Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 14:35


Le Tibet

Je rêvais d’aller dans ce pays depuis des années et étant un défenseur des droits des tibétains, il fallait que j’aille voir ce qui se passe dans ce pays occupé. Je suis donc aller voir une agence à Katmandou que je connaissais depuis mon 1er passage au Népal, c’est une agence tenu par un breton. J’ai donc booké le voyage de base pour le Tibet, c'est-à-dire 8 jours donc 7 nuits. Je ne pouvais pas me payer un périple en groupe réduit (4 personnes). Le problème avec ce genre de voyage c’est que tu peux te retrouver avec des personnes qui ne sont pas dans la même longueur d’ondes que toi, cad des tocards. Mais cela c’est bien passé ; dans le bus on était une petite vingtaine et que des gens âgées de 20 à 40 ans et surtout des travellers. Nous sommes partis le matin très tôt en direction de la ville qui se trouve à la frontière Népal/Tibet. Plusieurs heures de route à travers les montagnes verdoyantes du Népal. Apres les formalités Népalaise, nous avons traversé un pont qui mène au poste frontière. 1er contrôle du visa sur le pont par les militaires chinois. Puis passage à la fouille complète du sac. Là on plaisante, tout est ouvert et vérifier par les militaires. Ils regardent les livres, les cahiers, les cds, trousse de toilettes bref méga vérification pour savoir si on n’a pas de la propagande pro tibétaine. Le guide dans le bus nous avez avertis que la moindre chose sur le Tibet et le Dalaï-lama pouvez être confisqué et que l’on pouvait nous refuser l’entrée dans le pays. Même les guides comme le Lonely planet ou le routard peuvent être confisqué. Hé oui à l’intérieur il y a des pages concernant les droits de l’homme au Tibet et le dalaï-lama. Bien sur 2 voyageurs n’ont pas écoutés les recommandations du guide et au moment de la fouille de leurs sacs, les militaires ont dans l’un des sacs le livre 7 ans au Tibet. Bin retour à la case départ, fichés et expulsés sur le champ. Retour au Népal. Bravo !!! Après les contrôles d’usage, nous voilà au Tibet. Nous avons voyagé encore quelques heures pour enfin arriver dans la ville de Nyalam. C’est une ville totalement chinoise, laide à souhait. Nous avons passé juste la nuit et le lendemain départ pour la ville Shigatse via la Lhatse. A partir de ce parcours nous avons traversé des zones magnifiques ; totalement désertique et avec des montagnes et des plaines à perte de vues. C’est tout simplement magnifique. Il faut savoir aussi que la plus part du temps l’altitude moyenne de ce voyage était de 3500m. On est passé aussi dans des villages d’une extrême pauvreté, et dans lesquels dès que le bus s’arrêté des gosses venaient mendier. Nous avons passé 2 nuits dans cette ville. La ville est malheureusement à 90% une ville chinoise. Il ne reste qu’une petite partie de la vielle ville. Nous avons visité le monastère Tashilompu. Très beau monastère avec de très belles fresques et de statues de bouddha. Ce monastère est le siège des panchen-lamas. C’était une véritable ville avec presque 5000 moines, maintenant ils sont à peine 700. Vous ne verrez pas de photos car il faut payer et cela coute assez chère. De plus les sous vont directement au pouvoir chinois. Dans presque tous les temples et monastères au Tibet, il faut payer pour faire des photos. Bien dommage. Autour du monastère, il y a un kora (chemin de prière) avec des moulins à prières tout le long du parcours. Je suis parti faire ce périple de 3 ou 4 km en compagnie de quelques tibétains. On a de superbes vues sur le monastère ainsi que sur la vallée. De là j’ai continué ma balade en direction de la forteresse, elle ressemble étrangement au Potala, elle surplombe la vielle ville, de là je suis allé me balader dans la vielle ville. Ce qui est incroyable quand tu es dans la vielle ville c’est que là tu te trouves vraiment au Tibet mais dès que tu sors c’est la chine. On a repris la route pour la ville de Gyantsé. Là encore on a traversé des endroits magiques. D’une beauté à couper le souffle. On est passé par le plus haut col du Tibet (le karo-la 5200m) impressionnante la route pour grimper la haut. Puis nous nous somme arrêté pour voir le lac Yamdrock, avec une eau turquoise. C’est un des lacs des plus hauts au monde. On est à plus de 4000m. Pour la 1er fois j’ai aussi vue des Yaks. On ne les voit qu’à partir de 3800/4000m. Nous sommes donc arrivés à Gyantsé et nous avons visité le monastère Pelkor Chode. C’est un mélange d’influences népalaise, chinoise et tibétaine. C’est tout simplement magnifique. Ici rien n'a été abimé pas même par la révolution culturelle. Les petites chapelles autour sont de toutes beautés. Malheureusement pour prendre des photos il faut payer. Il y a aussi un stupa, le kumbum, avec 77 chapelles et on monte sur 8 niveaux extérieurs, c’est un vrai parcours sportif. Mais c’est là aussi magnifique. Et on a une superbe vue sur le monastère et la vielle ville. Il y a aussi une forteresse à visiter qui domine la vielle ville, mais je n’étais pas en grande forme (mal des montagnes). Le lendemain, nous avons pris la route de Lhassa. Pour tous défendeurs du Tibet, Lhassa c’est la ville du Dalaï-lama et du Potala. La ville où toute l’histoire de l’invasion chinoise s’est jouée. Quel ne fut pas mon choc en rentrant dans la ville. Merde on est en Chine ???? C’est une horreur, on est vraiment dans une ville chinoise. Avec ces énormes boulevards, des magasins de partout, des énormes buildings sans vie et le pire des casernes de militaires à chaque coin de rues. Le pompon est dès que l’on arrive dans le centre, il y a des militaires armés jusqu’aux dents à chaque carrefour. Et dans les 2 grands boulevards principaux ; il y a des militaires tous les 50m armés, casqués. On a l’impression que la ville est en état de guerre Nous avons dormis dans un hôtel (trichang Lanbrang hotel) vieux de 300 ans. C’était la résidence du Tuteur du 14eme Dalaï-Lama (l’actuel Dalaï-lama). L’hôtel est magnifique, toute la décoration est tibétaine. Cela va des murs peints, aux meubles, aux lampes etc etc. il y a même des moulins à prières dans les cours intérieurs. Nous avons eu notre quartier libre quotidien. Je suis parti avec un espagnol, nous balader autour du Temple (Jokhang) ainsi que du marché (Barkhor) qui l’entoure. Il y a des tibétains qui marchent tout autour en priant. Là aussi c’est rempli de militaires armés, il y en a même sur les toits avec caméras. Nous avons donc commencé la visite du Temple. Ce temple est le plus sacré du Tibet. Il est magnifique, il y a un monde incroyable. C’est de la folie. Tous les tibétains viennent ici se recueillir et prier. C’est des fois presque impossible de rentrer dans les petites chapelles tellement il y a du monde. Mais tant pis car le reste vaut bien la visite. L’après-midi j’ai profité de faire quelques achats dans le marché. Le lendemain matin, nous sommes partis voir le Potala. Enfin je vois cet énorme palais, le rêve exaucé. Il est tout simplement fabuleux, imposant. C’est énorme. 13 étages pour 118m de façades. Après les contrôles de police (hé oui on rigole au Tibet Chinois), nous avons gravi les quelques escaliers pour enfin atteindre l’entrée. Il faut savoir que le Potala n’est plus qu’un musée inscrit au patrimoine mondial de L’Unesco. Il n’y a plus aucunes vies à l’intérieur. Mais l’intérieur recèle de trésors somptueux. Que ce soit les différentes chapelles ou les chambres et salles du Dalaï-Lama, on n’a l’impression que rien n’a bougé depuis que celui-ci est quitté le Tibet. Tout est magnifique. Bien sur de nombreux tibétains et bouddhistes du monde entier viennent donner des offrandes dans les diverses salles. Pour moi cet endroit est tout simplement magique. Vous n’aurez pas de photos car il est strictement interdit d’en prendre. L’après-midi nous sommes partis visité 2 monastères (le Sera et le Drepung) qui se trouvent en périphérie de Lhassa. Ce sont 2 monastères les plus réputés du Tibet. Drepung était une ville avec plus 10000 personnes. C’est le plus grand complexe monastique du Tibet. Il n’y a plus que 500 moines actuellement. Et puis ce fut la fin du périple Tibétain. Retour sur Katmandou par avion avec de superbes vues sur les montagnes du Tibet et du Népal. Vous aurez compris que cette visite sur le toit du monde a été une vraie claque pour moi. Je compte bien revenir très très vite visiter ce pays. Il ne faut pas se leurrer, le Tibet est presque mort. Se battre pour sa liberté n’est plus qu’une utopie. Je sais, je vais en blesser plus d’un. Mais plus de la moitié de la population est chinoise, les infrastructures sont chinois et détenus par eux. Il n’y a plus d’identité tibétaine au Tibet. Je pense que dans moins de 10 ans, il n’y aura plus de « vrais » tibétains au Tibet. Il faudra aller à Dharamsala en Inde pour les voir. On sait aussi que nos chers dirigeants de ce monde se foutent royalement du Tibet. Pas de pétrole mais 1,5 milliards de clients potentiels en Chine. Ce n’est pas quelques bonzes et paysans qui les feront changer d’avis. Je continuerais à me battre pour le Tibet. Il faut sauver la culture, les traditions et l’identité tibétaine, faire respecter les droits de l’homme au Tibet (comme en chine d’ailleurs). Ceci est maintenant le vrai combat des défenseurs du Tibet.
Portez-vous bien.
Contact et communiqué sur :

http://momodisagree.over-blog.com/article-le-tibet-51987338.html

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Témoignages
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 23:53

 

Après PARIS où il vient d'être accueilli au PAVILLON DU TIBET , LAKPA, TIBÉTAIN FAIT ESCALE À PAU


A Paris, le 5 juin 2010, Parc de la Villette avec les acteurs du Pavillon du Tibet


07 juin 2010
Lhakpa a entrepris un tour du monde à moto pour témoigner de la situation des Tibétains. Durant 8 mois, il traversera 22 pays. Il était à Pau le vendredi 4 juin.



http://www.pau.fr/news/20100607_121552

Lhakpa, 40 ans, est un tibétain né en exil. Sa mère était enceinte lorsqu'elle a franchi l'Himalaya, fuyant l'oppression chinoise. Devenu orphelin très jeune, Lhakpa a grandi dans les camps de réfugiés en Inde sans jamais connaître son pays.
Installé aux Etats-Unis, il a décidé d'entreprendre avec ses économies un tour du monde à moto pour la liberté du Tibet. Son périple à démarré le 10 mars 2010, jour anniversaire du soulèvement du peuple tibétain. Après la traversée des grandes villes des Etats-Unis, il sillonne désormais l'Europe avant de rejoindre l'Asie et le Pacifique : Corée du Sud, Japon, Taiwan, Nouvelle-Zélande, Australie, Inde. A chaque étape, il parle du Tibet, de sa culture millénaire et il raconte son histoire.
Alors qu'il quittait Madrid pour rejoindre Paris, Lhakpa a appris que le drapeau du Tibet flottait sur le Boulevard des Pyrénées, à Pau. Il a donc fait une halte dans la capitale du Béarn où il a été reçu par Nathalie Cabannes, adjointe au Maire, et Denise Campet, présidente de l'APACT, association qui oeuvre depuis 25 ans au soutien des tibétains en exil.

Le Tour du Monde pour la Liberté du Tibet.

Mardi 8 juin 2010, par Communauté Tibétaine // Actualités

Le Tour du Monde pour la Liberté du Tibet

Un homme et sa moto, seul sur les routes du monde pendant 8 mois, pour défendre la cause du Tibet

« Je m’appelle Lhakpa Tsering. Je suis Tibétain et Américain d’adoption. Comme beaucoup de tibétains de mon âge, 40 ans, je n’ai pas connu le Tibet mais reste très attaché à mon peuple, sa culture, sa langue et son devenir dans les montagnes de l’Himalaya. J’ai décidé de partir seul avec ma moto de par le monde pour sensibiliser ceux qui voudront bien m’entendre à la cause du Tibet. J’ai réuni assez d’économies pendant 5 ans pour entreprendre ce long périple de 2 mois, laissant derrière moi ma famille. L’appel de mon peuple est plus fort que tout. Je remercie les tibétains en exil et les sympathisants de la cause tibétaine qui, à chaque étape, m’accueillent chaleureusement et font que ce tour du monde pour la cause tibétaine devienne réalité. »

Lhakpa, un Homme qui ne baisse pas les bras

Lhakpa est né en exil. Ses parents ont fui le Tibet après son occupation illégale par la Chine, pour rejoindre l’Inde. Sa mère le portait en elle. Elle est morte 6 mois après sa naissance, d’épuisement. Son père, trop pauvre pour garder ses 7 enfants, les confia au Village des enfants tibétains orphelins. Il décèdera lui aussi quelques temps plus tard. Cet avec ce lourd fardeau que Lhakpa entre dans la vie d’un exilé, dépossédé des joies de l’innocence de l’enfance. Lhakpa, n’est pas homme à baisser les bras. Il étudie d’arrache pied et s’engage très jeune pour la cause tibétaine. Il veut redonner un peu de ce qu’il a reçu grâce au Tibetan Children’s Village (TCV) ; cette attention de base - l’éducation, la nourriture, le logement et les vêtements - qui a fait de lui un homme accompli. Il s’engage au Népal d’abord, auprès des siens, puis part en 1995 aux Etats-Unis où il milite activement. Ce tour du monde était un rêve lointain. Celui de pouvoir tisser un fil d’Ariane grandeur nature entre les Hommes pour la liberté d’un peuple qui ne veut plus mourir.

Le Free Tibet World Tour, 8 mois 22 villes autour du monde

Point de départ : 10/03/2010 aux Nations Unies, New York lors de la Journée de commémoration du soulèvement tibétain.

Destination finale : Siège du gouvernement tibétain en exil Dharamsala, en Inde.

Samedi 5 juin 2010, monsieur Lhakpa Tsering la est arrivé à Paris, où il a rencontré les membres de la Communauté Tibétaine de France. Les Tibétains le considèrent comme un héros dans le combat pour la vérité. Il a partagé avec ses compatriotes sa conscience citoyenne ainsi que son engagement pour requérir le Tibet libre.

Dimanche soir dernier, la Communauté Tibétaine de France a organisé une réception-dîner en honneur de Monsieur Lhakpa la, à laquelle nombreux personnes avaient participé et la soirée s’est terminée avec des chansons populaires.

Le Tour du Monde de Monsieur Lhakpa Tsering inspire les Tibétains afin de multiplier les initiatives pour le Tibet et son peuple. Jeudi prochain, il partira pour Londres.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Evénements
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 13:00

 




LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOÉ MAIRE DE PARIS, 8 Juin 2010, par Yves Le Corre, ami du Peuple tibétain et Citoyen du Monde.



Mardi 8 Juin 2010

Monsieur le Maire de Paris,

De façon différente, mais comme Monsieur Ayrault à Nantes, Monsieur Duron à Caen, Monsieur Badinter à Bercy et bien d'autres; vous avez monsieur le Maire de Paris montré votre solidarité avec le souhait de réelle autonomie tout à fait légitime du Peuple tibétain, ceci en particulier avec la trop discrète attribution, sans socialistes il est hélas vrai, du titre de Citoyen d'Honneur de la ville de Paris au Dalaï Lama dont vidéo jointe et sur ce site:

http://www.france24.com/fr/20090607-dalai-lama-chef-spirituel-citoyen-honneur-ville-paris-delanoe-derange-chine-tibet-france

Cependant, même dans notre démocratie, comment pouvez-vous maintenir dans votre entourage un adjoint tel que Christophe Girard se permettant les propos ci-dessous repris par le Canard Enchaîné du mercredi 2 juin?

Votre adjoint est très certainement en excellentes relations avec le "tibétologue" chinois Liu Hongji qui déclarait: "La remise du titre de 'citoyen d'honneur' au Dalaï-Lama par la ville de Paris constitue une grossière ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, et elle constitue un acte malavisé qui porte atteinte aux sentiments du peuple chinois". et encore: "Le peuple tibétain mène maintenant une existence heureuse après l'abolition du servage. Mais des Occidentaux espèrent le maintien du servage au Tibet et ne souhaitent pas le développement de la région"

Il est bien évident que les intérêts économiques énormes, comme pour les autorités chinoises au Tibet, sont en filigrane à côté de telles paroles pour quelqu'un qui de façon certaine ne connait du Tibet que la version officielle et son reflet dans le pavillon présenté à Shanghaï

Merci monsieur Delanoë de rétablir l'honorabilité de votre municipalité tellement bafouée par de tels propos.

Un grand merci par avance au nom de tous les amis d'un Tibet libre de son destin, de la préservation de son environnement et de l'évolution de sa culture auprès de ses voisins asiatiques dont le peuple chinois bien sûr.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, mes respectueuses salutations.

Yves Le Corre, ami du Peuple tibétain et Citoyen du Monde.

Publié par France-Tibet-Réunion - Mardi 8 Juin 2010

http://france-tibet-reunion.blogspot.com/2010/06/lettre-ouverte-monsieur-delanoe.html

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Presse
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 12:53

FRANCE TIBET


Juste avant sa détention, Shogdung, un éditeur et essayiste tibétain bien connu, avait rendu visite à sa famille à l’extérieur de Xining, dans la province du Qinghai, où il vit. Alors, il s’est rendu dans les montagnes afin de faire une offrande tibétaine traditionnelle, jeter au ciel des "chevaux de vent" – en tibétain : Lungtas, prières imprimées sur des petits morceaux de papier. C’est un rituel auquel Shogdung, fonctionnaire de 47 ans travaillant pour la Maison de Publication des Nationalités du Qinghai, se serait précédemment opposé, au motif que ces traditions sont finalement préjudiciables aux efforts des Tibétains pour moderniser leur culture.
Mais c’était avant mars 2008 et les "protestations de printemps" contre le gouvernement chinois qui ont balayé la totalité du plateau tibétain, touchant toutes les parties de la société, des nomades, agriculteurs et chefs d’entreprise aux élèves, enseignants et artistes.

Shogdung, dont les opinions ont été précédemment considérées par de nombreux Tibétains comme étant proches de celles du Parti communiste, en est venu à croire que cette recrudescence de dissidence et de solidarité est un nouveau réveil pour le peuple tibétain et une redécouverte de la fierté de son identité tibétaine. Depuis mars 2008, ses écrits sur la "révolution pacifique" font partie des actes d’accusation de la politique chinoise au Tibet les plus aigus depuis 50 ans. Ils sont également susceptibles d’avoir été la cause de la descente de la police de la sécurité chinoise dans son bureau, le 23 avril 2010, de la saisie de ses livres et de deux ordinateurs et qu’il ait été emmené en prison.

Pour la première fois depuis la Révolution culturelle, des écrivains, intellectuels, chanteurs et artistes du Tibet sont systématiquement ciblés pour leur travail, et presque chaque forme d’expression de l’identité tibétaine peut être accusée d’être "réactionnaire" ou "séparatiste".
- Un chanteur populaire de l’Amdo (maintenant Qinghai), Tashi Dhondup, est dans un camp de travail pour avoir chanté des chansons se référant au chagrin des Tibétains après les meurtres de mars 2008.
- Le fondateur d’un site tibétain valorisant la culture tibétaine, Kunchok Tsephel, a été condamné en novembre 2009 à 15 ans de prison [1]
- Blogueurs, artistes et autres intellectuels, y compris un artiste qui a enseigné la langue tibétaine à des enfants nomades, "ont disparu".
- Un auteur tibétain qui a interrogé des aînés au sujet de leurs expériences dans les années 1950 a perdu l’esprit après avoir été torturé en détention.

Malgré, mais également en raison de la gravité des mesures de répression qui ont fait suite aux manifestations, la dissidence continue de s’exprimer, notamment par le biais de l’écrit. Comme écrivaine et poète la plus connue du Tibet, Woeser [2] dit que les Tibétains tentent de transcender la terreur en écrivant sur ce sujet. Ils osent réfuter le récit officiel de la Chine, présentant un défi plus complexe qu’auparavant pour le Parti communiste.

Shogdung fait partie d’une nouvelle génération de Tibétains éduqués, à l’avant-garde d’une résurgence littéraire et culturelle au Tibet. Cette nouvelle génération biculturelle, bilingue, parle couramment le chinois ainsi que le tibétain, et est familiarisée avec la technologie numérique. Bien que moins connus à l’extérieur que des dissidents chinois tels que Liu Xiaobo [3] ou Hu Jia [4], Shogdung et d’autres écrivains tibétains et blogueurs arrêtés au cours des deux dernières années sont célèbres parmi les Tibétains, et leurs préoccupations au sujet des restrictions mises en place par l’Etat mais aussi de la répression, reflètent celles de leurs homologues chinois. Il s’agit d’une évolution d’importance incommensurable pour l’avenir du Tibet - et comme des intellectuels chinois créent de nouvelles alliances avec leurs homologues tibétains – et de la Chine.

Alors que la loyauté envers le Dalaï Lama reste intacte, cette nouvelle génération d’intellectuels tibétains est souvent laïque au fond et politiquement modérée. Beaucoup supportent l’approche de la "Voie médiane" [5] du Dalaï Lama pour une véritable autonomie sous souveraineté chinoise. Dans une collection d’écrits, "Montagne de neige de l’est" - interdite dès qu’elle a été publiée au Tibet en 2008 – des essayistes de l’Amdo au Tibet oriental démontrent une connaissance approfondie de la politique et de la législation chinoise et tibétaine et discutent des souffrances du peuple chinois ordinaire, ainsi que de leurs luttes contre l’Etat.
- Tashi Rabten, un des éditeurs de la revue, un jeune étudiant à l’Université des nationalités du Nord-Ouest à Langzhou, réfléchi et déterminé, a été arrêté le 7 avril, sa chambre saccagée, et son sort est aujourd’hui inconnu. Dans la "Montagne de neige de l’est", il a écrit que les essais ont été publiés "comme une esquisse de l’histoire d’une génération écrite dans le sang".

Depuis mars 2008, le gouvernement chinois tente systématiquement de bloquer les informations sur les arrestations, tortures, disparitions et massacres qui ont eu lieu au Tibet. Dans le cadre de cette démarche rigoureuse, les autorités chinoises ont lancé une campagne au Tibet, non seulement contre les "propagations de rumeurs", un terme généralement utilisé pour faire référence à des opinions et pensées divergentes en Chine - mais aussi contre leur écoute. Une Tibétaine, Norzin Wangmo, purge une peine de cinq ans, simplement pour avoir parlé au téléphone de la situation du Tibet

Pékin a également renforcé le contrôle de l’Internet. Dans une annonce, classique dans son opacité, le Porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, a déclaré récemment : "Le gouvernement chinois gère l’Internet conformément à la loi. Quant à ce que vous pouvez et ne pouvez pas regarder, regardez ce que vous pouvez regarder et ne regardez pas ce que vous ne pouvez pas regarder"
En Chine, comme un écrivain le fait remarquer, il existe une ligne rouge entre ce qui peut être dit et ce qui ne peut pas l’être. Mais vous ne savez pas où se trouve la ligne jusqu’à ce que vous l’ayez traversée.

L’écrivain tibétain Shogdung, le rédacteur détenu le plus en vue dans la répression actuelle, savait qu’il avait franchi la ligne lorsqu’il a publié son livre, la ligne entre ciel et terre. C’est pourquoi il a rendu visite à son père âgé et prié dans les montagnes. Sa famille ne sait pas où il est, et personne ne sait combien de temps il sera arrêté. Mais son livre, publié sans numéro ISBN, est maintenant un best-seller connu par le bouche à oreille, circulant de manière souterraine, ses paroles écrites sur la "révolution pacifique" atteignent maintenant les Tibétains en exil aussi bien qu’au Tibet.

Source : Kate Saunders, "International Campaign for Tibet" sur le site de The Huffington Post, 22 mai 2010
NB : Tous les prisonniers cités dans ce texte peuvent être soutenus en les parrainant par le biais de l’action Tibet Post

[1] Tibet Lib intervient en sa faveur depuis mars 2010. Voir l’article "Tibet Lib : Intervention pour Kunchok Tsephel" ou le blog de Tibet Lib.

[2] Voir les articles sur Woeser :
- "Les autorités chinoises font disparaître les articles de blogs faisant référence à l’écrivaine Woeser"
- "Le blog de Tsering Woeser, activiste des Droits de l’Homme, est inaccessible"
- le texte "Tibet secret", écrit par Woeser.
- en anglais, l’histoire de Woeser sur le site tibetwrites.org.

[3] Voir l’article "Des intellectuels du monde entier se mobilisent pour Liu Xiaobo".

[4] Voir l’article "Hu Jia et Zeng Jinyan".

[5] Voir l’article "La politique de la ’Voie Médiane’ ".
dimanche 6 juin 2010 par Rédaction , Monique Dorizon

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 14:46

 

LA GRANDE EPOQUE
 
Écrit par Chen Yilian, La Grande Époque   
02-06-2010

 

 

 

M. Xu Kun, maire d’un village du littoral au sud de la Chine, est devenu une nouvelle victime de l’impitoyable vague chinoise d’acquisitions officielles de terrains.

Plus de deux cents agents de police – sous les ordres du secrétaire du Parti Communiste de la ville de Beihai – ont encerclé son domicile le 8 mai 2010.

Assisté des habitants du village, M. Xu a de justesse échappé à la capture. Il est le maire du village de Baihutou, de la banlieue de Yintan, district de Yinhai, sous la juridiction de la ville de Beihai dans la province de Guangxi.

Un villageois, M. Mai  Xian, qui a vu la scène se dérouler devant ses yeux, raconte: «C’était réellement effrayant. Il y avait environ deux cents policiers et personnes en tenue militaire armés de boucliers et de bâtons électriques. Ils ont encerclé la maison de Xu Kun. Le chef de la police a demandé que la porte soit ouverte.»

«La mère de Xu Kun était tellement émue qu’elle en a perdu connaissance. Comme la police ne lui a pas prêté secours, des villageois l’on amenée dans une salle de soins. Après que Xu Kun se soit échappé, il a posté un message sur le Net. C’est seulement après cela que la police a quitté les lieux.»

Le village littoral de Baihutou compte approximativement 2.650 habitants répartis en 200 foyers et s’étale sur 51 hectares. Ses activités économiques principales sont le tourisme et la pêche.

Les autorités de la ville de Beihai ont essayé de reloger de force l’ensemble des habitants en 2006 dans le but de confisquer leurs terres. L’ancien maire, Feng Kun, a provoqué un tollé parmi la population en signant un accord avec le Centre de Réserve Terrienne de la ville de Beihai sans le porter à leur connaissance et sans approbation. Lors des dernières élections de 2008, Feng n’a pas été réélu et Xu Kun est alors devenu maire.

Le maire militant est actuellement caché. Il a cependant accepté de parler à La Grande Époque: «Je suis en train d’utiliser la Loi pour protéger les droits des habitants d’ici. Si [la ville de Beihai] souhaite acquérir les terres, que veulent-ils en faire? Quel est leur but?»

«Ont-ils un projet d’utilisation des terrains et une autorisation officielle? Si c’est le cas, j’ai besoin de les voir, et j’ai besoin de les présenter aux habitants. A ce jour, je n’ai encore rien vu de cela. Nous n’avons même pas vu l’engagement officiel de relogement.»

La propriété des villageois

En dépit de la pression de ses supérieurs, M. Xu a constamment refusé des signer tout accord. Il a été renvoyé du Parti Communiste Chinois (PCC) en mars 2009 et démis de sa fonction en avril.

M. Xu déclare: «La propriété n’est pas mienne. Elle est aux villageois, et cela ne peut marcher que si tous les villageois sont d’accord.»

Le courageux maire  n’ose pas retourner à son domicile. Sa mère est toujours hospitalisée et la police a battu et blessé son frère et sa nièce.

«Plusieurs villageois me soutiennent en silence. Quelques uns se battent contre le gouvernement de Beihai et un groupe d’intérêt. Il est très difficile pour si peu de personnes de contraindre le gouvernement de Beihai à suivre la loi. Nous serions heureux de seulement recevoir la compensation que les villageois méritent», ajouta M. Xu.

Des vies menacées

La Grande Époque a appris que des 51 hectares de terre du village de Baihutou, le gouvernement de Beihai a l’autorisation d'en acquérir seulement 27. M. Xie, un villageois s'indigne: «Maintenant ils veulent l’ensemble des terrains. De quoi vivrons-nous à l’avenir?»

«Ils ne nous ont pas promis de nous donner de nouveaux terrains», renchérit M. Xu. «Nous ne pouvons plus pêcher. Qu’allons nous faire à l’avenir? Comment allons-nous faire pour vivre? Il n’y a aucun projet pour cela. Ils ne se sentent pas concernés par le devenir des habitants, mais moi je le dois», a renchéri M. Xu.

 

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 15:25

 


Druklo de son nom de plume Shokjang
La justice Chinoise vient de libérer un Tibétain Druklo écrivain du nom de plume - Shokjang; il est aussi étudiant à l'Université des minorités nationales de Lanzhou (Chine), le 8 mai 2010 selon Shingsa Rinpoché, un lama tibétain du monastère de Sera en Inde du Sud. Ce lama à aussi déclaré que Druklo est dans un mauvais état physique suite à près d'un mois en détention.

Selon différentes sources, Druklo avait été soumis à des privations de sommeil et a subi de longues séances d'interrogatoires.
«J'ai entendu dire que Druklo est actuellement très faible physiquement et n'a plus la capacité intellectuelle d' écrire", a déclaré Lama Shingsa Rinpoché.
Pendant les séances d'interrogatoire, les autorités chinoises l'ont forcé à reconnaître qu'il avait des liens avec le Congrès de la Jeunesse Tibétaine -TYC- basé en Inde, le plus grand groupe pro tibétain indépendantiste composé d' exilés tibétains.
La Chine accuse Druklo d'être un «terroriste» .. Il est également accusé d'avoir des liens avec Lama Shingsa Rinpoché qui avait participéen exil à plusieurs campagnes politiques et qui dirige un site en langue tibétaine : wokar.net dans lequel sont publiés des articles rédigés par des écrivains tibétains de l'intérieur du Tibet.
Druklo avait nié les allégations. Le Lama Shingsa Rinpoché a ajouté: "mon site publie des articles que nous recevons de Tibétains de l'intérieur et c'est une fausse allégation que d'affirmerque Druklo soit en relation avec moi."

Druklo a été arrêté le 6 avril 2010.en même temps queTashi Rabten dont le nom de plume est Te'urang

Le 6 avril 2010, environ 16 fonctionnaires Chinois de la police du Bureau de la Sécurité Publique locale ont débarqué à l' internat de l'Université et saccagé les chambres des étudiants. Les agents ont confisqué les téléphones et ordinateurs portables et nombreux livres d' élèves.
Druklo a coédité avec Tashi Rabten le magazine littéraire interdit l'Dungri Shar (Eastern Snow Mountain) qui traite des manifestations de 2008 au Tibet.
Par le passé, la Chine a libéré des Tibétains emprisonnés, apparemment après avoir été torturés de façon excessive et souvent dans un état physique médiocreet ce en raison de la crainte de décès en détention. Les Tibétains en exil ont la crainte que Druklo ait été soumis à des tortures pendant ces longs interrogatoires .
"Bien que nous nous félicitons de sa libération, nous sommes inquiets pour sa santé. D'après ce que nous avons entendu, il semble qu'il ait été tellement torturé qu'il s'en suivent de graves dommages qui risquent de provoquer des handicaps, physiques ou mentaux", a déclaré Tenzin Choeying, un membre de l' association Étudiants pour un Tibet libre en Inde.
Traduction France Tibet, le 2 juin 2010

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 15:13

Tibet-info.net

Samedi 29 mai 2010 par Monique Dorizon

 

Selon le site Web d’une école proche de la ville de Shigatse, des étudiants et des professeurs se sont vus demander de supprimer de leur téléphone portable certaines chansons populaires en tibétain, après avoir été désignées comme "malsaines" par les responsables locaux de l’éducation.
L’école a récemment annoncé qu’en raison de la "complexité croissante du séparatisme", une liste de 27 morceaux populaires en langue tibétaine avaient été interdits sous formes audio et vidéo ou sous forme de fichiers multimédia numériques sur des téléphones portables.
Une instruction du 21 avril 2010, mise en ligne sur le site Web de l’école, mais retirée depuis lors stipulait : "Le personnel et les étudiants ne doivent avoir aucune des chansons ci-dessus comme sonnerie de mobile".
"Si vous disposez de l’une ou l’autre de ces chansons comme sonnerie, veuillez les supprimer ; si vous possédez un des disques ci-dessus, merci de le détruire en le faisant fondre ou en le brûlant", était-il ajouté.
Le Comité du Parti communiste de l’école, le département de l’éducation et des politiques ainsi que la branche de la Ligue de la jeunesse pourraient faire des campagnes de nettoyage ciblant les chansons interdites.
"Quiconque possède de la musique ou de la vidéo illégale sera sévèrement puni".
Sur le site sont listées les 27 chansons, qui sont principalement en tibétain et comprennent des titres tels que "Happy Shambala", "L’espoir du Fils de la Cité de Neige", "Les drapeaux de prières aux 5 couleurs" (en tibétain), "Les gens de la Montagne de Neige" (en tibétain) et "L’espoir attendu".

Source : Radio Free Asia, 21 mai 2010

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 15:08

Mardi 1er juin 2010 par Monique Dorizon

Dans le cadre des mesures répressives dans la ville, les hôtels de Lhassa sont contraints d’installer des équipements de surveillance électronique.
Les règlements de police stipulent que les hôtels et chambres d’hôtes devront installer des lecteurs de cartes d’identité électronique et des caméras de télévision en circuit fermé afin de surveiller les clients.
"Nous avons installé tous les équipements ici", dit le propriétaire d’une chambre d’hôte. "Nous avons dû le faire, parce que si nous ne le faisons pas, la police municipale de Lhassa pourrait refuser de nous délivrer notre licence d’entreprise". "Nous avons maintenant l’équipement de surveillance, un lecteur de carte d’identité de seconde génération et un système de base de données sociales".
Il dit que le coût total lui est revenu à 8 000 yuans environ (960 euros).
"Il nous est aussi demandé d’embaucher des gardes de sécurité, et ceux que nous avons nous-mêmes embauchés ont dû aller 7 jours en formation chez Jindun à Lhassa, avant qu’ils n’obtiennent leur autorisation d’exercer" poursuit le propriétaire de la chambre d’hôte.
Un employé, répondant au téléphone dans un petit hôtel de Lhassa précise que les nouvelles règles prendraient effet à partir du 1er juin 2010.
"Nous avons maintenant installé tout ce que nous étions supposés devoir installer" dit-il. "Quelle que soit la grandeur de votre hôtel, les gardes doivent être entraînés et doivent avoir un permis avant qu’ils ne commencent leur travail".
"Auparavant, ils demandaient seulement aux hôtels d’une certaine importance de répondre à ces exigences, mais maintenant, nous devons tous le faire, indépendamment de la taille".
Il dit aussi que ce changement sécuritaire est susceptible d’avoir un impact sur les affaires des petites chambres d’hôtes.
"Le lecteur de carte peut lire toutes les informations de base, ensuite il les envoie à la police via un réseau. Aucun client ne peut être autorisé à demeurer dans l’hôtel sans carte d’identité, et le contrôle des étrangers a été renforcé". "Nous devons faire un rapport journalier sur les clients étrangers".
"Seuls les hôtels très étoilés sont autorisés à accepter une clientèle étrangère, aucune chambre d’hôte ne le pourra".
Selon un rapport du journal "Lhasa Evening News" contrôlé par l’Etat, la police pourrait améliorer son suivi des informations de la base de données pour faire face aux nouvelles données arrivant par ce système.
Ce nouveau régime de sécurité devrait être entièrement installé dans un district et 7 Comtés à Lhassa pour le 30 mai au plus tard.

Source : Radio Free Asia, 1er juin 2010

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 10:00

isavelives.be

(Amnesty International)

 

 

L’intellectuel et écrivain tibétain Tagyal a été arrêté le 23 avril. Il est soupçonné d’« incitation au séparatisme ». Cet homme est un prisonnier d’opinion et risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.
Tagyal, 47 ans, est un célèbre intellectuel tibétain dont le nom de plume est Shogdung (ou Zhogs Dung). Le 23 avril, des agents des forces de sécurité sont venus le chercher sur son lieu de travail, une maison d’édition de Xining, la capitale de la province du Qinghai (Chine). Plus tard dans la journée, les agents se sont rendus à son domicile et ont confisqué deux ordinateurs. Ils sont retournés chez lui vers 2 h 30 du matin et ont annoncé à sa famille qu’il était soupçonné d’« incitation au séparatisme ».
Tagyal serait détenu au centre de détention n° 1 de Xining, également connu sous le nom « centre de détention d’Ershilipu ». Malgré plusieurs tentatives, personne n’a pu lui rendre visite. Les Tibétains détenus par la police, en particulier lorsqu’ils sont soupçonnés d’« incitation au séparatisme », sont fréquemment torturés ou victimes d’autres mauvais traitements. Tagyal a une mauvaise vue et il souffre de troubles digestifs.

L’arrestation de Taygal a d’abord été annoncée par un blog qui a été bloqué depuis. Ce blog laissait entendre que cette arrestation avait un rapport avec la publication d’une lettre ouverte rédigée le 17 avril et signée par sept autres intellectuels et artistes tibétains. Il s’agit d’une lettre de condoléances adressée aux victimes d’un tremblement de terre qui a touché la province du Qinghai le 14 avril. À la connaissance d’Amnesty International, aucun des autres signataires n’a été arrêté. Tagyal a récemment publié un livre dont le titre pourrait se traduire par La Frontière entre ciel et terre. Cet ouvrage, dans lequel il décrit le Tibet au lendemain des troubles de 2008 comme un « lieu de terreur », pourrait également être à l’origine de son arrestation.
Le 12 avril, les autorités ont fermé la librairie tenue par sa famille, privant celle-ci de tout revenu.

 

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en mandarin, en tibétain, en anglais ou dans votre propre langue) :


 incitez les autorités à libérer Tagyal immédiatement et sans condition, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion qui n’a fait qu’exercer pacifiquement son droit à la liberté d’expression ;
 priez-les instamment de garantir que cet homme ne sera ni torturé, ni soumis à une quelconque autre forme de mauvais traitements en détention ;
 exhortez-les à veiller à ce que Tagyal puisse consulter l’avocat de son choix, entrer en contact avec ses proches et recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.

 

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1 JUILLET 2010 À :

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

 

Directeur du département de la Sécurité publique de la province du Qinghai :
He Zaigui Tingzhang
Qinghaisheng Gong'anting
1001 Fang, 10 Ceng
Gong’antingdalou
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d’appel : Dear Director, / Directeur,

 

Responsable de la justice dans la province du Qinghai
Wu Faxiang Tingzhang
Qinghaisheng Sifating
11 Nanshanlu
Chengzhong district
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d’appel : Dear Director, / Directeur,

 

Copies

Directeur du centre de détention n° 1 :
Xiningshi Diyi Kanshousuo
73 Ningzhanglu,
Ershilipu Paichusuo
Xiningshi Gonganju
Chengbei Fenju
810003 Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d’appel : Dear Director, / Directeur,

 

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Chine dans votre pays (ici en Belgique)

Ambassade de la République populaire de Chine
AV. DE TERVUREN 443,445
1150 WOLUWE-SAINT-PIERRE
eMail: chinaemb_be@mfa.gov.cn
Fax 02.779.28.95
Fax 02.779.28.95
Fax 02.762.99.66

 

INFORMATIONS GENERALES

Le 14 avril, un séisme a frappé la préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans le sud de la province du Qinghai. D’après les journaux, plus de 2 000 personnes ont trouvé la mort, plus de 170 sont portées disparues et 12 135 ont été blessées, dont 1 434 gravement. Plus de 100 000 personnes ont perdu leur foyer ; un grand nombre d'entre elles vivent actuellement dans des abris temporaires et doivent faire face à des conditions climatiques difficiles.

Une aide humanitaire nationale et internationale a afflué dans la région après le tremblement de terre. Les civils et les moines tibétains ont joué un rôle essentiel dans les opérations de secours car, contrairement aux équipes de secours venant d’autres régions de Chine, ils sont habitués à l’altitude élevée du plateau tibétain. Les moines tibétains ont commencé à arriver à Yushu peu de temps après le séisme, mais le gouvernent les a récemment invités à rentrer dans leurs monastères. Le dalaï-lama a demandé à se rendre dans la province du Qinghai pour rendre hommage aux victimes de la région et réconforter les familles, mais sa requête a été ignorée. Le gouvernement a toutefois autorisé Gyaincain Norbu, que Pékin a désigné comme le 11ème panchen-lama, à y aller.

Trois jours après le séisme, Tagyal a tenté de se rendre dans le canton de Yushu pour apporter son aide mais il n’a pas pu obtenir l’autorisation nécessaire. Le 17 avril, il a cosigné, avec un groupe d’intellectuels tibétains connus, une lettre ouverte adressée aux victimes de la catastrophe dans laquelle les signataires exprimaient leurs condoléances et reprochaient au gouvernement chinois la manière dont il gère les opérations de secours.

Yushu est située sur le plateau tibétain et sa population est à 97 % tibétaine. Des troubles ethniques considérables ont éclaté dans la région ces dernières années.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Urgent
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 16:08
Communiqué de presse de la famille de Dhondup Wangchen.

INFO EMANANT D'AIDE AUX REFUGIES TIBETAINS
http://refugiestibetains.free.fr/

Confrontée à la fin de non recevoir des autorités chinoises, la famille du cinéaste tibétain jeté en prison, puis en camp de travail forcé, fait appel à l'opinion internationale.
Voyez aussi l'image du camp sur google map : http://tinyurl.com/xichuan-prison.

Communiqué de presse de la famille de Dhondup Wangchen.
Dhondup Wangchen, le cinéaste tibétain emprisonné depuis mars 2008, a été transféré au camp de travaux forcés de Xichuan. Sa famille appelle à une intervention internationale pour obtenir sa libération.

Zurich, le 19 mai 2010: Le réalisateur tibétain Dhondup Wangchen, condamné le 28 déc. 2009 à 6 ans de réclusion, soi-disant pour « atteinte à la sûreté de l'État », a été transféré de la prison de Xining vers le camp de travaux forcés de Xichuan [1] (Province de Qinghai).
L'épouse et les membres de la famille de Dhondup Wangchen ont appelé aujourd'hui Mme Hillary Clinton, se rendant en Chine la semaine prochaine, à presser le pouvoir chinois de libérer les personnes arbitrairement emprisonnés pour raisons politiques.

Dhondup Wangchen avait interjeté appel de sa peine de six ans de prison, mais le fait qu'il ait été transféré à la prison de Xichuan, le 6 avril 2010, confirme a priori l'échec de son appel et le maintien du verdict initial. L'avocat chinois Chang Boyang qui s'était rendu en février 2010 à Xining pour assister Dhondup Wangchen n'avait pas été autorisé à s'entretenir avec lui, et il avait été menacé en mars de devoir fermer son cabinet juridique s'il poursuivait l'affaire [2].

Lhamo Tso, l'épouse de Dhondup Wangchen, résidant en Inde, déclarait aujourd'hui: « Nous sommes absolument désespérés. Nous sommes si reconnaissants envers Chang Boyang, notre très courageux avocat chinois, et aussi envers Li Dunyong, notre précédent avocat, qui ont tous deux courus d'énormes risques pour aider mon mari. Mais la Chine nous confirme clairement que son système judiciaire exclut toute possibilité de pouvoir faire entendre notre voix. C'est pourquoi j'en appelle aux Gouvernements étrangers pour qu'ils se manifestent en faveur de la libération immédiate et inconditionnelle de Dhondup Wangchen. Il n'avait fait qu'exercer son droit légitime à la liberté d'expression. »

Selon la « Laogai Research Foundation » à Washington, le camp de Xichuan fabrique des fenêtres en aluminium, des briques ordinaires, des briques poreuses et creuses et des blocs de béton aggloméré [3]. En Suisse, Gyaljong Tsetrin, cousin de Dhondup Wangchen, lui-même ancien prisonnier politique, a déclaré aujourd'hui: « Étant donné son très fragile état de santé, il est très dangereux pour Dhondup Wangchen d'avoir à accomplir des travaux aussi pénibles dans ce camp. Nous avons appris l'an dernier qu'il souffrait d'hépatite B et ne bénéficiait d'aucun traitement médical. Je connais plusieurs Tibétains qui avaient été emprisonnés là-bas dans le passé: ils ont témoigné de conditions de vie et de travail extrêmement dures. Aussi je m'inquiète d'autant plus pour Dhondup Wangchen. »

Dhondup Wangchen avait été arrêté le 26 mars 2008 pour avoir filmé ses interviews de Tibétains du peuple sur leurs points de vue concernant les Jeux olympiques de Pékin, sur le Dalaï Lama et sur la politique menée par le pouvoir chinois au Tibet. Une sélection de ses entrevues ont donné lieu au documentaire "Leaving Fear Behind" (Surpasser sa peur) qui depuis a été projeté dans plus de 30 pays dans le monde entier.

Contact: Pemba Dechen: +44 (0) 77 848 2390 7 (en anglais) Tsetrin Gyaljong: +41 (0) 76 462 67 68 (en tibétain et chinois) Tsedoen Tenzin: +41 (0) 79 384 05 63 (en allemand)

Site officiel du film de Dhondup Wangchen: www.leavingfearbehind.com

Notes complémentaires:

1. Xichuan est un camp de travaux forcés qui se dissimule derrière la société ''Qinghai Xifa SARL'' (fabricant de matériels hydroélectriques). Le complexe de Xichuan est visible sur les cartes Google Maps: http://tinyurl.com/xichuan-prison .

2. Voir la déclaration publique d'Amnesty International du 21 avril 2010:
www.amnesty.org/en/library/asset/ASA17/018/2010/en/5578278e-7772-487e-a1d4-93802bb6c50b/asa170182010en.html

3. L'information suivante vient du « Dossier Laogai 2007-2008 » (page 37) http://laogai.org/booksEnterprise:
Qinghai Xifa SARL: Fabricant de matériels hydroélectriques; Prison: Xichuan; Lieu: 108 Xichuan South Rd.; Ville: Xining; Code postal: 810029; tél: 0971-5219370 / 5219352 . Établi en mars 1956; Raison sociale initiale: ''LRD n°5 de la Province''. En 1995, a changé sa dénomination en la présente. ''Héberge des minorités'': en plus de prisonniers Tibétains, on y trouve des Ouïghours, des Miaos et des Yi Bai. 40% des détenus sont des ''minorités''... L'entreprise auparavant dénommée ''Qinghai Matériels hydroélectriques'' contrôle l'usine de matériels de commutation Qinghai Gaoyuan, ainsi que les sociétés Qinghai Xifa, Jian'an Ltd., Matériels Qinghai Xifa Gaoyuan, Qinghai Xifa Eau et Électricité, et Produits & utilitaires Qinghai Xifa. Ces entreprises détiennent 560 types d'équipements, y compris des installations électriques de niveau 3, et des bâtiments aux normes LBAC. Elles produisent des postes de contrôle et des armoires électriques de 35KV haute et basse tension, des fenêtres en aluminium, des briques ordinaires, des briques poreuses et creuses, des blocs de béton aggloméré (production annuelle: 140 millions de blocs), etc.
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Urgent
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo