Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 22:31

REPORTERS SANS FRONTIERES

 

Publié le jeudi 13 janvier 2011. Mis a jour le vendredi 14 janvier 2011.


En guise de vœux de bonne année, le Département de la propagande, instance directement placée sous l’autorité du Parti communiste chinois, envoie ses directives aux différents médias chinois.

Considérées comme secret d’Etat, elles sont transmises oralement aux journalistes par des officiels du Département de la propagande lors de réunions pendant lesquelles il est interdit de prendre des notes. Reporters sans frontières a obtenu une transcription de ces consignes. 

 

Elles imposent le silence sur les problèmes sociaux et économiques, afin de "rassurer" le peuple et de défendre l’idée de croissance juste. De nombreux sujets ne doivent pas être abordés, si ce n’est de façon à ne pas heurter la ligne du parti : le marché de l’immobilier, la hausse des prix, la corruption, les démolitions de logements et la délocalisation forcée de la population, les permis de résidence, l’absence de sécurité sociale, le mauvais service des transports à l’occasion du nouvel an chinois, le mécontentement populaire exprimé dans des manifestations antigouvernementales.

Il est interdit aux médias de parler des affaires criminelles importantes, qui sont désormais classées selon quatre degrés de gravité. Des quotas sont imposés pour les parutions d’articles concernant les catastrophes naturelles ou les accidents graves. Sur ces derniers sujets, le département entend également limiter la circulation de l’information, en interdisant aux journaux régionaux d’échanger entre eux et aux journalistes de répondre à des interlocuteurs étrangers.

Reporters sans frontières est consternée par ces directives qui montrent les efforts de contrôle des médias par le Parti communiste chinois et le degré de censure dans le pays. L’usage est malheureusement courant. Le Département de la propagande avait, par exemple, remis des ordres écrits stricts aux rédactions lors de l’exposition universelle à Shanghai en mai 2010 sur la façon de traiter l’information. Ces dernières consignes, véritable carcan éditorial, sont une injure de plus au droit des citoyens à être informés et une intimidation de plus contre les journalistes.

Reporters sans frontières s’inquiète également de l’effet de ces directives sur les défenseurs de la liberté d’expression, qui se verront empêcher d’échanger de l’information et de relayer les articles entre eux. Elles visent à casser l’existence les réseaux de dissidents, de défenseurs des droits de l’homme et de journalistes citoyens engagés qui se sont constitués au fil des années.

Lorsque ces directives ne sont pas appliquées à la lettre, les autorités n’hésitent pas à recourir à la censure, aux violences et aux arrestations pour réduire au silence les défenseurs de la liberté d’expression.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 22:26

FRANCE TIBET

 

4 Tibetans sentenced to varying prison terms for trying to flee Tibet
Phayul[Thursday, January 13, 2011 16:31]
By Kalsang Rinchen

Dharamsala, January 13 – A Chinese court in Tibetan capital Lhasa has sentenced 4 Tibetans to varying prison terms on charges of engaging in “Separatist” behaviour and trying to escape to India, according to Bhod Ki Bhangchen Tibetan weekly.

 

.....Lire la suite sur france Tibet

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 23:28

 


La Chine n’a pas tenu les objectifs qu’elle s’est elle même fixés en matières de droits de l’homme, continuant à fouler aux pieds ces derniers, selon un rapport publié le 11 janvier 2011 par l’organisation Human Rights Watch, basée à New York. Dans un plan adopté en 2009, le gouvernement Chinois avait promis de garantir des libertés politiques et civiques, tout comme les droits des minorités comme les Tibétains et les Ouïghours, et de coopérer avec d’autres pays sur les droits de l’homme. Mais au lieu de cela, le gouvernement a systématiquement persisté à violer les droits les plus fondamentaux mentionnés dans ce document, selon le rapport.

La Chine a condamné des dissidents connus à de longues peines de prison sur la base d’accusations fallacieuses de subversion ou de violation de secrets d’état, a renforcé les restrictions à la liberté des médias et d'internet, ainsi que la surveillance des avocats, des défenseurs des droits de l’homme et des ONG, poursuit le texte.

Pékin a aussi contrôlé davantage les Ouïghours et les Tibétains, fait disparaître ou placé en détention arbitraire de plus en plus de personnes, parfois détenues au secret dans des lieux appelés prisons noires ou illégales, détaille Human Rights Watch.

Le rapport relève également que la Chine a répondu à l’attribution du prix nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo par une vague de répression contre la dissidence réelle ou supposée. L’échec du gouvernement à mettre en œuvre son plan montre clairement qu’il s’agissait davantage d’un exercice de relations publiques que d’un moyen utile de protéger et de promouvoir les droits humains du peuple Chinois, a déclaré dans un communiqué Sophie Richardson, directrice pour l’Asie de l’organisation.

Le gouvernement Chinois répond généralement aux critiques occidentales en arguant que les droits fondamentaux de ses citoyens sont garantis et que grâce à sa politique, des dizaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté au cours des 30 dernières années. Human Rights Watch a encore souligné que l’usage de la torture restait monnaie courante en Chine pour obtenir des aveux des suspects, et critiqué le refus de Pékin de révéler le nombre de personnes exécutées chaque année dans le pays.

Selon les observateurs, la Chine appliquerait davantage la peine de mort que tous les autres pays du monde réunis.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 17:27

REPORTERS SANS FRONTIERES

 

Le cyber-dissident Zhang Jianhong, connu sous le nom de Li Hong, est décédé le 31 décembre, à l’hôpital de Ningbo, dans la province du Zejiang, en présence de policiers empêchant d’autres dissidents de se rendre à son chevet. Il a succombé des suites d’une maladie qui n’a jamais été traitée durant ses trois ans d’emprisonnement. Il avait 52 ans.

Li Hong souffrait d’une dystrophie musculaire sévère et d’une sclérose latérale amyotrophique (SLA / Maladie de Charcot) qui engendrent un affaiblissement progressif des muscles. Sa santé s’était détériorée au cours de sa dernière année de détention, en l’absence de traitement permettant d’enrayer les effets de la maladie et d’améliorer la qualité de vie du patient.

Reporters sans frontières considère les autorités comme responsables de la conclusion tragique de son combat contre la maladie. Ces trois ans de détention, effectués dans des conditions précaires, sans accès aux soins, rythmés par de probables actes de maltraitance, ont indéniablement contribué à affaiblir Li Hong. L’organisation rappelle le refus des autorités, en 2007 puis en 2008, d’accorder une libération anticipée pour raison médicale à Li Hong. Dès 2007, Reporters sans frontières s’inquiétait pour son état de santé et avait demandé sa libération coir l’article).

Arrêté en 2006 et condamné en 2007 à six ans de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat » (voir l’article), Li Hong avait dû être admis d’urgence à l’hôpital Hangzhou Quingchun, centre médical de la prison, en avril 2010. Il avait finalement été libéré à la hâte, en juin 2010, pour « raison médicale » et immédiatement envoyé à l’hôpital de Ningbo. Une décision prise dans la précipitation, alors que le Net-citoyen n’était plus maintenu en vie que par un respirateur artificiel.

De nombreux dissidents avaient souhaité lui rendre visite à Ningbo. La police avait alors accentué sa surveillance, et les avait avertis de « ne pas prendre le risque » de se déplacer. Suite au décès du cyberdissident, les autorités auraient interdit aux opposants du régime et aux proches de Li Hong de se rendre à Ningbo pendant les trois prochains jours et de les auraient incités à garder la mort du net-citoyen secrète. La nouvelle de son décès s’est cependant rapidement propagée sur Internet.

Li Hong était le rédacteur un chef du magasine littéraire http://www.aiqinhai.org/, fermé en 2006 par les autorités pour avoir diffusé du « contenu critique envers le gouvernement chinois ». Il y publiait de nombreux articles, certains soutenant notamment l’avocat chinois Gao Zhisheng, aujourd’hui porté disparu, après que les autorités ont déclaré l’avoir libéré de prison (voir l’article). Il écrivait également pour le site d’informations Boxun et La Grande Epoque.

Reporters sans frontières demande aux autorités chinoises de tirer les leçons de cette fin tragique et de procéder immédiatement à la libération des dissidents malades, en particulier de Huang Qi, Fan Yanqiong, Cheng Jianping, Hu Jia et Yang Tianshui.

Huang Qi a été arrêté en 2008 pour avoir dénoncé sur Internet les conséquences du tremblement de terre dans la province du Sichuan. En 2009, il a été condamné à trois ans de prison pour “possession illégale de secrets d’Etat”. Il serait actuellement atteint de d’une tumeur à l’estomac et à la poitrine. Il ne recevrait pas les traitements adéquats. Il aurait été torturé et privé de sommeil.

Cheng Jianping a été condamnée, le 15 novembre 2010, à un an de rééducation par le travail dans un camp pour un tweet ironique sur les tensions entre la Chine et le Japon, alors qu’elle souffrirait d’une maladie chronique des poumons, la pleurésie tuberculeuse.

La net-citoyenne Fan Yanqiong, arrêtée en 2009, a été condamnée en avril 2010 à deux ans de prison ferme pour avoir rapporté l’affaire d’une femme violée et tuée dans la province du Fujian. Au moment de son jugement, elle ne pouvait déjà plus se déplacer sans un fauteuil roulant et un masque à oxygène, souffrant d’hypertension artérielle, d’atrophie musculaire et de douleurs terribles dans tous les membres.

Le blogueur et militant des droits de l’homme Hu Jia a écopé, en 2008, d’une peine de trois ans de prison pour “incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat" pour des articles publiés en ligne et des interviews accordées à des médias étrangers. Il est atteint d’une maladie du foie et ne dispose pas des médicaments dont il a besoin.

Le cyberdissident Yang Tianshui a été condamné, quant à lui, en 2006, à 12 ans de prison pour ses articles engagés publiés sur le web. Lors de sa détention, il a contracté la tuberculose. Il souffre également d’une arthrite sévère, d’insuffisance rénale chronique et d’hypertension.

En Chine, la censure ne s’arrête avec la mort de la personne incriminée. Les cendres du journaliste et écrivain chinois Liu Binyan, mort en exil aux Etats-Unis en 2005, ont enfin été rendues à sa famille. Cependant, les autorités ont interdit à ses proches d’inscrire sur sa pierre tombale l’épitaphe qu’il avait rédigée : « L’homme chinois qui repose ici a fait ce qu’il devait faire et dit ce qu’il devait dire ». Liu Binyan dénonçait notamment la corruption et le massacre de Tiananmen de juin 1989.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 10:04
 

"Mémorandum adressé à Sa Sainteté le Dalaï Lama, avec de ferventes prières et une profonde dévotion",

le 5 janvier 2011

 

 

Votre Sainteté,

 

Nous, membres du Comité permanent du Parlement tibétain en exil, au nom de tous les Tibétains du Tibet et des Tibétains en exil, vous implorons solennellement :

 

Au cours de la cérémonie de clôture de la première assemblée tibétaine nationale qui s’est tenue en 2010 dans les campements tibétains de Bylakuppe, dans le sud de l’Inde ; dans votre réponse aux questions posées au cours d’un meeting public avec des Chinois à Toronto ; lors de l’anniversaire de la création du TCV (Village pour les enfants tibétains) à Dharamsala ; et dans votre réponse aux questions posées lors d’une conférence de presse à New Delhi, Votre Sainteté avez exprimé votre intention d’abandonner complètement vos fonctions politiques. Tous les Tibétains, au Tibet ou en exil, ont été très affectés par cette annonce et n’ont cessé de vous adresser leur requête en vous implorant de renoncer à aller au bout d’une telle décision. Nous, membres du Comité permanent du Parlement tibétain en exil avons, également, tenu une suite de meetings en prenant très à cœur ce souhait de Votre Sainteté de vous retirer complètement de la vie politique.

 

Grâce à votre extrême bienveillance à notre endroit, Votre Sainteté avez conduit le peuple tibétain sur le juste chemin de la démocratie, en commençant par introduire des réformes dans le mode de fonctionnement du gouvernement tibétain au moment où vous avez été investi des pouvoirs temporel et spirituel au Tibet. Et, dès que vous avez foulé le sol indien, après votre fuite vers l’exil, Votre Sainteté avez introduit un mode de scrutin permettant au peuple tibétain de voter pour ses représentants et, en 1963, Votre Sainteté avez aussi promulgué une constitution tibétaine. En 1991, Votre Sainteté avez approuvé la Charte des Tibétains en exil, par laquelle vous avez consolidé le Parlement tibétain en exil en en faisant une instance législative, en parfaite conformité avec la définition d’une législature nationale moderne. En particulier, Votre Sainteté avez introduit, en 2001, un système d’élection directe du Kalon Tripa (Premier ministre), veillant ainsi à ce que le peuple tibétain élise lui-même son propre chef du gouvernement.

 

Pour le formuler simplement, aucune accumulation d’offrandes de matières précieuses ne saurait représenter  ne fût-ce qu’une infime part de la gratitude du peuple tibétain pour tout ce qu’il a reçu en partage, rien qu’avec les immenses actions et tous les souhaits de Votre Sainteté. Par ailleurs, il est inutile de rappeler que, ces derniers temps, les discours répétés de Votre Sainteté étaient sans aucun doute motivés par votre souhait sincère d’assurer à tout le peuple tibétain le bien-être, en pensant au présent, mais aussi au futur. Cela étant, il n’en demeure pas moins que nous autres, appartenant au Pays des Neiges, avons été soutenus jusqu’à présent par la bienveillance et la générosité de Votre Sainteté. Sur la base de la prédiction sacrée du Bouddha, Votre Sainteté avez fermement respecté votre engagement à revenir délibérément en tant que maître religieux et chef temporel, particulièrement en ces temps cruciaux.

 

Il est donc inconcevable, aussi longtemps que durera cette ère cosmique, que le peuple du Tibet soit privé, ne serait-ce qu’un moment, de votre excellente gouvernance spirituelle et temporelle. Au cours des derniers meetings de quelque importance, cette question a été abordée de façon très claire dans chacun des rapports et chacune des résolutions adoptées. Cela inclut la décision adoptée à la fin de la première assemblée générale spéciale des Tibétains qui s’est tenue en 2008, en accord avec les dispositions de l’article 59 de la Charte des Tibétains en exil ; et, en particulier, le document 63 qui date de 2010 – une résolution adoptée à l’unanimité pendant la neuvième session du quatorzième Parlement tibétain en exil.

 

Par ailleurs, à l’issue de la première assemblée générale de Bylakuppe, a été rédigé un rapport reprenant les avis et les suggestions de tous les délégués présents. Le premier point de la rubrique politique du rapport disait :

« Sa Sainteté le dalaï-lama a jusqu’ici assumé les responsabilités de chef de la grande nation tibétaine et tête du gouvernement tibétain. Au nom de tous les Tibétains, ceux qui sont au Tibet comme ceux qui sont en exil, nous réitérons notre immense gratitude envers Sa Sainteté. En même temps, Sa Sainteté le dalaï-lama a fait remarquer dans son discours qu’il était déjà en semi-retraite.  Cela a plongé l’ensemble du peuple tibétain, ceux de l’intérieur comme ceux de l’exil, dans un tel désespoir qu’ils sont à présents incapables de digérer leur nourriture ou de trouver un sommeil paisible. Les choses étant ce qu’elles sont, l’assemblée générale implore Sa Sainteté de ne rien mettre en œuvre dans le sens d’une telle décision. » Ce point de vue a été adopté à l’unanimité par l’assemblée réunie.

 

Compte tenu de la série d’appels évoqués ci-dessus, nous implorons Votre Sainteté du fond du cœur et avec une fervente dévotion de ne jamais envisager de prendre votre retraite ou même une semi-retraite. "

 

Submitted with heartfelt prayers and devotion on 5th of January 2011 in the Tibetan Royal Year 2137

 

Penpa Tsering

Speaker, Tibetan Parliament-in-Exile

 

Dolma Gyari

Deputy-Speaker, Tibetan Parliament-in-Exile

 

 

-----------------------------------------------------------

 

Nos chaleureux remerciements à Françoise B.M. pour la traduction en français. 

 

"His Holiness accepts the Godel Seal from TPIE Speaker Penpa Tsering and Deputy Speaker Dolma Gyari, Bylakuppe, Sept 2, 2010" - www.phayul.com
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 19:11


consulter:

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20110105.OBS5757/tribune-trois-tibetologues-denoncent-les-sorties-de-raffarin-et-cope.html

Trois enseignants critiquent les récentes déclarations de l'ex-Premier ministre et du secrétaire général de l'UMP sur la Chine et le Tibet.

* Un article paru sur un site officiel d'information chinois (china.org.cn, 3 décembre 2010), mais semble-t-il peu repris par les médias français, nous apprend que lors d'un séminaire qui s'est tenu à Pékin le 2 décembre avec de jeunes Chinois, monsieur Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, a déclaré que la question tibétaine n'était pas centrale dans les relations sino-françaises et que l'engagement français à soutenir l'unité chinoise avait été clairement confirmé dans un communiqué commun signé durant le G20 à Londres au début de l'année.

Ce n'est pas la première fois que monsieur Raffarin exprime son adhésion complète au régime autoritaire de type colonial qui caractérise l'administration politique de la Chine au Tibet, transformant la France en un EX-pays défenseur des droits de l'homme. Les intérêts économiques supposés que la France pourrait retirer de ce pacte ne devraient cependant pas obliger Monsieur Raffarin, à l'égal de Monsieur Jean-Luc Mélenchon, à relayer le discours des autorités chinoises dont la politique en matière des droits de l'homme et des minorités ethniques n'est nullement compatible avec nos valeurs européennes.

Par ailleurs, lors de ce même séminaire, monsieur Jean-François Copé, président de l'UMP, a affirmé que "la plupart des Français savent très peu de choses au sujet du Tibet" et que ce qu'ils apprennent vient "d'observateurs français". Il aurait été utile qu'il précise ce qu'il entendait par cette expression. Il apparaît que monsieur Copé ignore que la France est, avec la Russie, le premier lieu en Occident où le tibétain a été enseigné à l'université (depuis 1842 aux Langues Orientales). L'école française de tibétologie est connue dans le monde entier pour la qualité de ses recherches. Deux chaires sont consacrées aux études tibétaines à l'École pratique des Hautes Études, trois équipes du CNRS comptent des tibétologues, cinq grandes bibliothèques de recherche en France possèdent des fonds tibétains importants et la BNF est en possession d'une partie des manuscrits de Dunhuang, premiers documents historiques en langue tibétaine (VIII-Xe s.). Nous sommes un certain nombre de spécialistes qui consacrons notre vie à l'étude de la culture, de la langue, de l'histoire et de la civilisation tibétaines et dont les travaux sont accessibles au grand public.

Nous sommes payés par la République pour enseigner, publier, apporter nos connaissances sur le Tibet et ses populations dont la culture singulière et d'un haut raffinement intellectuel est en danger, conséquence de la politique du gouvernement chinois depuis plus d'un demi-siècle.

Il serait souhaitable que nos politiciens commencent enfin à se renseigner sur la question tibétaine. Cela leur permettrait ainsi de comprendre pourquoi les Tibétains dans leur ensemble, en Chine comme en exil, contestent le "grand récit" de l'État chinois et les "bienfaits" de sa colonisation.

Katia Buffetrille, ethnologue et tibétologue, École pratique des Hautes Études

Françoise Robin, maître de conférences, Institut national des langues et civilisations orientales

Heather Stoddard, professeur des universités, Institut national des langues et civilisations orientales


(Nouvelobs.com)

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 22:22

SAUVONS LE TIBET



Un prisonnier politique Tibétain nommé Jigme Gyatso qui purge une peine de prison d'une durée de 17 ans à la prison de Chushul près de la capitale du Tibet, Lhassa est dans un état de santé critique, en raison de graves tortures, selon un rapport reçu par l'administration centrale Tibétaine.

En 1996, la cour populaire intermédiaire de Lhassa a condamné Jigme Gyatso pour avoir prétendument mené des actions révolutionnaires avec un groupe de résidents Tibétains de Lhassa. Jigme Gyatso a ensuite été enfermé à la prison à Drachi pour 15 années de prison avec travaux forcés.

Alors qu'il était en prison, Jigme Gyatso a lancé des slogans pour la longue vie de Sa Sainteté le Dalaï Lama, ce qui qui a entraîné une prolongation de 2 ans de son incarcération. Il a été sévèrement torturé et battu jusqu'à le rendre physiquement très faible.

Jigme Gyatso est né en 1961 à Sangchu au Tibet dans la province de l'Amdo.

Il vivait à Lhassa avant son arrestation et sa mère est décédée deux ans après qu'il ait été arrêté.

Malgré la faiblesse physique suite à des coups, de nombreux Tibétains comme Jigme Gyatso ont gardé un esprit de détermination et de courage pour braver la répression.
 
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 21:28

FRANCE TIBET

 

 

null



China frees 4 Mangra monks ahead of jail term in "poor" health
Phayul[Monday, December 27, 2010 16:09]
By Kalsang Rinchen

From L to R, Lungtok Gyatso, Soepa Gyatso, Kalsang Gyatso and Soepa Gyatso (file photo)Dharamsala, December 27 – Chinese authorities in Tibet’s Mangra County have released four Tibetan monks weeks ahead of their scheduled prison-term, reported The Voice of Tibet radio. The four monks, Kalsang Gyatso; 23, Soepa Gyatso; 26, Lungtok Gyatso; 24, and Soepa Gyatso;21, belonging to the Lutsang Monastery in Mangra County in Tsolho "Tibetan Autonomous Prefecture", Qinghai province, were among the 109 monks arrested on the first day of the Tibetan New Year 2136 (February 25, 2009) after they took part in a protest vigil before the Mangra County government headquarters.

Despite their early release, it is feared that the monks have been subjected to severe torture and beatings while in prison, rendering them vulnerable to untimely death under policy custody. “I was told by people back home that the four were physically very weak, and in poor health, and were currently with their families”, said Lobsang, a Tibetan exile with contacts in Mangra.

Chinese security forces locked up the 109 monks in a nearby school where they were subjected to severe patriotic reeducation sessions, sources had told phayul. However, 105 monks were later released and 4 were kept in detention. The monks walked with candles in silent protest from Lamo Yongzin Phodrang (spelled as pronounced) to the Mangra county government headquarters.

The four were sentenced to 2 years each in prison by the Mangra County People’s Intermediate Court for leading the protest vigil around March 2009. The monks did not hold any official positions in the monastery but were considered seniors in terms of monastic education which could have led the authorities into believing that they masterminded the protests.

The 109 monks of Lutsang monastery presented a list of demands before the Mangra county authorities though details of the demands had not been known. A former monk of Lutsang living in New York had told Radio Free Asia in February 2009 that the monks demanded that China understand the aspirations and thoughts of the younger Tibetan generation. The monks, according to the source, wanted China to understand that boycott of Tibetan New Year could be more widespread than the previous year’s protests.

The vigil by the monks came amid widespread boycott of the Tibetan New Year by Tibetans living in Tibet and exile to pay tribute to those killed and jailed during the nationwide protests against Chinese rule in 2008.


Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 00:31

FRANCE TIBET

 

La Chine paie la police Népalaise pour arrêter des Tibétains : 20 décembre 2010


La Chine paye la police Népalaise pour arrêter des réfugiés Tibétains qui traversent la frontière pour échapper aux persécutions, selon des télégrammes diplomatiques Américains publiés par le site Wikileaks.

L'une des notes, envoyée par un officier à l'ambassade Américaine de New Delhi en février, cite une source indiquant que la Chine récompense par des incitations financières les officiers qui arrêtent des Tibétains tentant de quitter le Tibet.



Pékin a demandé à Katmandou de renforcer les patrouilles et de rendre plus difficile l'entrée des Tibétains au Népal, écrit dans un télégramme publié dimanche l'une des sources de l'ambassade. Un porte parole de la police Népalaise à Katmandou a démenti les accusations, les jugeant sans fondements.

Nous arrêtons ceux qui entrent au Népal illégalement et les remettons aux autorités Népalaises de l'immigration, a déclaré lundi ce porte parole. Des milliers de Tibétains entreprennent chaque année un voyage dangereux vers le Népal pour fuir la répression politique et religieuse dont ils s'estiment victimes au Tibet.

Ils sont normalement libres de circuler au Népal en vertu d'un accord informel entre le gouvernement et l'agence des nations unies mis en place en 1989 lorsque le Népal cessa de leur accorder le statut de réfugiés.
Avec l'assistance des Nations Unies, nombre d'entre eux repartent ensuite vers Dharamsala, dans le nord de l'Inde, où une grande communauté s'est établie sous l'autorité du gouvernement Tibétain en exil et du Dalaï Lama, qui y vit depuis 1959 après l'échec d'un soulèvement anti Chinois à Lhassa.
source :

WikiLeaks: China pays Nepal to arrest Tibetans

CNN IBN[Monday, December 20, 2010 09:58]



A monk runs as a policeman chases him to hit with a baton during an anti - China protest in Kathmandu in 2008 (Reuters/file photo)
Kathmandu: Amid stepped up pressure on the government to curb anti-Beijing protests by Tibetans in Nepal, China has used its financial muscle to pay off Nepal Police to arrest members of the exiled community, according to secret US cables published by WikiLeaks.

Cables released by the whistle-blower website show an unnamed source of the US Embassy in New Delhi repeatedly claiming that "Chinese government rewards Nepali forces by providing financial incentives to officers who hand over Tibetans attempting to exit China".

"XXX reiterated this belief to PolOff (Political Officer) during a XXX meeting in Delhi, stating ''the Chinese government rewards (Nepali forces)'' by providing financial incentives to officers who hand over Tibetans attempting to exit China," according to the cable dated February 22, 2010 from New Delhi.
The US Embassy memo sent to US Department of State under the title ''Delhi Diary'' and classified as ''confidential'' has an update on Tibetan refugee flow that described a meeting of the source with Political Officer on February 4.
The Wikileaks, which is releasing 250,000 American diplomatic cables, has cut out the names of people mentioned as the source.
The number of Tibetans entering India had decreased over the last few years, amid mounting pressure on the government as ?Beijing has asked Kathmandu to step up patrols of Nepali border forces and make it more difficult for Tibetans to enter Nepal," according to the cables also reported by myrepublica online, the website of Nepali daily Republica.

It said the number of Tibetans entering India "markedly decreased after March 2008 uprising".
Nepal is home to around 20,000 exiled Tibetans and the capital has been the scene of several anti-China protests since the 2008 unrest in Lhasa.
Nepal has been under pressure from Western nations to allow the protests--and from China to stop them. Beijing has repeatedly asked Nepal to better control the Tibetan refugees within its borders and stop the protests.
These protests have been a source of embarrassment to Nepal''s government, which wants strong ties with China. Nepal supports ''one-China policy'' that views Tibet as an integral part of China. It has repeatedly assured its giant northern neighbour that it will not allow its territory to be used against it.

Nepal has stepped up security and warned Tibetans exiles against organising anti-China protests.

Despite tight security enforced by the Nepalese and Chinese government in the border areas, every year 2,500-3000 Tibetans cross the border on their way to meet the Dalai Lama in the Indian town of Dharamshala, where he is based since fleeing from his motherland in 1959.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:08


image020.jpg

lundi 27 décembre, 17:30, à : Théâtre Strauss / Musée du Quai Branly PARIS

Venez applaudir 3 artistes traditionnels tibétains de talent !
Au programme, DANSE, MUSIQUE et CHANTS TIBETAINS !

Lundi 27 décembre 2010 et Mardi 28 décembre 201 0, 17h30

 

Pour en savoir plus : Cliquez ici

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Evénements
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo