Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 19:00
TAIWAN INFO

Le Parti démocrate-progressiste, dans l'opposition, a décidé de dédier la journée du 10 mars au Tibet. Des manifestations seront organisées dans tous les districts et municipalités tenues par le DPP, a précisé, hier, le porte-parole du parti, Cheng Wen-tsang.

Une résolution allant dans ce sens a été votée hier, au DPP, après la présentation d'un rapport sur la situation des droits de l'Homme au Tibet par Tseng Chien-yuan, une des figures des organisations insulaires luttant pour le Tibet libre. Tsai Ing-wen, la présidente du parti, participera à ces manifestations dont l'objectif est de soutenir la cause tibétaine et de protester contre l'étouffement politique des Tibétains.

Les Tibétains commémorent cette année le 50e anniversaire de la révolte contre l'envahisseur chinois, le 10 mars 1959. L'occupation par l'armée chinoise du Tibet a depuis contraint le dalaï-lama à l'exil en Inde.

A Taiwan, la communauté tibétaine n'a pas fêté Losar, son nouvel an lunaire, qui tombait cette année le 26 février, en signe de protestation contre la violente répression du gouvernement chinois lors des troubles du 14 mars 2008.



Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 18:56

VALEURS ACTUELLES 

Chine. Confidences de moines tibétains sur leur vie et le dalaï-lama.

Frédéric Nissac, le 05-03-2009

Pékin s'attend à des mois difficiles, marqués par des anniversaires "sensibles". Les monastères tibétains se préparent. Reportage.

Le régime chinois observe avec attention le regain de mobilisation autour du Tibet, à la veille d'un printemps riche en commémorations sensibles: le premier anniversaire des émeutes de Lhassa (mars 2008), les cinquante ans de la féroce répression de mars 1959 qui contraignit le dalaï-lama à l'exil en Inde. C'est aussi cette année, en juin, que sera célébré le vingtième anniversaire des émeutes de la place Tienan Men.


« Depuis la fin des JO, tout semble calme, mais ce n'est qu'une apparence »
, explique un moine médecin de l'hôpital tibétain du monastère de Labrang (province du Gansu).Ce que confirme l'immolation d'un moine,le 27 février, dans la province du Sichuan.Les procès des insurgés de mars continuent. Les plus lourdes condamnations tournent autour de dix ans de prison. Chaque semaine, les moines doivent participer à des séances d'"éducation patriotique". Les nombreux fonctionnaires tibétains qui travaillent dans l'administration locale doivent régulièrement prouver leur allégeance en rédigeant des dissertations sur les vertus du marxisme- léninisme à la chinoise.

Le soir, dans un café Internet proche du monastère, des dizaines de jeunes moines en robe pourpre jouent en réseaux.Leurs jeux sont ultra-violents, comme Counter Strike, où l'on s'extermine à coups de grenades et d'armes automatiques.On est bien loin du pacifisme tibétain célébré par Hollywood,comme dans Kundun, le film de Martin Scorsese (1997), qui s'ouvre sur cette affirmation incertaine : «Depuis un millier d'années, les Tibétains pratiquent la non-violence. »

Pékin sait que la cause tibétaine compte des relais nombreux à l'étranger, comme l'avaient montré les manifestations à la veille des jeux Olympiques, en août dernier, et l'engagement de l'intelligentsia occidentale bobo, la même qui soutint jadis Mao Tsé-toung et sa Révolution culturelle. Le bouddhisme tibétain, quatrième religion en France, est tendance depuis l'attribution du prix Nobel de la paix au dalaï lama, en 1989, alors qu'il se garde de tout prosélytisme: « En Occident, je ne crois pas judicieux de suivre le bouddhisme. Changer de religion n'est pas comme changer de profession… »

"L'ennemi est un loup drapé dans la robe de bure des moines"

De nombreux Tibétains s'interrogent sur les rencontres entre leur chef et les dirigeants occidentaux. Beaucoup pensent qu'elles n'ont fait qu'éloigner la perspective d'un règlement, durcissant la position du gouvernement. Hu Jintao, le président chinois, l'a confirmé en changeant tous les secrétaires de province du Parti, sauf deux : ceux du Xinjiang et du Tibet, deux communistes intransigeants.En mars 2008,Zhang Qingli, le proconsul chinois au Tibet, avait donné la ligne: «Nous sommes engagés dans une lutte à mort avec le dalaï-lama.L'ennemi est un loup drapé dans la bure des moines. » Dans le monastère de Labrang, le visage rond du moine Tsewang se fend d'un sourire espiègle. Manifestement, la lutte continue. Les dizaines de drapeaux tibétains brandis par les moines en mars 2008 pour défier le pouvoir chinois venaient de ce monastère. « Certains de nos jeunes moines sont très doués en informatique, explique Tsewang. Ils ont récupéré l'image du drapeau sur Internet, d'autres ont fait imprimer les drapeaux dans une usine d'une grande ville chinoise, au nez et la barbe des patrons. »

Fondé en 1709, Labrang compta jusqu'à 3600 moines avant la Révolution culturelle. Ce nombre est aujourd'hui limité à un millier par les autorités, qui savent que les monastères sont des foyers de sédition. Après avoir échoué à éradiquer le bouddhisme tibétain, le Parti communiste cherche à restreindre son influence et à le contrôler. Ce qui n'empêche par la reconstruction de centaines de monastères au Tibet, grâce aux dons des pèlerins et des Chinois qui suivent les enseignements des maîtres tibétains. Tsewang parle en déambulant dans ce monastère aux allures de cité médiévale: «Après la manifestation de mars 2008, des milliers de soldats sont venus fouiller chaque recoin du monastère. Ils nous tenaient en joue avec leurs fusils alors qu'ils piétinaient et détruisaient chaque photo du dalaï-lama qu'ils dénichaient. Environ cent cinquante personnes ont été arrêtées. » Elles ont été relâchées dans les jours qui suivirent.

À Shaanxi, dans la province voisine du Sichuan, des affiches de propagande appellent à « appliquer fermement la loi de la Chine socialiste ».Elles font écho aux banderoles rouges apposées sur les casernes militaires : « Suivre le Parti qui montre la direction. » Paysan aisé, très pieux, Norbu assure qu'il n'aime pas le Parti: « Je ne lui dois rien pour ma réussite et j'en suis fier. D'autres Tibétains entrent au PC et y font carrière mais ils continuent à venir prier en cachette au monastère, bien que ce soit interdit. C'est révoltant: personne ne les a menacés pour devenir cadre du Parti. Soit ils suivent la voie du Bouddha, soit ils suivent celle du Parti, mais pas l'une et l'autre à la fois ! »

Norbu n'est pas favorable à l'indépendance du Tibet mais à la "voie moyenne", prônée par le dalaï-lama : un Tibet réellement autonome au sein de la Chine. « Je reconnais les aspects positifs apportés par les Chinois. Mais les médias d'État n'évoquent jamais les ressources naturelles du Tibet que la Chine exploite sans vergogne. Les centaines de milliers de mort tibétains, depuis l'invasion chinoise, sont aussi un tabou. »

Le régime chinois se fait en ce moment plus patient que brutal. Il sait que sa meilleure arme face au dalaï lama, 73 ans, malade, est le temps. Il devine aussi que l'Occident fera toujours passer ses intérêts commerciaux et ses objectifs stratégiques avant sa sympathie pour le Tibet.


Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:39

POINT PRESSE - MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENNES

(La France est-elle favorable à une enquête internationale et indépendante sur les violences commises au Tibet comme l'ont demandé la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, le Dalaï Lama ou une organisation comme Amnesty ?)

La préoccupation que nous avons est de savoir ce qui se passe au Tibet et de disposer de tous les éléments d'information sur les événements récents. C'est l'esprit de la proposition du Dalaï Lama.

C'est pourquoi nous demandons à la Chine de réouvrir sans délai le Tibet à la présence étrangère et en particulier de permettre aux journalistes d'y travailler de nouveau.

Nous aurons l'occasion d'en débattre avec nos partenaires européens./.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:35

COURRIER INTERNATIONAL

Un an après les émeutes de Lhassa et les manifestations qui ont secoué toute la région, celle-ci reste sous haute surveillance pour le cinquantième anniversaire de la fuite du dalaï-lama en Inde.

Les Tibétains ont marqué sans enthousiasme le début du Losar, leur nouvel an traditionnel [cette année, le 25 février]. Pour nombre d'entre eux, une campagne de boycott du Losar a transformé ce qui est d'habitude un événement festif en une période de deuil pour les personnes qui ont été tuées, torturées ou jetées en prison lors des émeutes survenues en mars 2008 dans la région autonome du Tibet (RAT). L'appel au boycott – lancé depuis des mois via des messages textes, des courriels et des panneaux installés au bord des routes – a été relayé par les organisations de Tibétains en exil. D'après ces dernières, jusqu'à 100 personnes ont trouvé la mort en 2008 durant ce qui a constitué les pires violences au Tibet depuis vingt ans [selon les sources officielles chinoises, les émeutes de mars 2008 ont fait 19 morts parmi les résidents chinois de Lhassa].

A l'approche du Losar, les forces de sécurité chinoises ont renforcé leur présence au Tibet. Le 10 mars, qui marquera en 2009 le cinquantième anniversaire de la révolte avortée contre la domination chinoise qui avait contraint le dalaï-lama à prendre le chemin de l'exil, est une date extrêmement sensible. Le gouvernement tibétain en exil [à Dharamsala, en Inde] soutient que les forces chinoises ont massacré 87 000 personnes lors de la répression de 1959. Les dirigeants chinois sont décidés à empêcher une répétition de l'agitation meurtrière de mars 2008. Ils ont dépêché un envoyé spécial à Katmandou pour demander au Népal d'interdire toute manifestation antichinoise. Pékin a également intensifié les attaques contre le dalaï-lama et ses partisans, déclarant le 28 mars Journée de l'émancipation des serfs, afin de rafraîchir les mémoires sur le système féodal qui existait au Tibet avant l'invasion chinoise en 1950.

Même si Pékin réussit à contenir les tensions au Tibet dans l'immédiat, celles-ci finiront tôt ou tard par refaire surface, peut-être même avec une violence accrue. Jusqu'à présent, les dirigeants chinois se sont contentés d'attendre la mort du dalaï-lama, tout en procédant à la colonisation de la région par des Chinois Hans, qui ont amené avec eux des infrastructures modernes, l'enseignement, le système juridique chinois et une croissance économique impressionnante, même si elle est mal répartie. Toutes ces réalisations, calcule Pékin, devraient être dûment accueillies avec joie et gratitude. Par ailleurs, les médias officiels poursuivent sans succès leur campagne de propagande en vue de présenter sous un jour caricatural le charismatique dalaï-lama. Ils voudraient que le dalaï-lama, respecté dans le monde entier et considéré comme un homme de paix, soit perçu comme un extrémiste prônant la violence.

Si le chef spirituel des Tibétains devait décéder demain, sa mort ne ferait que jeter une lumière crue sur l'échec de la politique tibétaine de la Chine. Certes, les Tibétains perdraient un symbole mondialement reconnu de leur cause, mais Pékin ne verrait pas pour autant ses problèmes locaux résolus. Le fossé ne ferait que se creuser entre les Tibétains et leurs maîtres chinois, à mesure que la rivalité entre Dharamsala et Pékin deviendrait féroce pour nommer un successeur, traditionnellement considéré comme une réincarnation dont la naissance coïncide avec le décès de son prédécesseur. Le dalaï-lama a même envisagé de rompre avec la tradition et de désigner son successeur avant de mourir – même si cela pose des questions délicates concernant la réincarnation.

Certes, un successeur qui apparaîtrait comme nommé par Pékin ne serait pas légitime. Mais aucun analyste bien au fait du problème épineux du Tibet ne suggérerait l'indépendance pour cette région difficile. Ce serait nier la réalité politique et les grands progrès économiques réalisés dans la région sous la férule chinoise. Mais il n'est pas raisonnable non plus d'attendre des Tibétains qu'ils se résignent à la tragique destruction de leur culture [l'évolution économique récente du Tibet est fort critiquée pour la manière dont elle avantage de fait les résidents chinois et pour les atteintes au système agricole et écologique de la région]. Après cinquante ans de calomnies, ce serait trop espérer des dirigeants chinois qu'ils consentent à la "voie du milieu" préconisée par le dalaï-lama [celui-ci prône l'autonomie dans le cadre de la souveraineté chinoise]. Mais il leur faudrait bien trouver autre chose que les imprécations et le durcissement des mesures de sécurité chaque fois que les Tibétains menacent de se soulever.

Mais rien n'indique que Pékin a reconnu l'échec de cette politique et est disposé à rectifier le tir. Et le reste du monde est trop préoccupé par la crise économique pour se soucier encore du Tibet. Ainsi, durant sa visite en Chine, le 21 février, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton n'a pas évoqué le dossier tibétain. Les droits de l'homme et la liberté religieuse passent au second plan dans des relations sino-américaines désormais inspirées par les craintes d'une récession économique mondiale, du réchauffement climatique et du terrorisme. Dès lors, le gouvernement chinois ne risque pas d'être confronté à une forte opposition à sa politique tibétaine. Même si, parmi les Tibétains, l'hostilité à l'égard de la Chine ne fait que monter, notamment parmi les moines qui ont été obligés de quitter leurs monastères, de désavouer le dalaï-lama et de suivre des cours d'"éducation patriotique". Le gouvernement chinois verra peut-être s'exprimer quelques manifestations peu sincères de loyauté, mais il n'aura conquis ni les cœurs ni les esprits. Il ne les conquerra que s'il honore et respecte ce qui est dans ces cœurs et ces esprits, et s'il autorise une liberté religieuse pourtant garantie par sa propre Constitution.

La Chine est en mesure de contrôler le Tibet et elle le fera, malgré les aspirations séparatistes des extrémistes tibétains [dans la communauté en exil], qui abhorrent non seulement Pékin, mais s'irritent également de la demande plus modérée faite par le dalaï-lama d'une plus grande autonomie. Mais la Chine n'amènera jamais réellement le Tibet dans son giron à moins qu'elle ne cesse de mater les Tibétains en réprimant leurs manifestations.

Kent Ewing
Asia Times Online

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:32
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:28
 
RFI


Au Tibet, la tension est en train de monter un an après les émeutes de Lhassa, et à quelques jours du 50e anniversaire du soulèvement contre la Chine. Un moine aurait été abattu par la police dans le Sichuan, information démentie officiellement, alors que le gouvernement renforce sa campagne de presse contre le Dalaï Lama.


Les dirigeants chinois se préparent à une période difficile au Tibet et dans toutes les provinces à forte présence tibétaine.

Dans le Sichuan, un moine aurait tenté de s'immoler par le feu la semaine dernière. Selon la version officielle, il aurait été conduit à l'hôpital. Mais l'organisation Free Tibet, basée à Londres, affirme au contraire que la police aurait  tiré sur le moine. Ces évènements se sont déroulés à l'occasion d'une manifestation de religieux tibétains contre la répression chinoise. La police a aussitôt encerclé le monastère.

Huit tonnes d'or

Des évènements qui interviennent à quelques jours du 50e anniversaire du soulèvement tibétain et de la fuite du Dalaï Lama en Inde. L'année dernière, ce même anniversaire avait donné lieu à des émeutes qui ont fait selon la police 21 morts, alors que les organisations pro-tibétaines affirment que plus de 200 personnes ont été tuées au cours de ces manifestations. De source tibétaine, on affirme également que la Chine a de nouveau fermé le Tibet aux étrangers.

Une information démentie à Pékin, où on s'emploie surtout à mener une campagne contre le Dalaï Lama. Dans un Livre blanc sur le Tibet, rendu public hier lundi, les autorités chinoises expliquent par exemple que le Dalaï Lama a accumulé une fortune personnelle, composé notamment de huit tonnes d'or.

La Chine affirme également avoir mis en œuvre au Tibet un processus démocratique, en remplacement du système féodal défendu par le chef spirituel tibétain.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:23
RTBF.BE

Le groupe de rock britannique Oasis a affirmé mardi que l'annulation de ses deux concerts en Chine continentale à Pékin et Shanghai a été provoquée par la question du Tibet.

"Des responsables au sein du ministère chinois de la Culture ont découvert seulement récemment que Noel Gallagher avait participé à un concert au bénéfice de Free Tibet... et ont donc considéré que le groupe ne pouvait jouer pour ses fans", a indiqué Oasis dans un communiqué sur son site internet.

Le groupe explique avoir été prévenu samedi de la décision prise par les autorités d'arrêter la vente de billets et de rembourser ceux qui avaient déjà été vendus.

La licence leur permettant de jouer a également été annulée, selon Oasis, qui devait se produire le 3 avril à Pékin et le 5 à Shanghai pour la première fois en Chine continentale.

Le ministère de la Culture était injoignable mardi et les organisateurs des concerts ont démenti la version donnée par le groupe.

Luo Xiaochuan, leur porte-parole, a expliqué à l'AFP que l'annulation était due à l'impact de la crise économique.

Cette décision intervient alors que la situation est tendue à l'approche du 50e anniversaire du départ en exil du dalaï lama.

Il y a un an, Pékin avait annoncé qu'il allait se montrer plus strict avec les artistes étrangers après que la chanteuse islandaise Björk eut dédié une chanson à l'indépendance du Tibet lors d'un concert à Shanghai.

"Nous ne tolérerons jamais aucune tentative de séparer le Tibet de la Chine et n'accueillerons plus les artistes qui agissent ainsi", avait déclaré le ministère de la Culture.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:18

AUJOURD'HUI LA CHINE

Alors que le premier anniversaire des émeutes à Lhassa se rapproche, la Chine a publié le 2 mars un "livre blanc" accusant les gouvernements occidentaux d'entretenir les troubles et de freiner le développement économique de la région.

Les difficultés de la Chine au Tibet sont attisées par les forces occidentales qui cherchent à diviser et à affaiblir la puissance émergente de cette région et à distraire leurs propres citoyens de leur misère économique, selon le livre blanc.

"Il est clair que la soi-disante question tibétaine n'est en aucune façon un problème ethnique, religieux ou social. Il s'agit plutôt d'une manoeuvre des forces occidentales anti-chinoises pour affaiblir, diviser et diaboliser la Chine", poursuit le texte rédigé par le Bureau de l'Information du Conseil d'Etat et publié par l'agence de presse officielle Xinhua.

Pour appuyer ses propos, le gouvernement ne manque pas de rappeler son rôle dans la modernisation de la région.

La politique de la Chine au Tibet a renversé "le régime de servage" et libéré environ un million de serfs et d'esclaves, souligne le rapport qui compare cette avancée au mouvement de libération de l'esclavage aux Etats-Unis.

La Chine a également amélioré la situation des droits de l'homme et les conditions de vie des habitants au Tibet, précise le rapport.

Ce texte survient alors que plusieurs incidents ont été rapportés dans les régions tibétaines.

A l'approche de la date du 10 mars, jour du 50e anniversaire de l'insurrection tibétaine, et de celle du 14 mars, jour des émeutes à Lhassa, la Chine se montre particulièrement anxieuse par rapport à la menace de nouveaux troubles.

La sécurité a été renforcée dans la Région autonome du Tibet et dans les provinces limitrophes à population tibétaine et selon des agences de voyage, le Tibet pourrait se voir prochainement fermer aux étrangers.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:14
LIBERATION

Droits de l'homme. Les autorités chinoises multiplient les intimidations
PÉKIN, de notre correspondante PASCALE NIVELLE

Ils ont défendu Hu Jia et Chen Guangcheng, militants des droits de l'homme emprisonnés, mais aussi des centaines de citoyens ordinaires. Ils ont signé la Charte 08, pétition appelant à des réformes démocratiques, qui met le gouvernement chinois en émoi. Ils tiennent des blogs sur la corruption, l'injustice au quotidien, le Tibet, le droit à la santé et à la propriété. Ils réclament un barreau, qui les représente et les défende. Leur seule revendication est la stricte application de la loi. Cette poignée d'avocats, à peine une soixantaine sur les 15 000 inscrits à Pékin et encore moins en province, dérange. «Les avocats représentent une menace pour le régime car ils agissent dans la légalité, explique Li Fangping, avocat de 35 ans. Ils sont incontrôlables

«Bourreau». Ce n'est pas faute d'essayer. Yitong, plus célèbre des cabinets de la capitale en matière de droits de l'homme, est menacé de fermeture pour six mois par l'administration du district de Haidian. «Ce serait la mort de la firme», affirme l'un des fondateurs, Liu Xiaoyuan. L'avertissement est tombé à la mi-février, et la probable confirmation devrait être donnée demain : «On attend que les bourreaux frappent avec leur couteau», dit Li Jinsong, membre de Yitong et défenseur, entre autres, de Hu Jia.

La raison de cette suspension ? Le cabinet aurait employé un avocat interdit d'exercer depuis qu'il a attaqué légalement le bureau de justice de sa province. «Un prétexte, assure Liu Xiaoyuan. Cela fait un an que nous recevons des avertissements de toute sorte, on s'attendait à une sanction.» Créé en 2004, le cabinet comptait près d'une vingtaine d'avocats il y a un an. Ils ne sont plus que dix aujourd'hui. La plupart ont démissionné aux premières alertes, à l'automne, d'autres s'apprêtent à le faire et cherchent à se faire embaucher par un nouveau cabinet en emportant les dossiers : «L'important, ce sont nos clients. Sans cabinet, on ne peut pas plaider, poursuit Liu Xiaoyuan. Mais qui va nous engager ? Même si la plupart de nos confrères sont d'accord avec nous, c'est risqué.»

Teng Biao, jeune professeur à l'Institut de droit et de sciences politiques de Chine, a lui aussi connu des difficultés «d'ordre administratif». Pendant plusieurs années, il a exercé comme avocat dans le cabinet Huayi, tout en donnant ses cours. Mais un jour, sans raison particulière, ce blogueur énergique, militant dans une ONG qui œuvre pour la démocratie, a été sommé de choisir entre ses deux casquettes. Son université n'ayant jamais fourni les papiers nécessaires pour qu'il soit avocat, il est resté enseignant. Mais il continue de suivre à la loupe le combat de ses anciens confrères, en première ligne des avancées démocratiques en Chine : «Le problème en Chine ce ne sont pas les lois, qui sont globalement bonnes, mais leur application», assure-t-il.

Souvent appelés sur des conflits qui mettent les autorités en cause, les avocats subissent de multiples pressions. De la suspension des licences, renouvelables annuellement, à la condamnation lourde pour subversion de l'ordre public, les méthodes sont variées. Parfois ce sont des intimidations physiques. «En province, je suis souvent suivi, même molesté», raconte Li Fangping, habitué de dossiers sensibles. En décembre, Li a défendu un de ses confrères : Liu Yao avait assisté à la destruction d'une palissade par ses clients expulsés illégalement. Du simple spectateur à l'accusation de passage à l'acte, il n'y a qu'un pas, franchi par les juges de la province du Guangdong. L'avocat a été condamné à deux ans de prison «pour destruction de biens publics», malgré une pétition inattendue, signée par 500 avocats de Shenzhen pour une fois solidaires. «Depuis quatre ou cinq ans, les avocats montent au front des conflits sociaux, explique Li Fangping. La pression devient forte, le gouvernement devra céder sur beaucoup de choses. Nous représentons le droit et la société civile, il n'y a rien à opposer à cela.»

Blog. Liu Xiaoyuan, l'avocat du cabinet Yitong, a défendu son client Yang Jia jusqu'au matin de son exécution, le 26 novembre. L'homme, qui clamait son innocence dans une affaire de vol de vélo, a assassiné six policiers dans un commissariat de Shanghai. Au grand désarroi des autorités, il est devenu une sorte de héros national sur Internet. Liu, qui a écrit une centaine d'articles sur le cas Yang Jia sur son blog, a contribué à sa réputation et sans doute ruiné la sienne aux yeux des autorités. Comme ses associés, il réclame aussi l'élection au suffrage universel des membres de l'Association des avocats. Tenue en laisse par le Bureau de la justice, cette association est loin d'être le barreau dont rêvent les avocats. «Ils sont censés nous défendre, mais ne servent qu'à nous surveiller, voire à nous sanctionner», explique Liu Xiaoyuan. Ce combat serait, selon lui, la raison majeure de la fermeture annoncée du cabinet Yitong

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:05

L'EXPRESS

DHARAMSALA, Inde - "Bouddha vivant" âgé de 23 ans, vêtu d'une robe orange et possesseur d'un iPod, le karmapa-lama, possible successeur du dalaï-lama, pense pouvoir être le pont entre les générations de bouddhistes tibétains, ainsi qu'avec la Chine

Pour survivre, les Tibétains doivent se moderniser, estime le troisième lama le plus important, qui a fui le Tibet il y a neuf ans pour rejoindre le dalaï-lama dans son exil indien de Dharamsala.

"Le Tibet a développé au fil de bien des générations ses propres modes de pensée et de vie, qui sont plutôt dépassés aujourd'hui", a déclaré le karmapa-lama à Reuters lors d'une entrevue à Dharamsala.

"Il y a un fossé entre la vieille mentalité tibétaine et la jeunesse d'aujourd'hui. C'est un grand problème, et je pense vraiment pouvoir servir de passerelle entre les deux", a-t-il ajouté, via un interprète.

Le dalaï-lama, âgé de 73 ans, commémore cette année le 50e anniversaire de son départ en exil face aux autorités chinoises, et certains observateurs pensent qu'il pourrait préparer lui-même sa succession.

Le karmapa-lama est celui dont le nom revient le plus souvent. Malgré son éducation tibétaine classique, il se distingue de ses aînés par des attributs bien occidentaux comme un iPod ou une Playstation.

Surtout, il est à la fois reconnu par les Tibétains comme par le gouvernement de Pékin, qui rejette le dalaï-lama, accusé de séparatisme.

"Il a travaillé avec les Chinois, qui ne lui sont pas étrangers", note Jeremy Russell, son professeur d'anglais. "Il n'est pas consumé par la rancoeur et considère qu'ils font partie du paysage."

HÉROS RESPECTÉ

Des moines en quête d'un lama réincarné ont vu dans cet enfant de nomades la 17e réincarnation du chef spirituel de la secte Kagyu, alors qu'il avait sept ans.

Sa fuite audacieuse d'un monastère tibétain pour rallier l'Inde en franchissant l'Himalaya à pied et à cheval lui a plus tard valu le respect de la communauté des exilés.

"Il a choisi de renoncer aux privilèges dont il aurait bénéficié sous l'autorité chinoise. Sa fuite en a fait un héros pour les Tibétains, qui y voient un acte délibéré d'opposition aux Chinois", explique l'intellectuel de premier plan Tsering Shakya.

Le dalaï-lama doit normalement informer son entourage de sa réincarnation peu avant de mourir, afin de permettre aux moines de se mettre en quête de l'enfant élu. Les Tibétains craignent toutefois que Pékin ne place son propre successeur, comme ce fut le cas dans les années 1990 avec le panchen-lama, deuxième lama le plus éminent de la communauté.

Le dalaï-lama a laissé flotter l'idée de désigner un régent qui prendrait sa place de guide spirituel le temps qu'un nouveau lama grandisse.

Mais le karmapa-lama pourrait refuser un tel rôle. "La société tibétaine d'aujourd'hui est démocratique, et chaque individu a le droit de dire ce qu'il éprouve ou pense. Il n'est obligatoire pour personne de faire ce qu'un autre a décidé pour lui."

Son enfance au Tibet sous administration chinoise lui a permis d'apprendre le Chinois, qu'il parle et calligraphie couramment, et pourrait en tout cas lui permettre de resserrer les liens de son peuple avec Pékin.

"Cet apprentissage pourrait aider à créer une relation de compréhension cordiale, et favoriser une sorte de coexistence pacifique", espère-t- il.

Avec Bappa Majumdar à New Delhi, version française Gregory Schwartz

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo