Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 21:49

L'EXPRESS

Par AFP, publié le 19/04/2010 à 15:00

 
Les rescapés du séisme de la province de Qinghai n'attendent plus que le dalaï lama...

Reuters

 

Les rescapés du séisme de la province de Qinghai n'attendent plus que le dalaï lama...

Alors que l'aide commence à arriver dans le Qinghai endeuillé par un séisme mercredi dernier, les rescapés n'attendent qu'une visite: celle du dalaï-lama. Et reçoivent celle du président chinois Hu Jintao.

Lundi, l'aide a commencé à arriver en quantité dans la province de Qinghai, dans le nord-ouest de la Chine, touchée par un violent séisme mercredi dernier. Même si la nourriture, les couvertures et les tentes manquent toujours dans cette zone située à quelque 2500 km de Pékin, cette première aide a apporté un peu de réconfort aux survivants.

La visite d'un "enfant du pays" procurerait aussi du réconfort aux rescapés de cette province peuplée majoritairement par des Tibétains. Mais il se trouve qu'il est aussi la bête noire de Pékin: le dalaï lama. En exil à Dharamshala, dans le nord de l'Inde, il n'est pas autorisé à entrer en Chine depuis 1959.

Celui qu'ils attendent se trouve en exil à Dharamshala, dans le nord de l'Inde... et n'est pas autorisé à leur rendre visite. Il s'agit du dalaï lama, née dans cette même province du Qinghai. Les habitants de Jiegu évoquent avec émotion une possible visite du chef spirituel des Tibétains qui demande un geste de Pékin. Mais une visite de la bête noire de Pékin, qui n'a plus mis le pied en territoire chinois depuis son exil en 1959, semble toutefois hautement improbable.

Les habitants de Jiegu évoquent avec émotion cette possible visite du chef spirituel des Tibétains qui reste néanmoins hautement improbable. Ils ont en revanche reçu celle, dimanche, du président chinois...

En chiffres

Le bilan du séisme de mercredi dans le nord-ouest de la Chine, sur le plateau tibétain, s'est alourdi à 1944 morts, a annoncé lundi l'agence Chine Nouvelle. En outre 216 personnes sont portées disparues et 12 315 autres ont été blessées, dont 1134 grièvement, a précisé l'agence officielle. Quelque 15 000 secouristes travaillaient toujours dans des conditions très difficiles en raison du froid, de l'altitude --environ 4000 mètres-- et du manque d'équipement.

Hu Jintao a écourté une tournée latino-américaine en lien avec le sommet des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), pour arriver dimanche sur les lieux, dans cette province reculée. Il a appelé les secouristes à tout faire pour retrouver des survivants alors que le bilan frôle désormais les 2000 morts. "Sauver ceux qui restent emprisonnés reste la tâche prioritaire. Nous devons chérir chaque vie. (...) Le séisme est sans merci, mais les êtres humains ont de la compassion", a dit Hu, s'adressant à la foule avec un mégaphone.

L'espoir a été alimenté lorsqu'un homme de 68 ans a été extrait vivant des décombres dimanche, après avoir passé plus de 100 heures enseveli. Mais si les recherches se poursuivaient à Jiegu, près de l'épicentre du séisme, l'espoir de retrouver des survivants s'amenuise.

"Grand-père Hu pensera à vous"

Le président a aussi promis la reconstruction des écoles et des maisons détruites. "Il y aura de nouvelles écoles. Il y aura de nouvelles maisons", a-t-il inscrit à la craie sur un tableau, en rendant visite à des orphelins dans une tente transformée en salle de classe.

Au moins 100 élèves ont péri dans le tremblement de terre ainsi que 12 enseignants alors que des écoles et des dortoirs ont été détruits par le séisme d'une magnitude de 6,9 sur l'échelle de moment, rappelant le précédent douloureux du tremblement de terre en mai 2008 au Sichuan où les effondrements d'écoles avaient fait des milliers de petites victimes.

Le chef de l'Etat, dont la fermeté au poste de numéro un du Parti communiste au Tibet dans les années 80 a contribué à l'ascension politique, avait été précédé jeudi par le Premier ministre Wen Jiabao dans cette zone dévastée située et à population essentiellement tibétaine.

Mais ces deux visites et l'attitude inhabituellement chaleureuse du président - "Grand-père Hu pensera à vous", a-t-il confié à une femme alitée dans un hôpital de fortune - ne suffiront pas pour faire oublier que l' "enfant du pays" reste persona non grata pour les autorités chinoises, malgré les circonstances dramatiques.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:48

LA CROIX

 

20/04/2010 10:35

 Selon l’AFP, la Chine a refusé mardi de commenter la demande du Dalaï Lama, chef spirituel des Tibétains en exil depuis 1959, de se rendre sur sa terre natale du Qinghai, dans le nord-ouest de la Chine, ravagée par un séisme qui a fait plus de 2.000 morts.

Interrogée à deux reprises au cours d'un point de presse régulier, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mme Jiang Yu, a refusé de répondre, se contentant de donner des précisions sur les opérations de secours. "Actuellement, le gouvernement et le peuple chinois sont en pleine opération de secours après le tremblement de terre, les Chinois d'outre-mer, y compris les Tibétains, ont exprimé leur inquiétude et leur compassion par différents moyens", a-t-elle dit. "Les secours sont suffisants, la nourriture et les vêtements n'arrêtent pas d'arriver. Les habitants ont reçu des aides appropriées et sont à l'abri. Dans le même temps, le gouvernement a pleinement respecté les coutumes et croyances des habitants. Le travail de réconfort psychologique se passe bien, les activités religieuses et les funérailles se déroulent au fur et à mesure", a-t-elle ajouté, faisant allusion au fait que la zone est peuplée à 90% de Tibétains.

Pékin accuse le Dalaï Lama, lauréat du prix Nobel de la paix en 1989, d'être un séparatiste, sous couvert de religion.

Le Dalaï Lama a pourtant répété maintes fois qu'il ne réclamait pas l'indépendance du Tibet, mais uniquement une large autonomie de ce territoire. Né dans la province du Qinghai en 1935, sur le plateau tibétain, il réside en Inde où il s'est réfugié après une insurrection manquée en 1959 à Lhassa contre le pouvoir communiste chinois.

Mardi, six jours après le séisme de magnitude 6,9 dans la province reculée du Qinghai, le bilan s'établissait à 2.046 morts et 193 disparus, après avoir été à nouveau actualisé en mi-journée.

 

AFP la-croix.com - 20/04/2010 10:35

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:30

 

 

FRANCE TIBET

 

Ce qui suit est un compte rendu édité par quelqu'un au Népal qui a des contact dans tout le Tibet, y compris la zone de Yushu.
Conrad Richter

Comme vous le savez la situation avec les Tibétains au Népal ici est très tendue. Quatre autres personnes ont été capturées et emprisonnés seulement aujourd'hui pour échapper au Tibet.
Cette information a été recueillie par des parents ici via des appels téléphoniques à la zone de tremblement de terre et, comme vous le constaterez, [en dehors de la zone sinistrée] ainsi d'assurer le suivi sur le contrôle des nouvelles au sein du Tibet.

Le point où les trois plus grands fleuves de la région à relever est exactement là où le séisme: Machu, Drechu, Tdza-chu et où les Chinois ont construit plusieurs barrages énormes et se sont engagés dans les mines d'or. Ce sont ce que les populations locales considèrent comme la cause.

Douze heures après le tremblement de terre aucune aide du Gouvernement chinois n’était arrivée dans le village à l'épicentre du tremblement de terre. Et puisque toutes les installations et les bureaux du village avaient été détruits, elles étaient très gravement handicapées. Il n’y avait aucune préparation pour un tel tremblement de terre, même s'il y avait eu des avertissements d'un tremblement de terre possible. Aucun matériel ou équipement que ce soit, était disponible pour faire face à une telle urgence.

Les personnes qui ont atteint leur famille dans la zone du séisme ont déclaré que leurs parents étaient dans un tel état de choc qu'ils ne pouvaient pas verbaliser ce qu'ils cherchaient à et n'avait aucune idée de l'endroit où commencer à expliquer, certains étaient sans voix.

Le tremblement de terre a commencé à cinq heures du matin, mais le tremblement Big Hit à débuté seulement à 6:30 dans la soirée. Aucune annonce que ce soit n’a été diffusés.
Cependant, les moines et les laïcs de gonpa TSER-chu proximité, gonpa Ser-tah,
Yah-chen Gonpa ainsi que beaucoup d’autres à des distance parfois de 1000 km sont arrivé pour aider. 4 à 5000 moines accoururent avec des tentes, tsampa, de la viande séchée,
et du beurre.
Plus tard, les autorités du gouvernement chinois ont interdit les moines et les autres étrangers de pénétrer dans la zone pour aider au sauvetage, précisant qu'ils n'avaient pas besoin d'une aide extérieure. 300 personnes de kah Tdza-chu (district) Accoururent avec des fournitures, mais ont été empêchés de pénétrer dans la zone où les gens avaient été enterrés.

Observant le sang qui coulait, tout comme l’eau des bâtiments effondrés, les équipes du gouvernement Chinois plutôt que d’essayer de sauver les gens étaient tout simplement entrain de mettre en place des piles de mort pour les médias et les photographes.
Le Gouvernement chinois n'a pas fait usage de l'aéroport local, même pour les hélicoptères, ni la ligne de chemin de fer, pas plus qu'ils n'ont envoyé des ingénieurs pour évaluer la stabilité de la piste et des voies ferrées afin qu'elles puissent être mises à profit.

Pas d'hôpitaux, pas de préparation d'urgence et une estimation de dix à vingt mille peut-être le nombre de morts des suites de ce séisme. Les cadavres ont été empilés en tas de cent chacun.

Nouvelles du 16 avril : Les moines ont sortis plus de 500 morts et au moins 45 blessés graves, encore vivants. Le gouvernement Chinois n’a pas envoyé des sauveteurs au-delà de la route principale ne tenant pas compte des populations locales qui procédaient à des sauvetages. Le gouvernement chinois n’a cependant clairement pas essayé d'interdire les photos que les journalistes prenaient des moines qui aidaient au sauvetage.

Maintenant, quatre jours plus tard de nombreux survivants sont encore en vie sous les décombres, mais les conditions très froides dut à la haute altitude, sont extrêmement difficile pour les sauveteurs chinois non acclimatés.

L'état des barrages est incertain. Si ces énormes barrages venaient à rompre des villages entiers seront balayés. Alors, les gens fuient en masse, mais sans nourriture, sans abri et sans moyen de communication.

Les personnes contactées dans les zones environnantes ont été choqués d'entendre le tremblement de terre de la famille en dehors du Tibet. Les nouvelles n’ont même pas atteint les gens dans la même province. Rien n'a été signalé sur le tremblement de terre à la télévision à Lhassa.

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:26

 

 

Ci dessous :

- la lettre que les populations tibétaines locales ont écrite au Président Hu Jintao et au Premier Ministre Wen réclamant la possibilité que le Dalaï Lama puisse venir leur rendre visite afin de les aider "à guerir leurs coeurs blessés" ;
(Pour rappel, la région dévastée fait partie du Kham, région faisant partie du Tibet historique, habitée à 97% par des Tibétains)
- la déclaration du Dalaï Lama désirant se rendre sur place afin de prier avec les sinistrés et les aider faire le deuil.

 

Lettre des Tibétains de la région touchée par le tremblement de terre au président Hu Jintao et au Premier ministre Wen demandant une visite du Dalaï Lama

16 avril 2010

Cher Monsieur le Président Hu,

Cher Monsieur le Premier Ministre Wen,

Nous vous souhaitons à tout deux, une bonne santé.

Nous apprécions les efforts de votre gouvernement qui nous a apporté une aide immédiate de l’armée notamment, et ce dès les premières heures de la catastrophe naturelle. Nous, les victimes de cette catastrophe, nous vous en remercions.

Mais nous sommes une communauté profondément religieuse ayant une grande foi dans les enseignements du Bouddha. Depuis plusieurs générations, nous avons une foi profonde dans Sa Sainteté le Dalaï Lama. Aujourd'hui, alors que nous souffrons d'une grande angoisse mentale, ainsi que dans notre chair, nous avons vraiment besoin de la présence de Sa Sainteté sur les lieux du tremblement de terre afin qu’il prie pour les âmes des défunts et qu’il console nos cœurs brisés. Aujourd'hui, nous vous demandons, Monsieur le Président Hu et Monsieur le Premier Ministre Wen, de trouver la compassion dans votre cœur et de réaliser le désir qui est le nôtre, nous les victimes de ce tremblement de terre. Nous, les victimes du séisme (au total plus de 10.000), nous vous implorons, du plus profond de nos cœurs, de mettre temporairement de côté les différents politiques de votre gouvernement avec le Dalaï Lama et de bien vouloir examiner notre demande.

Avec cette invitation à Sa Sainteté le Dalaï Lama, nous n'avons pas d'autre objectif que de réaliser nos aspirations religieuses, de prier pour les âmes des défunts et des survivants de la catastrophe.

En cette heure de détresse, que Sa Sainteté, en personne, vienne nous offrir des prières et des condoléances est la seule façon de guérir nos cœurs blessés. Il n'y a pas d'autre meilleur moyen pour cela.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Déclaration de Sa Sainteté le Dalaï Lama

Sa Sainteté le Dalaï Lama désire se rendre dans la région touchée par le tremblement de terre.


« Comme je l'ai dit brièvement peu de temps après avoir entendu les nouvelles, j'ai été profondément attristé par l’annonce du tremblement de terre dévastateur qui a eu lieu dans la Préfecture de Yushu (Kyigudo en tibétain) - province de Qinghai – Région autonome du Tibet).
Il a abouti à la perte tragique de nombreuses vies, à un grand nombre de de blessés graves et à d’importantes pertes matérielles . En raison de la distance qui nous sépare, à l'heure actuelle, je suis incapable de réconforter ceux qui sont directement affectés , mais je voudrais qu'ils sachent que je prie pour eux.

Je félicite la communauté monastique, les jeunes et les nombreuses autres personnes qui sont venus des alentours pour leur soutien et leur assistance envers ceux qui ont tout perdu.
Que votre compassion exemplaire continue à grandir. Ce genre de travail bénévole au service d'autrui permet vraiment de mettre en pratique l’enseignement du Bouddha.

Je salue également les autorités chinoises pour s’être rendues sur place, en particulier le Premier ministre Wen Jiabao, qui a non seulement offert son réconfort personnel aux communautés touchées, mais qui a également supervisé le travail de secours. Je suis très reconnaissant aussi que les médias soient libres de rendre compte de cette tragédie et de ses conséquences.

En 2008, quand un tremblement de terre similaire a frappé le Sichuan ,les responsables du gouvernement central chinois et les dirigeants locaux ainsi que les autorités auxiliaires ont fait beaucoup d’efforts pour fournir des secours, permettre le libre accès aux médias, ainsi que l’accès aux organismes de secours internationaux pour l’assistance qui était nécessaire.. Je remercie pour toutes ces mesures positives et je demande que de telles facilités d'accès soit possible également à cette occasion.
La communauté tibétaine en exil tient à offrir tout le soutien et l'aide qui lui est possible d’apporter dans ce travail de secours. Nous espérons être en mesure de le faire par les voies appropriées dès que possible.

Lorsque le Sichuan a été touché par un tremblement de terre il ya deux ans, j'ai voulu visiter les zones affectées pour prier et consoler les gens là-bas, mais j'ai été incapable de le faire. Toutefois, lorsque Taiwan a été frappé par un typhon l'année dernière, j'ai pu aller voir les familles touchées et prier avec elles, pour ceux qui avaient péri dans cette catastrophe. En apportant du réconfort aux personnes concernées, j'ai été heureux d'être en mesure de faire quelque chose d'utile.

Cette fois, ce tremblement de terre à Kyigudo (en chinois: Yushu), a eu lieu dans la province de Qinghai où le dernier Panchen Lama et moi-même sommes nés. Pour répondre aux désirs de la plupart des gens là-bas, je suis impatient d'y aller moi-même afin de leur offrir mon réconfort.

En conclusion, je lance un appel aux gouvernements, aux organisations d’aide internationale et aux autres organismes de prolonger leur assistance autant qu'ils leur est possible pour permettre aux familles des victimes de cette tragédie de reconstruire leur vie. Dans le même temps, je veux dire aux survivants de cette catastrophe qu’ils reconnaissent que ce qui s'est passé s’inscrit dans la loi karmique et qu’ils transforment cette épreuve en quelque chose de positif. qu’ils gardent espoir et qu’ils luttent avec courage pour recouvrer ce qu'ils ont perdu. Encore une fois, je prie pour ceux qui ont perdu la vie ainsi que pour le bien-être de ceux qui ont survécu.

Dalaï-Lama, le 17 avril 2010
http://www.tibet.net/en/in dex.php
traduction Drôme Ardèche -Tibet
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:22

 

 

Tremblement de Terre au Qinghai :
Visite du Dalaï Lama aux Tibétains de la zone dévastée par le tremblement de terre.


  Appel à à Nicolas Sarkozy, Président de la République, et à Bernard Kouchner, Ministre des Affaires Etrangères, de soulever cette question personnellement avec les dirigeants chinois et de faire tout ce qu'ils peuvent afin de permettre au Dalaï Lama de rendre visite à la population tibétaine, traumatisée par le tremblement de terre qui a dévasté la région de Kyegundo (Yushu en chinois), au Tibet, et qui demande son aide.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 18:20

LIBERATION

 

Monde 19/04/2010 à 11h03

 

   Le bilan du séisme de mercredi dans le nord-ouest de la Chine, sur le plateau tibétain, s'est alourdi à 1.944 morts, a annoncé lundi Chine Nouvelle. En outre 216 personnes sont portées disparues et 12.315 autres ont été blessées, dont 1.134 grièvement, a précisé l'agence officielle. Le précédent bilan du séisme de magnitude 9 (échelle de moment) qui a frappé la préfecture de Yushu, dans la province du Qinghai, faisait état de 1.706 morts, 256 disparus et quelque 12.000 blessés. Lundi, les recherches de survivants se poursuivaient et l'aide avait commmencé à arriver en quantité dans cette région reculée d'altitude et peuplée essentiellement de membres de l'ethnie tibétaine.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 23:32

 

tremblement-terre.jpg

Boston.com

Photo avril 2010

 

 

 

TIBET ET CHINE : NE PAS CONFONDRE !


  Non, cette fois la terre n’a pas tremblé avec une rare violence en Chine, mais à Jyekundo (Yushu en mandarin) au Tibet, et ce sont essentiellement des Tibétains qui ont été frappés par ce brutal coup de colère. Inutile certes de faire des comptes d’apothicaire à l’heure d’un tel désastre, mais tout de même, le respect le plus élémentaire dû aux victimes est de mentionner correctement leur identité réelle, comme de leur accorder la dignité essentielle de mourir en tant que tels sur leur propre sol ancestral.

Aussi, tous les grands de ce monde qui se sont empressés d’envoyer des messages de condoléances au président chinois auraient-ils été tout aussi bien avisés d’en présenter au Dalaï-Lama et à tous les Tibétains, de l’extérieur comme de l’intérieur.

A force de feindre d’ignorer le différend entre les deux voisins au coeur de la Haute Asie, on finirait par oublier trop commodément que le Tibet est un pays occupé depuis six décennies, que son peuple est captif d’un pouvoir colonisateur et que son droit fondamental à l’autodétermination lui est refusé par un régime autocratique – pour ne pas dire dictatorial.

A force de s’incliner si bas devant une réussite économique qui aveugle ceux qui ont les yeux plus gros que le ventre et n’ont cure du sort d’autrui, la vue se brouille et l’ignorance, volontaire ou non, fait le reste.

Pourtant, dès les premières images disponibles – photos ou reportages vidéo en provenance des agences officielles chinoises elles-mêmes, aucun doute n’était possible : morts ou vivants, les victimes sont en majorité tibétaines (passons sur cette formule glanée dans une dépêche d’agence française « une chinoise d’ethnie tibétaine », faudrait que quelqu’un m’explique ce que ça veut dire…) Ces visages de nomades dernièrement sédentarisés de force (sous prétexte de sauvegarder l’environnement…) ne sauraient être confondus avec d’autres populations d’immigration récente dans cette région reculée si tragiquement touchée.

A en croire des réactions sur la toile chinoise, même des internautes han n’en reviennent pas : eux qui d’ordinaire n’apprécient guère ces voisins turbulents considérés comme des barbares et qui de surcroît se montrent ingrats envers un régime qui fait tout pour les sortir de leur « arriération » et d’un prétendu servage séculaire, découvrent soudain les conditions de misère qui leur sont imposées. L’un d’eux s’étonne : alors que la télévision officielle montre toujours des Tibétains richement vêtus d’habits somptueux dansant et chantant les louanges du parti communiste et de ses dirigeants, voilà qu’il les entrevoit sous un jour totalement différent, dans des contrées rudes laissés pour compte d’un développement qui les ignore, tandis que des colons venus de Chine continentale exploitent les richesses de leur sous-sol sans tenir compte de leurs traditions ni de leurs coutumes. Les autorités chinoises si fières d’aligner chiffres et statistiques témoignant de leur sollicitude du bien-être de la population « d’ethnies minoritaires comme les Tibétains » se retrouvent confrontées à une réalité qui rappelle singulièrement celle du tremblement de terre au Séchouan en 2008, avec les écoles effondrées et des élèves par dizaines morts sous les décombres…

Au fait, qui a décidé que les Tibétains sont une « ethnie minoritaire » ? Que comprendre de cette réflexion d’un ex-pasteur nomade qui raconte avoir été contraint de se séparer de son troupeau avant d’emménager dans une maison qu’il a dû payer et qui a désormais tout perdu – sauf la volonté de quitter cette existence qu’il n’aime pas dans une ville qui n’a rien à lui offrir en échange de sa prairie, de son horizon et de son silence perdus : on lui a promis une tente, il attend pour repartir vers son pâturage ancestral, quitte à aller « faire paître les bêtes de ceux qui sont restés en liberté »…

Malgré les restrictions imposées, des témoignages s’accumulent qui disent la détresse des survivants, la solidarité qui s’organise vaille que vaille, le ressentiment aussi qui monte en raison des secours qui tardent et s’occupent d‘abord des bâtiments administratifs officiels et des immeubles résidentiels, sans guère se soucier du quotidien des plus mal lotis. La communauté exilée, qui a accueilli ces dernières années nombre de jeunes réfugiés de ces régions reculées fuyant précisément les campagnes de sédentarisation forcée ou de rééducation patriotique dans les monastères, fait office de courroie de transmission et de recherche d’informations grâce à des liens familiaux, tout en s’activant afin de faire passer de l’aide d’urgence à ceux qui en ont le plus besoin. Mais le gouvernement chinois entend garder sous strict contrôle tout ce qui a trait à ce sujet ultrasensible, et si quelques journalistes occidentaux ainsi que des ONG travaillant sur place ont réussi à parer au plus pressé et à donner des nouvelles sur l’ampleur du désastre et les urgences, n’entre pas qui veut dans ces zones toujours sous haute surveillance militaire depuis les manifestations de 2008 – d’ailleurs, des protestations ont encore sporadiquement lieu, et la répression n’a pas cessé, de jeunes élèves d’une école secondaire ayant dernièrement été arrêtés dans la région pour avoir réclamé l’indépendance et le retour du dalaï-lama… Et Pékin a refusé l’aide des équipes de secours taïwanaises prêtes à se rendre sur place. En attendant, ce sont les moines des monastères des environs qui sont venus à la rescousse des sinistrés, aidant à mains nues les survivants à déblayer les corps et à récupérer de modestes biens – une équipe de télévision occidentale a filmé une photo du dalaï-lama pieusement retirée des décombres… Ce qui n’est pas forcément du goût des responsables chinois, dont l’un d’eux a cru bon, selon un journal allemand qui rapporte le fait, de féliciter les moines « de témoigner ainsi leur amour envers la nation, la religion et la patrie ». Comme propagande politique éhontée, on ne fait guère mieux, alors que les moines, honnis par le pouvoir, s’apprêtaient à célébrer les rites funéraires devant un monceau de corps sans vie, afin que les victimes soient dignement accompagnées selon la tradition.

Les troupes chinoises dépêchées sur les lieux souffrent du mal d’altitude – mais les Tibétains qui vivent déjà sous surveillance permanente renforcée craignent beaucoup de les voir prolonger leur séjour commandé : nombre d’entre eux préfèrent quitter la ville et les « villages socialistes » où ont été parqués des dizaines de milliers de nomades pour regagner les montagnes et les collines des alentours, qu’ils jugent désormais plus sûres… Certains n’hésitent pas non plus à s’interroger, ne serait-ce qu’à mi-voix, sur un avenir pour eux de plus en plus incertain, et mettent en cause à mots couverts l’implantation de fabriques, la mise en exploitation des mines et la construction de barrages sur toutes les grandes rivières de la région – autant de facteurs qui, à leurs yeux, représentent un grave danger pour leur environnement et leur mode de vie, alors qu’eux-mêmes en sont réduits au rôle de spectateurs passifs et impuissants, sans voix au chapitre. Autant d’interrogations qui viennent à l’esprit et posent la question précise de la responsabilité des barrages construits ou à venir (81 au programme sur le plateau tibétain) en ces régions de haute altitude que les dirigeants chinois comptent transformer en réservoir hydraulique pour une Chine toujours plus avide d’énergie afin de poursuivre une croissance débridée dans un but se nourrissant de chimères… aux dépens des Tibétains. Pour l’heure, instruites d’expérience, des associations internationales réclament de plus en plus fermement un moratoire sur ces chantiers anarchiques dont les riverains ne sont pas consultés, alors qu’ils se retrouvent soudain privés de leur gagne-pain ou confrontés à des catastrophes climatiques sans précédent dans leur histoire. Le temps semblerait être venu d’ouvrir enfin les yeux, de regarder une carte et de ne pas confondre avec une complaisance coupable – ajoutant l’insulte à la souffrance – Tibet et Chine.

Quoi qu’en disent les actuels dirigeants chinois, les Tibétains et les Chinois sont certes voisins, mais leurs histoires sont différentes, comme leurs langues, leurs traditions, leur cultures et leurs coutumes. Nul doute qu’à l’heure d’une société mondialisée comme aujourd’hui, il n’est guère possible d’ignorer l’interdépendance sur laquelle elle se fonde. Il n’empêche, comme le relevait avec un brin de malice le Dalaï-Lama lors de son récent passage à Zurich et en dépit de l’incivilité des autorités helvétiques, nul ne s’est encore aventuré à l’appeler « le Dalaï-lama de Chine », ou encore moins « le Dalaï-lama du Tibet de Chine », il est et demeure le « Dalaï-lama du Tibet ». C’est précisément pourquoi il reste, aux yeux de son peuple et de beaucoup d’autres, que cela plaise ou non à Pékin, le pivot d’une solution viable au différend tibéto-chinois. L’an dernier, après le passage d’un cyclone dévastateur à Taiwan, le gouvernement de Taipeh avait consenti à une « visite pastorale » du leader tibétain dans l’île – le ciel n’en était pas tombé pour autant sur la tête de quiconque.

Et si la direction du parti chinois avait réellement l’intention de répondre aux aspirations tibétaines, que ne trouverait-elle pas le courage politique d’un geste semblable, qui lui vaudrait non seulement la reconnaissance des Tibétains, mais également l’estime de la communauté internationale, et peut-être d’une bonne partie de ses propres citoyens…

C.B.L.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 11:17



Dossier Tibet 2 Avril 2010 http://www.dossiertibet.it/news/tibetan-who-removed-chinese-flag-later-set-fire-arrested
Traduction Patrick Bonnassieux Tibet Chine Actualité http://tibetchineactualite.spaces.live.com

Konchok Namgyal un manifestant tibétain de 22 ans du conté de Driru dans l'est du Tibet à pris d'assaut un bâtiment officiel et à retiré un drapeau Chinois .. Konschok Namgyal à été ensuite arrêté par les autorités locales chinoises .

le drapeau chinois détruit était celui de la salle de réunion de la communauté chinoise du conté de Driru, Devant le batiment Konchok Namgyal à crié des slogans pour la liberté au Tibet .

Personne ne sait sait où il a été détenu. Les responsables chinois ont mis l'homme tibétain en garde à vue sans avoir donner des nouvelles à sa famille.

Depuis son arrestation, Konchok Namgyal n'a pas été officiellement inculpé et le lieu de sa détention reste inconnu.

Konchok Namgyal réside dans le village de Totho, Tsachu du comté Driru,.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 11:06

LEMATIN.CH

 

 

Les jeunes exilés tibétains jouent un rôle central: sans eux, l'opposition contre la Chine ne pourra pas survivre à long terme. La communeauté établie en Suisse joue un rôle central.

le 02 avril 2010, 09h17
LeMatin.ch & les agences


Les protestations contre les Jeux olympiques de Pékin ont montré que la jeunesse "a repris le flambeau de la lutte pour la liberté du Tibet", a indiqué l'envoyé du dalaï lama Kelsang Gyaltsen dans un message en lien avec le premier parlement des jeunes Tibétains d'Europe, qui siégera la semaine prochaine à Zurich. L'assemblée se penchera notamment sur de nouvelles approches possibles pour le mouvement pro-tibétain.

Le succès d'une action passe par la compréhension du système politique d'un pays, a expliqué le représentant du chef spirituel. La jeunesse tibétaine a grandi en Europe et parle les langues locales. "Ses campagnes et son activisme ont plus d'impact que le combat des générations précédentes".

Le vice-président de l'association Jeunesse tibétaine en Europe (VTJE) confirme: "Nous parlons la langue du pays, avons fait notre formation ici. Nous avons plus d'expérience dans les relations avec les médias". Et Rigzin Gyaltag d'affirmer que le rôle des jeunes est aussi de maintenir la lutte bien vivante.

La Suisse au centre

Près de 4000 Tibétains vivent en Suisse, soit la plus grande communauté d'Europe. Avec ses quelque 400 membres, la VTJE, dont le siège est situé à Zurich, est la plus importante association de jeunes tibétains du continent.

La VTJE a été fondée en 1970 par des membres de la diaspora, qui avaient fui suite au soulèvement tibétain de 1959. C'est désormais la deuxième génération qui est aux commandes de l'association.

Le mouvement de lutte pour un Tibet libre et les médias vivent en symbiose. Si leur combat connaît une telle répercussion dans la presse, c'est que les exilés parviennent à attirer l'attention sur eux grâce à des manifestations spectaculaires. Le mouvement jouit également d'une cote de sympathie élevée, notamment grâce au caractère non violent de sa démarche.

Un pacifisme que la deuxième génération d'exilés tibétains est bien décidée à reprendre à son compte, a assuré M. Gyaltag. "Les images spectaculaires d'actions de protestation ont beau donner l'impression d'une certaine violence, elles reflètent toujours des manifestations pacifiques".

Les jeunes n'envisagent par contre pas de la même façon que leurs aînés la question du statut du Tibet. "Il y a notamment un nombre croissant de jeunes Tibétains qui défendent l'indépendance totale par rapport à la Chine. Et ces 'impatients' ne résident pas seulement en Inde", a souligné le conseiller national socialiste Mario Fehr, président du groupe parlementaire Suisse-Tibet

 

Changement de cap

Quant au dalaï lama, qui jouit d'un profond respect parmi ses jeunes compatriotes, il privilégie pour l'instant la "voie du milieu", à savoir une vraie autonomie plutôt que la séparation d'avec la Chine. Après la mort du chef spirituel, la position de la communauté en exil pourrait néanmoins se radicaliser.

Outre l'indépendance, les jeunes tibétains qui ont grandi en Occident exigent aussi une plus grande sécularisation du gouvernement en exil. C'est actuellement Samdhong Rinpoche, un haut dignitaire religieux, qui est à la tête de ce dernier. De nombreuses voix appellent au choix d'un premier ministre qui ne soit pas un moine lors des élections de 2011.

Le premier parlement des jeunes Tibétains d'Europe siégera du 9 au 11 avril à l'Université de Zurich, soit simultanément à la visite du dalaï lama. Le but de cette assemblée est, selon ses organisateurs, "d'encourager le savoir politique et de renforcer les relations" entre compatriotes.

 

NB : L'homme qui tient le drapeau, au premier plan, est Loten Namling, chanteur et musicien tibétain, que nous aurons l'honneur et le plaisir de recevoir sur notre semaine tibétaine cet été.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 15:19

INFORMATION REÇUE PAR MAIL



Chers membres,
Chers amis du Tibet
Chers amis de la non- violence

Suite au refus du Conseil Fédéral de recevoir officièllement Sa Saintété le Dalai Lama lors de l'évènement "Merci Schwiz orgnanisé par la Communauté Tibétaine Suisse
et l'Association d'Amitié Suisse - Tibet (GSTF) le 10th avril 2010, à Zurich.

Un rallye de solidarité sera organiser le même jour à Zurich par GSTF,dans le but de :
- mobiliser au moins 10' 000 supporteurs Swiss,
- à manifester leurs soutiens à Sa Saintété et au peuple tibétain et la non- violence.
- Et leurs non acceptation de la décision du gouvernement swiss de ne pas recevoir Sa Saintété.
Sa Sainteté a accepté de participer à ce rally.

Nous solicitons votre soutien CE JOUR par votre presence, afin de changer la position de la Gouvernement Swiss.
Votre presence sera un défi à cette politique QUI VISE  à affaiblir et démenteler la mouvement de la diaspora tibétaine pour la Liberté et la Justice pour leTIBET.
Je compte sur vous pour diffuser l'infos autour de vous.


Bod Gyalo !
Tsamchoe CTSR


Dear members, friends & supporters of Tibet, supporters of the principales of non-violence,

As it has been confirmed that the Conseil Fédéral refused to recieve officially H.H. the Dalai Lama during his visit in Switzerland
 to officiate the event "MERCI SCHWIZ" on the 10th avril 2010, in Zurich. ( detail of the programme to be confirmed)

GSTF will organise a solidarity rally in Zurich on April 10, 2010. His
Holiness has agreed to participate. With the  aim to mobilize at least
10'000 Swiss to show that the Swiss people is in support of H.H.
the Dalai Lama and the Tibetan cause and that they don't share the
decision of their government not to receive His Holiness. It's of utmost
importance that people from all parts of Switzerland be present during this rally.

We solicitate your support through your presence this day to bring a change to the Swiss governement position.
Your presence will be a challenge message to the Swiss-Chinese politique to weaken and dismantle the movement of the tibetan diaspora for LIBERTE and JUSTICE for TIBET.
Please diffuse the information to your interested circle.

Bod Gyalo !

Tsamchoe CTSR.
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Evénements
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo