null

Tashi Dhondup

Phayul [Saturday, Janvier 30, 2010 10:58]
Dharamsala, Janvier 30 - Un tribunal chinois de la Région autonome mongole du comté de Sogpo , de Malho Préfecture autonome du Tibet, a condamné un chanteur tibétain à un an et sept mois d'emprisonnement pour avoir produit un album de musique avec "chansons subversives».

Tashi Dondrup a été arrêté le 3 décembre l'année dernière dans un restaurant à Xining, où il avait vécu dans la clandestinité après que les autorités en Novembre l'année dernière, aient interdit son album intitulé :
«La torture sans laisser de traces"


Il était détenu dans un centre de détention dans le Comté de Sog.
Ce sont les autorités chinoises de la province centrale du Henan, où le chanteur est un membre de la Troupe des Arts de la Région autonome de Mongolie, qui ont émis le mandat d'arrestation.

L'album contient 13 chansons et musique exprimant la nostalgie du leader tibétain en exil, Sa Sainteté le Dalaï Lama et la mémoire de la répression du gouvernement chinois sur lesTibétains à travers le Tibet en Mars 2008.

Tashi déjà incarcéré en Septembre 2008, selon les sources de l'ONG ICT ( Campagne internationale pour le Tibet) et accusé par les autorités de l'inclusion de « de contenu contre-révolutionnaire » dans une chanson intitulée « L'Année 1959,« l'année du soulèvement de Lhassa et du départ en exil du Dalaï Lama. Il y fut détenu et battu pendant plus de sept jours par la police à Xining.

5000 CD se sont vendus en moins d'un mois après sa sortie en octobre dans l'Amdo, région de de l'Est du Tibet, où Tashi est une star populaire locale.

Le musicien, fils de fermiers tibétains, qui s'est marié deux mois auparavant avait dû fuir et vivre dans la clandestinité avant d'être arrêté.

Artistes et écrivains connaissentun risque accru en raison de la répression en cours consécutives aux manifestations des Tibétains depuis le 10 Mars 2008, à Lhassaqui se sont étendues sur le Plateau tibétain, selon un rapport de ICT, issu en Décembre 2009.


source : www.phayul.com