussi le 60e anniversaire de l'avènement du parti communiste au pouvoir, il juge sévèrement les décennies passées, soulignant que le pays a tourné en rond, lançant la collectivisation de l'économie en 1953 pour arriver aujourd'hui à une économie libérale. "On est revenu à la case départ. Le travail du peuple a été perdu pendant 56 ans. Et ceci est un crime plus grave" encore que la répression de Tiananmen.

La publication le mois dernier des mémoires de Zhao Ziyang, enregistrées alors qu'il était en résidence surveillée, le ravit. Il aimerait que le livre - publié à Hong Kong par son fils Bao Pu - puisse être lu en Chine et y lancer un débat.

Bao entretient son propre débat, intérieur: "Je regrette d'avoir compris tout cela il y a seulement vingt ans. Pourquoi n'ai-je pas pu le faire il y a 40 ans ou 60 ans"?

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 23:02
Le dalaï lama est arrivé aux Pays-Bas pour une visite de trois jours
AMSTERDAM (AFP)
LA CROIX

Le dalaï lama est arrivé mercredi aux Pays-Bas pour une visite de trois jours durant laquelle il rencontrera notamment le ministre néerlandais des Affaires étrangères, a constaté l'AFP.

"Ma visite est non politique. Je suis ici pour simplement partager avec le public sur deux choses : les valeurs humaines et l'harmonie religieuse", a déclaré le chef spirituel des Tibétains en exil, lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol.

Interrogé sur le fait que le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende ne le recevrait pas, il a répondu : "pas de problème, je n'ai pas d'agenda politique".

Un journaliste lui a demandé s'il pensait que cela avait un lien avec les protestations des autorités chinoises, il a rétorqué : "demandez-lui" avant d'éclater de rire.

Le dalaï lama rencontrera vendredi matin le chef de la diplomatie néerlandaise Maxime Verhagen dans une église de La Haye, "en tant que leader spirituel", selon le ministère des Affaires étrangères. Il participera ensuite à une réunion publique à la chambre basse du parlement. Jeudi, il donnera une lecture publique à Amsterdam.

La Chine a réitéré mardi ses protestations contre l'accueil que réservent les capitales européennes au dalaï lama. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Pékin a prévenu que cela "détériorera gravement les relations" avec la Chine.

Le dalaï lama, qui vient d'achever une visite au Danemark, se rendra en France vendredi. Agé de 73 ans, il vit en exil en Inde depuis qu'il a fui le Tibet après l'échec d'un soulèvement anti-chinois à Lhassa en 1959. C'est sa cinquième visite aux Pays-Bas depuis 1986.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 22:57

RFI

A la veille du 20ème anniversaire de l'intervention militaire place Tiananmen, le gouvernement chinois fait tout pour étouffer l'événement. Censures, interpellations et contrôles renforcés règnent partout dans le pays

Il fallait s'y attendre. Pékin a mis en place progressivement tout un dispositif  policier, mais aussi de contrôle de la presse et d'Internet, qui devrait interdire en principe toute forme de protestation en mémoire des étudiants tués dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.

La place Tiananmen est devenue très difficile d'accès. Des centaines de policiers, y compris en civils, contrôlent étroitement l'accès à la place. Les visiteurs sont fouillés, les papiers contrôlés, des journalistes ont déjà été refoulés. Certains, qui ont tenté de faire des interviews à Tiananmen, ont été même interpellés. L'association des journalistes étrangers a déjà dénoncé officiellement « les restrictions et harcèlements imposés aux journalistes et contraire à la loi chinoise ».

Depuis quelques heures, les autorités ont également réduit considérablement les accès à internet. Des dizaines de sites parmi les plus connus sont inaccessibles. « Les autorités chinoises ne reculent devant rien pour imposer le silence sur ces événements de Tiananmen », constate ce matin l'association Reporter sans frontière.

« Un simple incident politique »

Dans la presse chinoise, l'embargo est total sur ce 20ème anniversaire du Printemps de Pékin. Pas la moindre référence, y compris sur les multiples chaines de la télévision officielle.  

Les seuls commentaires entendus à Pékin sont ceux du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, en réponse à des questions de journalistes étrangers. Il a expliqué qu'il s'agissait d' « un simple incident politique, sur lequel tout a été dit ». Pas question d'adresser des excuses à qui que ce soit, a précisé le porte-parole. Des propos qui ne sont même pas inscrits dans le compte-rendu officiel. 

Enfin, un certain nombre de dissidents ou parents de victimes ont également été contraints au silence ou éloignés de Pékin ces derniers jours. C'est le cas de Bao Tong, un des principaux dirigeants de l'époque et partisans d'une démocratisation du régime.

Hong Kong, une liberté relative

Le statut de l'ancienne colonie britannique autorise encore une relative liberté de parole même si le chef administratif de Hong Kong a tenté dans un premier temps d'empêcher les manifestations.

Le week-end dernier, plusieurs milliers de Hong-kongais ont défilé dans les rues en noir et blanc, les deux couleurs du deuil en Chine. Des anciens étudiants de Tiananmen,  souvent réfugiés aux Etats-Unis,  ont même réussi à se rendre à Hong Kong. C'est le cas de Xiong Yan, qui s'est enfui de Chine après avoir passé deux ans en prison. D'autres ont été moins heureux, et ont été aussitôt remis dans un avion.  Le principal quotidien de Hong Kong évoque cette « chronique des arrivées et des départs ». Il raconte l'émotion de ces dissidents de se retrouver en terre chinoise.

Hong Kong où se déroulera jeudi le seul hommage autorisé aux victimes de Tiananmen, dans un parc de la ville

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 22:55

ROMANDIE

PEKIN - La Chine censurait mercredi les informations sur la répression du mouvement démocratique il y a 20 ans, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, ce qui a affecté l'internet mais aussi les télévisions étrangères diffusées dans le pays.

Mercredi, les internautes chinois n'ont pas pu se connecter à plusieurs services de Microsoft, comme le tout nouveau moteur de recherches Bing ou sa messagerie Hotmail, ou encore au réseau social Twitter.

Ce blocage a donné lieu à des échanges sur les forums de discussions de sites spécialisés, où les événements de 1989, tabous en Chine, ont été évoqués à demi-mot.

Sur le site DoNews consacré aux nouvelles technologies, un internaute a répondu aux interrogations en écrivant: "Ce n'est pas Microsoft qui l'a fait exprès... c'est parce que... demain... par conséquent..."

Les jeux de mots ont également fusé sur l'"harmonie", slogan du régime, ce dernier étant accusé de vouloir "harmoniser" (censurer) les sites d'information étrangers. Un internaute a même proposé de rebaptiser le moteur Bing de Microsoft en "crabes de rivière", qui se prononce comme harmonie en chinois mais avec des tons différents.

Des services, comme Twitter, sont particulièrement populaires auprès des jeunes générations urbaines.

"Grandiose grande muraille", a commenté un internaute sur DoNews, faisant référence au système de contrôle de l'internet mis en place par le régime chinois.

Cependant, il semble présenter des failles, car si des sites internet comme celui de la BBC en chinois étaient inaccessibles en Chine, d'autres, comme Google, proposant des photos de la répression, étaient visibles mercredi.

Les télévisions étrangères, diffusées sur le cable pour un public assez réduit, ont également été victimes de la censure. Un écran noir apparaît sur CNN ou la BBC dès que les présentateurs annoncent des sujets sur les événements de 1989. La chaîne francophone TV5 Monde a également été censurée.

Dans un communiqué, l'association Reporters sans frontières, basée à Paris, a dénoncé mardi une "censure brutale" imposée par le gouvernement chinois "sur les manifestations qui ont duré plusieurs semaines dans toute la Chine et sur le sort des centaines d'étudiants et d'ouvriers tués par l'armée, le 4 juin 1989".

"Une grande majorité de jeunes Chinois ne connaissent même pas l'existence de cet épisode, tant le black-out a été maintenu au cours des 20 dernières années", a ajouté RSF.

La Chine a renforcé les mesures de sécurité sur la place Tiananmen, centre politique du pays, et à ses abords, et accru la surveillance des dissidents, à l'approche de l'anniversaire sensible de la répression du mouvement démocratique, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.

Des journalistes accrédités en Chine ont également été empêchés de filmer sur la plus grande esplanade du monde.

(©AFP / 03 juin 2009 )

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 12:01

PEKIN (AFP) - 03/06/09 11:26


De nombreux dissidents ont été emmenés hors de Pékin ou confinés chez eux mercredi à la veille du 20e anniversaire de la sanglante répression des manifestations en faveur de la démocratie dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.

Dans le même temps, la place Tiananmen, coeur de la révolte du "Printemps de Pékin", était quadrillée par plusieurs centaines de membres de différents corps de police, a constaté l'AFP.

Qi Zhiyong, qui a perdu la jambe gauche dans la répression de 1989, a été emmené de force hors de la capitale, après avoir refusé de partir de son plein gré.

"Tous les jours, c'est dans une voiture de police que je dois emmener ma fille à l'école mais, aujourd'hui, après l'avoir accompagnée, la police a refusé de me laisser sortir de la voiture", a expliqué le dissident, dans un texto à l'AFP.

"Ils sont en train de me conduire hors de Pékin. Ils vont saisir mon téléphone", a-t-il aussi écrit, avant qu'il ne devienne impossible de le joindre.

Des centaines, peut-être des milliers, de manifestants, étudiants et citoyens solidaires, ont été tués dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 après que les chars de l'armée chinoise eurent envahi les rues de Pékin pour écraser sept semaines de revendications démocratiques et pacifiques, qualifiées de "rébellion contre-révolutionnaire" par le pouvoir communiste.

Le sujet reste tabou en Chine où le "6-4", le 4 juin, est tous les ans tendu.

Mais "cette année, la police prend des mesures beaucoup plus radicales", a estimé Nicholas Bequelin, de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch à Hong Kong.

"Toute la protection légale évoquée par l'Etat part en fumée dès que le parti communiste se sent menacé. Ils privent les gens de leur liberté de mouvement, de fait les enlèvent ou les arrêtent sans aucune justification légale", a-t-il ajouté.

L'écrivain Jiang Qisheng, emprisonné pour subversion pour avoir voulu organiser des commémorations en 1999, n'a ainsi pas pu accompagner sa femme chez le médecin mercredi: les cinq gardes en faction devant son domicile lui "ont dit qu'il n'avait pas le droit", a-t-il raconté en s'insurgeant contre des procédés "illégaux".

Amnesty International a recensé plusieurs autres figures de la dissidence ayant eu des démêlés avec la police dans tout le pays, dont, à Pékin, le militant antisida Wan Yanhai, "mis dans un train de force avec sa famille" pour une ville du Nord, et Zeng Jinyan, l'épouse du dissident emprisonné, Prix Sakharov 2008 pour la liberté de pensée, Hu Jia.

"Zeng Jinyan a brutalement été repoussée par cinq policiers" mercredi alors qu'elle voulait sortir de chez elle avec sa fillette. "Ils lui ont dit qu'elle n'avait pas le droit de quitter son domicile dans les prochains jours", a indiqué Amnesty.

Ding Zilin, 72 ans, mère d'une victime de Tiananmen, est également restée chez elle, sous surveillance, après que la police lui a demandé de partir.

"J'ai refusé", a-t-elle affirmé à l'AFP, ajoutant avoir été suivie mardi alors qu'elle était sortie faire des courses pour ses propres commémorations privées: celle de la naissance de son fils le 2 juin, celle de sa mort le 3 au soir, à 17 ans.

Wu Gaoxing, qui a passé deux ans en prison pour avoir manifesté dans la province du Zhejiang (est) il y a 20 ans, a été emmené dès samedi par des policiers, selon un de ses proches. Comme le dissident Bao Tong, emmené à la montagne la semaine dernière.

Wu venait de publier une lettre ouverte au président Hu Jintao réclamant une indemnisation pour ceux emprisonnés après la répression du 4 juin.

Par ailleurs, la Chine a pris d'autres mesures à destination du grand public, censurant les informations des télévisions étrangères sur Tiananmen et bloquant une série de services internet comme Bing, le nouveau moteur de Microsoft, Hotmail, ou le réseau social Twitter.

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 21:08

LE MONDE

Le dalaï lama va défendre "l'éthique laïque" lors sa visite à Paris du 6 au 8 juin, en affirmant qu'il ne faut pas imposer sa religion aux autres et "qu'on peut vivre très bien sans religion", a affirmé mardi 2 juin le bureau du Tibet à Paris.

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains en exil qui doit recevoir le titre de "citoyen d'honneur de Paris" des mains du maire de la ville, Bertrand Delanoë, en dépit de la colère de Pékin, donnera une conférence dimanche au Palais Omnisport de Bercy,  qui peut accueillir jusqu'à 12 000 personnes.

"Essentiellement il va parler de l'ethique laïque car pour lui c'est extrêmement important de parler des valeurs humaines : on n'a pas besoin d'être croyant, on n'a pas à s'affilier à tel ou tel système politique, on n'a pas à s'imposer politiquement ou religieusement", a expliqué Wangpo Bashi, secrétaire général du bureau du Tibet à Paris.

NOUVELLE MISE EN GARDE DE PÉKIN

Pour le dalaï lama, Prix Nobel de la paix, "les religions sont parfois à l'origine de conflits ou des paravents pour un certains nombre de groupes ethniques et de populations. Il ne faut pas essayer d'imposer sa religion aux autres si on veut promouvoir la paix", a-t-il poursuivi. Selon lui, le dalaï lama va "répéter ce qu'il a dit plusieurs fois : 'Je ne nie pas ma condition de moine bouddhiste mais je veux un Tibet laïque'".

La Chine a lancé mardi une nouvelle mise en garde aux pays qui accueillent le dalaï lama dans sa présente tournée européenne, les menaçant d'une "grave détérioration" de leurs relations avec Pékin. Le dalaï lama vient de passer trois jours au Danemark, où il a été reçu par le premier ministre, Lars Loekke Rasmussen. Avant de se rendre en France, il passera en Islande et aux Pays-Bas.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo