Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 09:53

 

 

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, s'est vu remettre mercredi le titre de citoyen d'honneur de Varsovie, lors d'une cérémonie au Château royal de la capitale polonaise, a constaté une journaliste de l'AFP.

Ce titre lui a été attribué en mai par les autorités municipales.

"En tant que conseillers municipaux d'une ville si lourdement éprouvée par l'histoire, nous avons le droit moral et le devoir d'honorer un homme qui cherche pour ses compatriotes et pour son pays la liberté et la souveraineté dont nous jouissons nous-mêmes depuis vingt ans", ont alors proclamé les élus varsoviens.

"Nous sommes fiers de voir désormais le 14e dalaï lama être symboliquement l'un des nôtres, citoyens de cette ville insoumise. Que ce moine errant et ce grand maître sache qu'il sera toujours accueilli à Varsovie en ami", a déclaré lors de la cérémonie mercredi Hanna Gronkiewicz-Waltz, maire de Varsovie.

"C'est un grand honneur (...) mais je me demande toujours à de telles occasions quels devoirs y sont peut-être liés", a dit le dalaï lama, sur le ton de la plaisanterie.

En visitant mardi le Musée de l'insurrection de Varsovie, le dalaï lama a fait un parallèle entre le sort du peuple tibétain et celui des insurgés polonais contre les occupants nazis de 1944 dont il a salué "le désir de liberté".

 

La suite sur :

aujourdhuilachine


Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 22:29

Reporters sans frontières a envoyé aux autorités chinoises une pétition pour demander la libération du réalisateur tibétain Dhondup Wangchen. Emprisonné depuis le 23 mars 2008, il est gravement malade : atteint de l’hépatite B. Il ne reçoit aucun traitement approprié. Selon de récentes informations, Dhondup Wangchen est actuellement incarcéré au Centre de détention de Xining dans le Qinghai à l’ouest de la Chine.



La femme de Dhondup Wangchen recueille des signatures en Inde

Au moment de son arrestation, Dhondup Wangchen réalisait un documentaire sur le Tibet qui a notamment été projeté à des journalistes étrangers pendant les Jeux olympiques de Pékin. Il pourrait être jugé pour "séparatisme".

« Il est urgent que les autorités compétentes entendent l’appel lancé par des milliers de citoyens à travers le monde en faveur d’un homme dont le seul tort est d’avoir collecté des témoignages. Le gouvernement doit prendre en compte l’état de santé de Dhondup Wangchen, et le libérer pour des raisons humanitaires », a déclaré l’organisation.

Le 29 juillet 2009, Reporters sans frontières a remis à l’ambassade de Chine à Paris, une pétition signée par 13 941 personnes, parmi elles des Tibétains mais également des Indiens, des Occidentaux, et huit parlementaires australiens. Lhamo Tso, l’épouse de Dhondup Wangchen réfugiée en Inde, a collecté des milliers de signatures grâce au soutien du Tibet Post (www.thetibetpost.com).

Par ailleurs, l’avocat chinois, nommé par la famille du réalisateur, Li Dunyong, s’est vu refuser l’accès à Dhondup Wangchen. Depuis le début de l’année 2009, Li Dunyong n’a pu rencontrer son client qu’une seule fois, en avril 2009. Comme de nombreux avocats défenseurs des droits de l’homme en Chine, il subit actuellement des pressions de la part du gouvernement, qui menace de révoquer sa licence s’il n’abandonne pas cette affaire.

Lire la suite et voir les photos et video sur :

REPORTERS SANS FRONTIERES
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 21:49

mercredi
29 juillet 2009
Cynthia Gani

Chef du PS genevois et maire d’Onex, René Longet fait un pied de nez au Conseil fédéral et à l’exécutif cantonal, qui ne recevront pas le chef spirituel du Tibet, en invitant le 1er août un membre du parlement tibétain en exil

Le dalaï-lama sera à Genève le 6 août, mais cela n’émeut guère les autorités de la Ville et du canton: personne n’a prévu d’accueillir le chef spirituel du Tibet. Une attitude qui contraste avec la mobilisation des Vaudois, qui se préparent à recevoir comme il se doit le dalaï-lama les 4 et 5 août, en mobilisant deux conseillers d’Etat dont le président radical du gouvernement Pascal Broulis (lire ci-contre). La passivité de Genève, où les officiels sont à peine au courant de la visite du leader tibétain, agace le président du PS, René Longet. Egalement maire de la commune d’Onex, ce dernier a décidé de faire un pied de nez à l’exécutif cantonal et au Conseil fédéral, lui aussi réticent à recevoir le dalaï-lama, en invitant un membre du parlement tibétain en exil à s’exprimer dans le cadre des festivités du 1er Août. Il invite par ailleurs le gouvernement genevois à «ne pas rater l’occasion».

Dialogue sino-tibétain

A Lausanne mardi et mercredi prochains, le dalaï-lama enseignera «l’art du bonheur» aux 12 000 spectateurs qui viendront l’écouter à la patinoire de Malley. Puis il se déplacera à Genève, où il a prévu de participer jeudi à une conférence sino-tibétaine organisée par des ONG actives dans la réconciliation des deux peuples. Le Nobel de la paix rencontrera la presse accréditée pour cet événement à l’hôtel Intercontinental, où une chambre lui a été réservée. Et s’exprimera lors du meeting.

 

......Lire la suite sur :

LETEMPS.CH


 

....Le 1er Août, René Longet plaidera dans son discours pour la cause du Tibet: «Abandonner le Tibet à son sort reviendrait à renier nos valeurs», assure le patron d’une commune qui arbore le drapeau tibétain «en signe de solidarité» depuis plus d’un an. Son initiative a déjà suscité la colère de l’UDC, qui lui a écrit pour dire tout le mal qu’elle pense de l’invitation faite à Sonam Monkhar, que ses élus snoberont.

Quant à l’immobilisme des autorités, il est dénoncé par les radicaux, qui estiment «malheureux que Genève ne semble pas plus attachée à recevoir dignement en la personne du dalaï-lama un symbole de la résistance non violente à la répression et un défenseur des libertés.»

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 09:07
TOKYO (AFP) - 29/07/09 08:36
Photo Toshifumi Kitamura AFP

Rebiya Kadeer, chef de la dissidence ouïghoure en exil, a déclaré mercredi à Tokyo que "près de 10.000 personnes avaient disparu en une nuit à Urumqi", pendant les émeutes interethniques début juillet dans le nord-ouest de la Chine.
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 09:49


FRANCE24

Obama souhaite renforcer la coopération avec Pékin

Dans un discours prononcé à Washington lors du premier sommet sino-américain de l'ère Obama, le président américain a prôné une meilleure coopération entre les deux pays. Et a appelé Pékin à respecter les droits des minorités ethniques et religieuses.

 

lire la suite : FRANCE24
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 14:15

Phayul
Dharamsala, Juillet 26

La police chinoise de Chamdo a arrêté un lycéen tibétain qui s’opposait à la domination chinoise et exprimait sa fidélité à Sa Sainteté le Dalaï Lama, selon la Radio Free Asia.

Lobsang Nyandak, un élève de l'école Gewa Guru, a quitté l'école avec un ami, le dimanche 28 Juin 2009.. Tous les deux, ils se sont dirigés vers la ville et ont flâné autour du marché pendant un certain temps. Around evening Lobsang stayed back and sent his friend back to school. Dans la soirée Lobsang est resté en arrière et a envoyé son ami à l'école.

Lobsang avait prévu de procéder à une manifestation de protestation ce jour-là.
Sur un tissu blanc drapé autour de son corps ,on pouvait lire "Indépendance du Tibet, Vive le Dalaï Lama, la Chine hors du Tibet". Un autre tissu qu’ il avait dans ses mains était peint aux couleurs du drapeau national tibétain.
 Il a couru vers le marché Tothokhang de Chamdo et crié des slogans tels que "le Tibet est indépendant», «Mangez de la Tsampa Tibétains, réveillez-vous».
 Il s’est ensuite dirigé vers le bureau de la police de Chamdo et a été arrêté.

 Six étudiants de Guru Gewa sont arrivés au poste de police et ont exigé sa libération, et ont menacé de continuer à protester, s’ il n'était pas libéré.
La police les a mis en garde de ne pas protester et a déclaré qu’une enquête sur l'affaire serait faite sur le cas de Lobsang. . Plus d'étudiants de l'école ont essayé de rejoindre le bureau de la police, mais le directeur de l'école les a arrêtés.

Lobsang est actuellement détenu à la prison de Chamdo. Les autorités chinoises ont resserré leur contrôle sur la ville natale de Lobsang Tsawa Punda de peur des répercussions .
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 23:22

REPORTERS SANS FRONTIERES

Reporters sans frontières relaie l’appel du Uyghur PEN Centre

Reporters sans frontières dénonce la situation de la liberté de l’information dans la région du Xinjiang. Le 7 juillet 2009, le gouvernement chinois a confirmé que l’accès à Internet était coupé dans la capitale Urumqi, afin “d’empêcher la violence de s’étendre”. Selon l’organe officiel Le Quotidien du peuple, une conférence de presse s’est tenue le même jour à 12h30 par les autorités de la ville et le comité municipal du Parti communiste chinois (PCC). 60 médias étrangers y auraient assisté ainsi que 80 médias nationaux. Les journalistes auraient ensuite assisté aux visites des lieux des émeutes et des hôpitaux, encadrés par le "département concerné" du Parti.

Depuis le 5 juillet 2009, les communications téléphoniques internationales sont également coupées.

L’organisation a interrogé Kaiser Abdurusul, secrétaire général de l’organisation d’écrivains Uyghur PEN Centre, basé au Royaume-Uni, sur les conditions d’accès à l’information dans la province.

©http://www.argia.com

Quelle liberté ont les médias à l’heure actuelle ?

Les principaux témoignages (photos, vidéos) que nous recevons viennent de touristes et pas de journalistes. Les journalistes chinois présents travaillent pour les médias d’Etat, contrôlés par le pouvoir chinois. Ils relaient donc la propagande et ne montrent que les côtés négatifs des revendications des Ouïghours. Les journalistes étrangers, eux, sont totalement instrumentalisés par le Parti communiste et n’ont accès qu’à très peu d’informations. Ils sont escortés par des membres du Parti où qu’ils aillent.

De plus, les communications téléphoniques vers l’international et Internet sont coupées. Il est donc très dur de faire sortir l’information du pays. D’ailleurs, tout acte de cette nature est surveillé. Je n’ose moi-même pas appeler mes proches de peur de les soumettre à un danger encore plus grand.

Quelles sont les sources d’informations sur lesquelles le peuple ouïghour peut compter ?

Quasiment aucune. Les informations indépendantes sont des sources d’informations privées. Mais actuellement, il est très difficile de communiquer, les sources d’informations se raréfient et les journalistes qui osent couvrir les émeutes risquent leur vie. Tous les sites Internet et les forums en langue ouïghoure ont été fermés depuis le début des manifestations, le 26 juin dernier.

Les communications internationales étant coupées, seuls les appels à l’intérieur du pays permettent d’obtenir des informations. La communauté ouïghoure à Pékin, Shanghaï et partout en Chine relaie l’information de cette manière. C’est ainsi que les Ouïghours du Xinjiang savent ce qui se passe à l’extérieur de la province.

Internet est-il un moyen de communication utile dans la mobilisation ?

Internet est aujourd’hui coupé et seules certaines personnes, si elles y ont accès, savent se servir de moyens de contournement de la censure en ligne. D’une manière générale, Internet est très surveillé en Chine et les internautes du pays ne peuvent consulter que des informations censurées. Au Xinjiang, environ la moitié des Ouïghours présents dans la province utilisent Internet. De même à Urumqi. Mais l’usage de cet espace est très réglementé. Par exemple, dans un cybercafé, on vous demande votre carte d’identité et tout ce que vous faites est surveillé. Et quand on demande une connexion personnelle chez soi, il faut se faire enregistrer auprès de la police et signer une déclaration pour s’engager à respecter les règles de connexion de la loi chinoise.

Je demande aux journalistes occidentaux d’essayer de collecter des informations par tous les moyens possibles et d’aider le peuple ouïghour à ce que justice soit rendue à travers leurs récits.

“Nous demandons à la communauté internationale de prendre des sanctions contre la Chine. Le simple appel au respect des droits démocratiques ne suffit pas. L’ouverture dont le gouvernement fait preuve en direction des médias étrangers ne doit pas faire oublier que ce souci de transparence ne s’applique pas du tout aux journalistes chinois et sur Internet. Les autorités chinoises sont en train de couper du monde une de leurs provinces pour pouvoir exercer leur répression à huis clos”, a déclaré Reporters sans frontières.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 20:39

Urgent: Appel du Congrès Mondial Ouïghour adressé à l'ONU, au Parlement Européen et aux Gouvernements du monde entier. (20/7/2009). English original version


Traduction de D.

Le Congrès Mondial Ouïghour (CMO) (1)et les Communautés ouïghoures partout dans le monde sont profondément choquées de voir réprimée dans un bain de sang les protestations du 5 juillet 2009 à Urumqi(2). Ces troubles faisaient suite aux provocations du Régime Communiste et à sa violente répression des manifestations pacifiques à l'initiative d'étudiants ouïghours protestant contre l'inaction du Gouvernement de la Province de Canton face au lynchage d'ouvriers ouïghours dans une fabrique de jouets en juin dernier.

Dans cette usine le Gouvernement prétend qu'il n'y a eu que 2 ouvriers Ouïghours tués et seulement 118 blessés. Mais des témoins et des sources indépendantes affirment que le bilan est bien pire: en fait, au moins 30 Ouïghours - hommes et femmes - auraient été battus à mort et des centaines de Ouïghours seraient gravement blessés.      (Urumqi, le 5 juillet 2009)

Le 10 juillet 2009, une semaine environ après les violences d'Urumqi, le Gouvernement chinois a annoncé publiquement son bilan des victimes: 184 personnes auraient été tuées, dont 46 Ouïghours (les autres seraient des Chinois Hans). Le Congrès Mondial Ouïghour rejète ces chiffres en s'appuyant sur les témoignages de Ouïghours qui ont pu contacter des Représentants du CMO aux Etats-Unis, en Allemagne et en Turquie. Ces témoins oculaires affirment que, le 5 juillet, la Police était déjà sur la Place du Peuple à Urumqi avant que les manifestants ouïghours n'y parviennent. Dès leur arrivée, les Policiers les auraient alors brutalement frappés puis arrêtés. Ainsi, en quelques heures seulement, cette manifestation pacifique et bien préparée fut plongée dans la violence.

Les manifestants Ouïghours arboraient des drapeaux chinois: cela prouve à l'évidence qu'ils n'avaient aucunement l'intention de donner un tour brutal à leur protestation. Les Autorités chinoises étaient au courant de la manifestation: elle avait été annoncée sur internet. Ils avaient eu tout le temps pour décider de l'attitude à adopter.

La manifestation a débuté selon nos sources vers 17h00 (heure locale; 19h00 à Pékin). Immédiatement les Forces de sécurité se sont mises à tabasser, à pourchasser les gens et à les arrêter. Et cela pendant de nombreuses heures d'affilée. Notamment à 20h30 (heure locale) la Police a poursuivi des manifestants Ouïghours dans trois Allées (l'Allée ''Old Malbazar'' près de Sanshihangzi, l'Allée ''Haba'' près de l'Ecole élementaire No. 28, et celle longeant le ''Border Hotel''). Ils ont coupé l'électricité dans Urumqi pendant 90 minutes: pendant ce laps de temps les Forces de sécurité, munies d'armes automatiques et déployant leurs véhicules blindés, ont encerclé la foule.

C'est alors qu'elles ont fait feu de toute la puissance de leur armement militaire. On peut entendre ces rafales de tirs dans les nombreuses vidéos réalisées cette nuit là et accessibles sur YouTube. Adam Grode, professeur d'Anglais résidant près de l'endroit où s'est produit la tuerie, a déclaré que vers minuit, alors que certains blindés avaient quitté les lieux, on pouvait encore entendre les tirs d'armes à feu. D'après ce que disent des témoins oculaires, on estime qu'environ 1000 personnes ont été tuées au cours de ces seules 90 minutes (en majorité des Ouïghours). Le Premier Ministre de la Turquie compare cette opération à un génocide.

A 22h00 l'électricité est remise en route à Urumqi: la Police se met alors à perquisitionner les habitations dans le secteur des trois Allées où le carnage a eu lieu, en arrêtant tous les hommes de plus de 14 ans. Les Policiers les ont forcés à se dévêtir, et à ne garder que leurs sous-vêtements, avant de les charger dans plusieurs camions.

Compte tenu des antécédents de la Chine en matière de répression et d'arrestations massives de Ouïghours dans des manifestations passées, nous avons la ferme conviction que les Autorités chinoises ont dû arrêter plus de 5000 Ouïghours au cours de cette seule nuit (essentiellement des hommes). Ce qui explique pourquoi à partir du 7 juillet, on n'ait plus vu que des femmes et des enfants dans les manifestations.

Un témoin raconte avoir vu un jeune Ouïghour de 20 ans être victime de deux tirs. Il s'est écroulé dans un fossé non loin de là avant d'y mourir. On a retrouvé son corps le lendemain. Bouleversés par ce qui était arrivé au jeune homme, une dizaine de Ouïghours au moins - essentiellement des femmes et des jeunes habitant le quartier – se sont rassemblés sur les lieux du drame. Alors, des Policiers sont arrivés avec un camion dans lequel ils ont emporté le corps, et ils ont embarqué toutes les personnes présentes. Depuis on ne sait pas ce qu'ils sont devenus; aucune information non plus sur d'autres Ouïghours arrêtés.

Origines de ces émeutes

Ce qui a provoqué la manifestation pacifique d'Urumqi du 5 juillet est la passivité dont a fait preuve le Gouvernement lorsque des Ouïghours ont été battus à mort et que plusieurs centaines furent blessés dans une usine de jouets près de Canton le 25/6/2009.

A cela s'ajoutait le fait que Pouvoir chinois ait annoncé que seuls 2 ouvriers ouïghours étaient morts et qu'il y avait eu 118 blessés dans ce conflit racial. En plus ils ont déclaré que ces actes de violence avaient été déclenché par un message sur Internet dans lequel un Chinois Han, ex-employé de l'usine, disait que des Ouïghours avaient violé deux Chinoises Hans.

Le CMO estime qu'il s'agit ici d'une présentation fallacieuse des faits. On ne peut croire qu'un simple message d'accusation posté sur internet ait pu provoquer la mobilisation de plusieurs milliers d'employés Hans, en les amenant à s'armer de tubes métalliques et de de massues avant de se précipiter sur les cantonnements de l'usine où ils se sont mis à tabasser tous les ouvriers Ouïghours et, dans bon nombre de cas, jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Dans le journal Guardian, un article daté du 10/7/09 raconte: « Un employé de l'usine expliquait qu'il avait tenu à participer au lynchage parce qu'il avait été furieux de voir que les viols(3) avaient été laissés impunis. ''Je voulais juste leur donner une bonne leçon. Je déteste ces mecs du Xinjiang,'' disait-il. ''On était à 7 ou 8 pour tabasser chaque type. Des Ouïghours ont tenté de se cacher sous les lits. Avec des barres de fer on les a tabassé à mort. Après on les a traînés dehors et on a entassé les corps.'' Se tenant accroupi à l'ombre d'un immeuble à moitié construit, ce Chinois Han – préférant resté anonyme – ajoutait que le Gouvernement mentait concernant le bilan des victimes. Lui-même reconnaissait être impliqué dans la mort de 7 ou 8 Ouïghours, tabassés jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent de crier. Il en déduisait qu'en tout au moins 30 types avaient dû être tués, dont quelques Hans. »

Les témoignages reçus dans plusieurs pays par des Représentants du CMO permettent de dire que 30 Ouïghours au moins auraient été tués. Et il y aurait eu plus de 300 blessés au cours du lynchage. La Sécurité aurait mis pratiquement deux jours pour nettoyer toutes les traces de sang dans les allées et les dortoirs du cantonnement de l'usine.

Dans des villages du district de Kashgar, nombreuses furent les familles des victimes à recevoir le corps de leurs proches assorti de menaces de la Police si elles parlaient à quiconque de tout çà, sous peine de perdre leur maison, leurs terres et d'aller en prison.

Après les émeutes d'Urumqi

Le 6 juillet 2009, une foule de plusieurs milliers de Chinois Hans, armés de hachoirs, de machettes, de haches, de massues et de manches de pelles, s'est ruée dans les rues d'Urumqi pour tabasser et tuer tous les Ouïghours qu'ils pouvaient trouver. Ils ont mis à sac des magasins, des restaurants appartenant à des Ouïghours et ils ont détruit deux Mosquées.

Un Chinois Han, qui se fait appeler 'TD', déclarait: « Je viens de passer un coup de fil au Xinjiang. La situation là-bas prend une terrible ampleur. Les Chinois Hans émigrés ont commencé à passer à l'acte: ils tabassent et règlent leur compte à tous les Ouïghours qu'ils peuvent trouver. Les mises à sac des magasins et restaurants ouïghours dépassent de très loin le nombre de commerces chinois saccagés le 6 juillet. Le nombre réel de Ouïghours tués ou blessés est sans commune mesure par rapport aux chiffres officiels. Dans les rues on ne voit plus que des Chinois Hans, dont beaucoup portent des longs couteaux. C'est inimaginable, on a vu des Hans tuer des Ouïghours et les suspendre aux arbres. Sur des ponts qu'ils occupent, des Hans auraient projeté des Ouïghours par dessus les parapets. Il y aurait un grand nombre de cadavres partout. Des bennes à ordures auraient commencé à les ramasser. Des Policiers non loin de là ont dit qu'ils n'avaient rien vu de spécial. Mais on a pu entendre certains d'entre eux encourager les Chinois Hans en leur disant de frapper aux points vitaux. »

Plusieurs Ouïghours témoignent du fait que dans ces bandes de Chinois Hans ils semblaient y avoir des militaires en civil: certains de ceux aperçus en train de frapper des Ouïghours à mort procédaient de manière ''professionnelle''.

Le 6 juillet, contrairement à son attitude face aux manifestants Ouïghours pacifiques et désarmés, la Police ne s'est absolument pas opposée aux hordes de Chinois Hans en armes. Paradoxalement, aucun Han n'aurait été arrêté alors qu'ils sont pourtant coupables d'avoir blessé et tué de nombreux Ouïghours et détruit des commerces. D'après nos sources, seuls des Ouïghours auraient été arrêtés.

Li Zhi – le chef du Parti communiste à Urumqi – a déclaré que tous ceux qui ont commis des « actes cruels » au cours des émeutes auront droit à la peine de mort. Il faisait implicitement allusion aux milliers de Ouïghours actuellement en détention, car aucun des Chinois Hans coupables de lynchage à mort et de destruction de biens n'a fait l'objet d'arrestation.

D'après des témoignages venant du Turkestan oriental et parvenus à des Représentants du CMO, en secret les Autorités chinoises ont déjà exécuté plusieurs Ouïghours. De nombreux corps auraient été ensevelis ensuite de nuit dans des zones désertes dans des fosses de 2m de profondeur. Si des Ouïghours avaient assassiné des dizaines de Hans ils n'auraient jamais pu - contrairement aux Chinois – se débarrasser aisément des cadavres, la Police quadrillant tout le pays.

Ceci rejoint l'hypothèse, formulée par plusieurs personnes, expliquant comment dans le passé des Ouïghours auraient ''disparu'' de manière assez similaire à leur retour du Népal et du Pakistan.

Les medias disent, sans préciser leur nombre, que des Chinois Hans, résidant à Urumqi, seraient à la recherche de proches disparus. Cela s'expliquerait par le fait que parmi les 1000 victimes de la nuit du 5 juillet il y a sûrement quelques Hans. Il est vraisemblable qu'ils aient été enterrés par les Autorités chinoises parmi toutes les autres victimes.

Qui est l'instigateur derrière ces émeutes ?

Dans son article du 10 juillet ''Qui est l'instigateur derrière les émeutes d'Urumqi ?'', Wei Jingsheng, militant chinois pro-Démocratie, dit: « Pendant toute la première partie de la Pièce, l'Instigateur est resté en coulisse pour ne pas se dévoiler. Mais, au dernier Acte crucial, le Pouvoir chinois a dû se manifester pour coordonner l'action vers l'objectif fixé. Ainsi, que ce soit à Urumqi ou a ShaoGuan (Canton -NDT), alors que les émeutes s'enclenchaient et portaient leurs premiers fruits mortels, à la fois le Gouvernement et la Police se sont – contrairement à leur habitude(4) - abstenus d'entrer en scène. A Urumqi cette absence s'est poursuivie pendant 4 à 5 heures d'affilée...

 

De fait, les Minorités sont devenues le moyen de diversion le plus facile pour les bureaucrates du Parti Communiste Chinois: pour beaucoup çà fait même office de stratégie. Alimenter les haines réciproques des divers groupes ethniques - Hitler l'avait déjà fait – c'est devenu un axe majeur, intimement lié au maintien ou à la disparition du PCC.

Pourquoi choisir pour cible les Ouïghours, plutôt que les Tibétains ou les Mongols ? D'abord, parce qu'au Tibet les Chinois Hans ne sont encore qu'une minorité et qu'ils s'enfuieraient plutôt que de soutenir un affrontement prolongé; en Mongolie Intérieure, il n'y a déjà plus beaucoup de Mongols (comparativement au nombre d'immigrants Hans -NDT). Il n'y a qu'au Xinjiang où les rapports de force sont comparables entre Ouïghours et Hans: c'est donc une cible de choix. »

Wei Jingsheng – lui-même victime du Régime chinois – estime que les deux incidents (à Canton et à Urumqi -NDT) résultent directement de l'attitude du Gouvernement chinois, par ses encouragements préalables et ensuite par sa totale inertie face aux hordes de Chinois Hans dans leur lynchage des Ouïghours.

 

Sur Boxun.com, un article du 12 juillet, et plusieurs commentaires laissés par des Chinois Hans, émet l'hypothèse selon laquelle les deux incidents impliquant des Ouïghours – ceux de Canton et d'Urumqi – traduiraient des luttes de pouvoir entre le clan du Président actuel, Hu Jintao, et celui de Jiang Zemin, l'ancien Président. Wang Lequan, proche de Jiang Zemin, est l'actuel Secrétaire Général du PCC au Turkestan Oriental: il serait la cheville ouvrière du complot fomenté par Jiang Zemin.

L'attitude du Gouvernement chinois face à ces crises sociales prouve au monde entier qu'il ne respecte ni les Standards internationaux en matière de droit, ni la Constitution chinoise. L'autre exemple révélateur est le massacre de la Place Tiananmen le 4 juin 1989: le Gouvernement chinois a déclaré que les victimes étaient au nombre de trois, et qu'il s'agirait de 3 militaires... Alors que la Croix Rouge estime qu'il aurait eu environ 2500 morts et entre 7000 à 10000 blessés.

--oOo--

Nous, le Congrès Mondial Ouïghour, réclamons l'intervention urgente au Turkestan Oriental (XUAR), de la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU. Nous lançons un appel au Haut Commissaire des Droits de l'Homme à Genève pour l'envoi d'observateurs indépendants au Turkestan Oriental, en amenant les Autorités chinoises à accepter qu'une enquête indépendante fasse la lumière sur ces événements et statue sur le bilan exact des victimes et des personnes détenues.

Les tensions restent vives au Turkestan Oriental. La Chine a choisi de répondre aux manifestations pacifiques des Ouïghours par une répression militaire, occasionnant la mort d'environ 1000 civils Ouïghours et l'arrestation d'environ 5000 personnes.

Cette attitude ne fait qu'accroître les peurs et l'oppression ressenties par les Ouïghours. Ceux en détention sont soumis de manière quasi systématique à la torture et à divers autres mauvais traitements.

Considérant cette escalade inquiétante et compte tenu des 60 années de passif du Pouvoir chinois en matière de violations des droits humains au Turkestan Oriental, nous demandons que le Secrétariat Général de l'ONU intervienne auprès des Autorités chinoises pour qu'elles mettent fin à la violente répression des Ouïghours.

-----------------

Notes du traducteur:

Congrès Mondial Ouïgour (CMO) : en anglais, ''World Uyghur Congress (WUC)''

Urumqi est la Capitale du Turkestan oriental, dénommé ''Xinjiang, Région Autonome Ouïghoure'' par la République Populaire de Chine (en anglais: ''Xinjiang Uyghur Autonomous Region (XUAR)'')

Extrait du journal LePoint.fr du 17/7/2009 N°1922 « Ce qui s'est vraiment passé au Xinjiang - Jeux troubles. Les affrontements entre Ouïgours et Han ne sont pas le fruit du hasard. » de Caroline Puel, envoyée spécial au Xinjiang :

« Tôt dans la nuit du 26 juin, une bagarre mortelle a lieu dans les dortoirs de l’immense usine de jouets Xunri (18 000 ouvriers) située à Shaoguan, dans la province du Guangdong (Canton -NDT), à plus de 3 000 km d’Urumqi. Deux mois plus tôt, 800 ouvriers ouïgours débarquent dans cette usine, dans le cadre des « transferts de main-d’oeuvre » permettant à des travailleurs des minorités de l’Ouest de toucher les salaires plus intéressants des zones côtières. Mais les ouvriers han, inquiets pour leurs propres emplois en raison de la crise, voient affluer ces rivaux d’un mauvais oeil. La rumeur (démentie depuis) du viol d’une stagiaire han par deux ouvriers ouïgoursmet le feu aux poudres : des centaines de Hans font irruption en pleine nuit dans les dortoirs ouïgours. La rixe aurait officiellement fait deux morts et une centaine de blessés, selonla police, qui n’est arrivée que trois heures plus tard  sur les lieux. Mais plusieurs vidéos tournées avec des téléphones portables, dont une, quasi insoutenable, montrant la mise à mort d’un ouvrier ouïgour à coups de barre de fer, sont mises en ligne sur des forums Internet, puis transférées des milliers de fois. Les commentaires affirment que le nombre de morts et de blessés est beaucoup plus important et que l’enquête policière a été bâclée. « Le ton a commencé à monter dans la communauté ouïgoure, reprend le professeur. Fin juin, une lettre a circulé, demandant une enquête sur cette affaire. Mais elle n’a reçu aucune réponse des autorités locales. » Une manifestation pacifiquerassemblant environ 200 personnes a lieu le dimanche 5 juillet à 18 heures sur l’avenue de la Libération d’Urumqi, rapportent des diplomates européens. Selon les Ouïgours en exil, la police aurait dispersé les manifestants avec violence. (...)

  1. Sauf au Tibet le 14 mars 2008 !  Le même phénomène est dénoncé par le Premier Ministre du Gouvernement tibétain en exil: voir le Communiqué officiel du 18/3/2008 sur Tibet.net << Le 14 mars, d’inhabituels troubles furent permis à Lhassa pendant plusieurs heures dans que les autorités ne prennent de mesures répressives. (...) >> (je dispose d'une traduction en français).  Voir aussi les déclarations de Sa Sainteté le Dalaï Lama, en particulier à Paris en juin 2009.

Autres sites d'information:

- Le Xinjiang heure par heure : chronologie des événements effectuée par le Nouvel Observateur.

- Uyghur Human rights Project: www.uhrp.org Créé par la ''Uyghur American Association'' en 2004. Mission: faire état des violations des droits de l'homme au Turkestan Oriental et promouvoir la Démocratie pour les Ouïghours.

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 15:48

RETING TEMPA TSERING

A 36 years old man Gonlha of Dhari Shen, Golok, Tibet was killed by Chinese police.
Gonlha's family and his friends asked for the body to be returned to determine the cause of death whether by knife or gun but the police did not give it back. So the next day around twenty people went to the police station to ask for the body to be returned. However since the police refused they threw some stones at the windows. Therefore, police threw bleach over the whole crowd, blinding every single member of the crowd and then arrested the now blind and burnt people. There are no reports of what happened next.
36 years old man Gonlha of Dhari Shen
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Droits de l'Homme
commenter cet article
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 13:45

COURRIER INTERNATIONAL

Les organisateurs du Festival international du film de Melbourne, qui commence le 24 juillet, n'ont vraiment pas de chance cette année. Après le boycott de dernière minute du réalisateur Ken Loach, qui proteste contre le financement d'une production australo-israélienne par l'ambassade d'Israël, trois films chinois viennent d'être déprogrammés. Les réalisateurs Zhao Liang, Jia Zhangke et Emily Tang affirment que leur décision n'a aucun rapport avec Pékin, qui avait pourtant exigé la semaine dernière que le documentaire australien 10 Conditions of Love soit retiré de l'affiche.

"Tout cela parce que l'héroïne du film, explique The Australian, est Rebiya Kadeer, autrefois l'une des femmes d'affaires les plus riches de Chine, aujourd'hui présidente du Congrès mondial ouïgour vivant en exil." Les trois réalisateurs assurent que ce n'est pas le documentaire lui-même qui leur pose problème, mais la présence de Kadeer comme invitée du Festival, qui se rend en Australie pour défendre la cause des Ouïgours en Chine. Il faut dire que les relations entre Pékin et Canberra sont très tendues depuis l'arrestation récente, pour espionnage, d'un cadre australien en Chine.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans briancon05urgencetibet
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo