Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 09:57

 TCHRD Communique de Presse

 

11 Juillet 2011, Dharamshala

 

Contact: Mme Tenzin Norkyi  (anglais) / Mr. Jampel Monlam (tibétain, chinois)

13 Tibétains arrêtés et la répression s'intensifie à Kardze

 

 

Selon l'information reçue le 5 Juillet 2011 par le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD), Centre tibétain pour les droits et la démocratie, la cour du peuple du Comté de Kardze a récemment condamné 13 Tibétains parmi un assez grand nombre de Tibétains arrêtés.

 

Parmi ces 13 Tibétains arrêtés, le Centre a pu identifier Sonam Choegyal et Sonam Nyima, tous deux âgés de 19 ans. Ils ont tous deux été condamnés à 3 ans d'emprisonnement. Les autres ont aussi été condamnés à des peines d'emprisonnement mais le Centre n'a pu obtenir aucune autre information les concernant.

Le 24 Juin 2011, Sonam Choegyal et Sonam Nyima manifestaient à Kardze lorsqu'ils furent arrêtés par la police de cette ville. Tous deux venaient du village de Khakar, commune de Lhopa, comté de Kardze.

 

Les autorités chinoises ont commencé à  imposer des restrictions et à faire pression sur les monastères et les laïcs dans le Comté de Kardze. Il y a une augmentation d'arrestations sur simples soupçons. Ainsi le 5 Juillet dernier, au monastère de Dhargyal à Kardze, la police locale a fait irruption pour interroger les moines, en particulier ceux qui venaient de rentrer d'Inde. Les moines Lobsang Choejor,  35 ans, et Jampa Wangchuk, 46 ans, furent interrogés et amenés au Centre de détention de Kardze. A ce jour, ils s'y trouvent encore. 

Les deux  moines sont originaires de la ville de She-ser, comté de Kardze. Au cours des années 1990, avant d'entrer au monastère de Dhargyal, ils s'étaient rendus en Inde où ils étudièrent au monastère de Sere Je pendant 9 ans.

 

Selon le site http://epaper.gzznews.com/gzrb/20110705/index.htm, Li Dao Ping, secrétaire du parti pour la préfecture de Kardze, entend maintenir la stabilité dans le comté de Kardze ; il a déclaré qu' "il est absolument nécessaire de mettre un frein aux activités séparatistes. Toute atteinte à l'ordre normal ou toute interférence avec les lois seront condamnées." Li Dao Ping a également précisé qu' “envers quiconque ose menacer la stabilité, nous ne devons faire preuve d'aucune indulgence mais qu'au contraire il faut les combattre avec fermeté. Toute atteinte à la sécurité nationale, à la sécurité publique et à l'ordre social, toute menace sur la vie et la propriété de tout groupe ethnique, quel qu'il soit, sera poursuivie de par la loi".

 

Traduction de Malie Montagutelli pour l'association Montagne du Bonheur

 

 

Tenzin Norkyi (Mme)

English Researcher, TCHRD

Top Floor Narthang Building

Gangchen Kyishong, Dharamsala

H.P. INDIA 176215

www.tchrd.org

office. +91-1892 223363/ 225874

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:45



parution ce 17 juin 2011
Au sommaire

Tibet d’hier

– « Le Tibet est un petit pays. »
– « Le Tibet est demeuré isolé du monde jusqu’en . »
– « Le régime qui a précédé l’invasion chinoise était une théocratie. »
– « Le régime tibétain traditionnel était un système féodal qui opprimait le peuple et reposait sur le servage. »
– « Le gouvernement tibétain a entretenu des liens avec l’Allemagne nazie. »

Tibet d’aujourd’hui

– « Le Tibet fait partie de la Chine depuis 700 ans. »
– « La Chine revendique le Tibet pour des raisons historiques. »
– « L’invasion chinoise a fait un million de victimes chez les Tibétains. »
– « Un grand nombre de Tibétains vit en exil. »
– « Les forces occidentales soutiennent la résistance tibétaine. »
– « Les Tibétains n’auraient pas pu accéder à la modernité sans la Chine. »
– « Le dalaï-lama est le chef religieux et politique de tous les Tibétains. »

Culture et civilisation
– « La Chine a détruit tous les monastères du Tibet pendant la Révolution culturelle. »
– « Tous les Tibétains sont bouddhistes. »
– « Les Tibétains sont non-violents. »
– « La culture tibétaine authentique n’est plus préservée qu’en exil. »
– « Tout l’art et la culture du Tibet sont bouddhiques. »
– « La langue tibétaine n’est pas enseignée au Tibet. »
– « Les Tibétains sont des nomades. »
– « Les Tibétains ne mangent pas de viande.


-------------------------------------------------------------

Cet ouvrage a été écrit en collaboration avec :
Étienne Bock, titulaire d’un D.E.A. de tibétain (INALCO).
Isabelle Henrion-Dourcy, professeure adjointe, Département d’anthropologie, université Laval, Québec.
Thomas Kerihuel, doctorant à l’INALCO, rattaché à l’équipe ASIEs-INALCO.
Nicolas Tournadre, professeur de linguistique, université de Provence, CNRS-Lacito.
Alice Travers, docteur en histoire, chargée de cours à l’INALCO, rattachée au Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (UMR 8155).

-------------------------------------------------------------

Sur demande de l'auteur, les droits de cet ouvrage sont reversés à l'association TALI Tibet



Extrait

« L’invasion chinoise a fait un million de victimes chez les Tibétains. »


Pour en savoir plus

– Jacques Bacot, Le Tibet révolté, Phébus, 1997 [1912].
– Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille (dir.), Le Tibet est-il chinois ?, Albin Michel, 2002.
– Katia Buffetrille et Charles Ramble (dir.), Tibétains : 1959-1999. 40 ans de colonisation, Autrement, 2003 [1998].
– Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997.
– Mikel Dunham, Les Guerriers de Bouddha. Une histoire de l’invasion du Tibet par la Chine, de la résistance du peuple tibétain et du rôle joué par la CIA, Actes Sud, 2007.
– Robert Ford, Tibet rouge. Capturé par l’armée chinoise au Kham, Olizane, 1999 [1957].
– Régis-Évariste Huc (Père), Voyage dans la Tartarie, le Thibet et la Chine (Livre II), PyréMonde PNRG, 2009 [1850].
– Matthew Kapstein, The Tibetans, Blackwell, 2006.
– Samten Karmay et Philippe Sagant (dir.), Les Habitants du Toit du Monde, Société d’ethnologie, 1997.
– Samten Karmay et Philippe Sagant, Les Neuf Forces de l’Homme : récits des confins du Tibet, Société d’ethnologie, 1999.
– Donald Lopez, Fascination tibétaine. Du Bouddhisme, de l’Occident et de quelques mythes, Autrement, 2003.
– Perspectives chinoises, Dossier « L’impasse au Tibet », 2009 (3).
– Françoise Pommaret, Tibet, une civilisation blessée, Gallimard, « Découvertes », 2002.
– Françoise Pommaret (dir.), Lhasa, lieu du divin, Olizane, 1996.
– Rolf A. Stein, La Civilisation tibétaine, Langues et Monde-L’Asiathèque, 2011.
– Heather Stoddard, Le Mendiant de l’Amdo, Société d’ethnologie, 1986.
– Woeser Tsering, Mémoire interdite. Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet, Gallimard, 2010.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Parutions
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:40

 

Date : 23/06

Si vous avez manqué ce programme ou avez le désir de le revoir

Samedi 18 juin à 18h15
Dimanche 26 juin à 13h40

 

 



Date de la dernière diffusions

Dimanche 26 juin à 13h40Débat la chaîne parlementaire avec :
Les invités :

+Patrick Bloche, député, vice- président du groupe d’études sur le Tibet
+Françoise Hostalier, députée, secrétaire du groupe d’études sur le Tibet
+Valérie Niquet, directrice du centre Asie de l’IFRI
+Jean-Paul Ribes, journaliste spécialiste du Tibet.



Le Tibet invité sur La Chaîne Parlementaire les 3, 4, 12, 18 et 26 juin 2011

Rappels 17, 23 juin 2011

La Chaîne Parlementaire diffuse pendant tout le mois de juin le film historique de Martin Scorcese "Kundun", qui retrace la vie du XIVème Dalaï Lama jusqu’à son départ en exil.
Cette diffusion est suivie d’un débat commentant l’actualité et rassemblant, autour de Christophe Ruaults :
Madame Françoise Hostalier, députée, ancien ministre, secrétaire du Groupe d’Etude sur le Tibet
Madame Valérie Niquet, directrice d’études à la Fondation pour la recherche stratégique
Monsieur Patrick Bloche, député, Vice Président du Groupe d’Etude sur le Tibet
Monsieur Jean-Paul Ribes, journaliste, spécialiste du Tibet.

A PROPOS DE CETTE VIDEO
Résumé du programme TV en direct

Tibet, 1933, le treizième dalaï-lama meurt. Le petit Lhamo vit avec sa famille dans un village. Des étrangers en route pour Lhassa, la capitale, reconnaissent en lui le nouveau dalaï-lama, le Kundun. Peu après avoir proclamé la République populaire de Chine, en 1949, Mao annexe le Tibet. Le 17 novembre 1950, avant ses 18 ans, le dalaï-lama devient officiellement souverain. Une troupe l'escorte vers l'Inde. Son exil commence. Au-delà de son éblouissante beauté, ce film méditatif synthétise toutes les obsessions du cinéaste : la solitude de l'homme, la foi, le deuil, l'impuissance du bien, la fatalité du mal—
Casting


Réalisateur : Martin Scorsese
Scénario : Melissa Mathison
Acteur : Tsewang Migyur Khangsar (Le père du dalaï-Lama)-Geshi Yeshi Gyatso (Le Lama de Sera)-Tenzin Thuthob Tsarong (Le dalaï-Lama, adulte)-Tulku Jamyang Kunga Tenzin (Le dalaï-Lama, à 5 ans)-Tencho Gyalpo (La mère du dalaï-Lama)-Gyurme Thetong (Le dalaï-Lama, à 12 ans)
Photographie : Roger Deakins
Son : Clive Winter
Montage : Thelma Schoonmaker
Décors : Dante Ferretti
Presse : Jean-Pierre Vincent
Musique : Philip Glass
Société de Production : Touchstone Pictures- Refuge Productions Inc.- Dune Films- De Fina-Cappa
Pour toute réclamation concernant les informations de cette page merci de vous adresser directement à olivia@playmedia.fr
Prochaines diffusions de « Kundun »
Aujourd'hui à 17:00 sur LCP / PS (6h et 5mn)
Le 12/06 à 13:46 sur LCP / PS (8 jours, 2h et 51mn)
Le 18/06 à 18:16 sur LCP / PS (14 jours, 7h et 21mn)

Film américain réalisé par Martin Scorsese

Le débat, présenté par christophe ruaults et présence d’invités (26’) Dans le cadre de son exigence éditoriale, LCP propose à l’issue de chaque diffusion de long-métrage, un débat. Présenté par Christophe Ruaults, ce rendez-vous éclaire, en présence de personnalités politiques, la thématique et les réflexions, voire les interrogations soulevées par le film.

http://www.lcp.fr/emissions/l-autre-seance/vod/15092-kundun-le-debat/patrick-bloche-francoise-hostalier-valerie-niquet-jean-paul-ribes

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:35

With a new leader taking over Tibetans' government in exile from August and a new voluntary coordinator appointed in Nepal for the welfare of Tibetan refugees in the Himalayan republic this month, Dharamshala is urging for restraint and a halt to activities that can annoy China.

Last Friday, the Tibetan community in Nepal received the new coordinator with 55-year-old Thiley Lama succeeding Thinley Gyatso. Appointed by the Central Tibetan Administration (CTA), Lama is the first Nepali coordinator for Tibetan refugee welfare.

The new incumbent says he will be focusing on two major tasks.

"Dharamshala has recognised the One China policy that acknowledges Tibet ," Lama told TNN. "We are urging all Tibetans in Nepal not to take part in any anti-China rhetoric or hold demonstrations before the Chinese Embassy in Kathmandu."

Lama said the Tibetan community had been infiltrated by elements who were behind the anti-China tirade in Nepal that triggered retaliatory action by Nepal's government and caused untold hardship to Tibetan refugees.

The other major task is to assess the current hardship faced by Tibetans in Nepal , especially who do not have the identity cards issued by the government recognising them as legitimate refugees and allowing them to stay on in Nepal . Tibetans without these Refugee Cards (RCs) are not allowed to register marriages, birth of their children, open bank accounts, run businesses or obtain travel documents.

Once the assessment is complete, the community will submit a memorandum to the government, asking for help over things that will not affect Nepal 's relations with other countries. "The basic needs are food, clothing and shelter, human rights and cultural rights," Lama said. "We are not making any political demands."

The community will also have to undertake a survey to ascertain the number of Tibetans without RCs. In 2009, CTA had assessed that there were a little over 13,000 Tibetans in Kathmandu with over half of them not possessing RCs.

While Lama assumed his responsibilities from last Friday, considered an auspicious day by Tibetans, the new Tibetan prime minister in Dharamshala, Lobsang Sangay, will assume office from August 8.
*************************************************************************************

The International Tibet Network is a global coalition of Tibet-related non-governmental organisations. Its purpose is to maximise the effectiveness of the worldwide Tibet movement, which is dedicated to ending human rights violations in Tibet and to working actively to restore the Tibetan people's right under international law to determine their future political, economic, social, religious and Cultural status.

The Network pursues its goals by working to increase the capacity of individual Member Organisations, through the coordination of strategic campaigns and by increased cooperation among organizations, thereby strengthening the Tibet movement as a whole. See www.tibetnetwork.org for more information.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:34

HIMALAYAN NEWS SERVICE

KATHMANDU: Police last night intervened in a Tibetan exiles’ condolence meeting in Bouddha and rounded up 12 Free Tibet activists. The crackdown came when the exiles were holding a candlelight vigil on the Bouddhanath Stupa premises to wish for eternal peace to Phuntsok (21) and protest the Chinese excesses.

The Buddhist monk had immolated himself near the Kirti monastery in Amdho, eastern Tibet, on March 16 in protest of the Chinese rule in Tibet. The incident sparked a wave of protests in Tibet, prompting the Chinese military to crack down on Free Tibet activists.

Those detained in yesterday’s crackdown are Lopsang Sherpa, Wangdi Gurung, Gato, Yote Lama, Tenzing Lama, Thendup Chhiring, Thumten Ghyamchho, Gyalchhen, Dorjee Chhiring, Rabygyal, Tenzing Phinchow and Dorjee Lama. Of them, Wangdi and Thendup are Nepalis.

DSP Shyam Lal Gyawali said police had to intervene after the Tibetan exiles sporting headbands and t-shirts reading ‘Free Tibet’ tried to stage an anti-China protest.

“We have charged the Free Tibet activists under Some Public Offences Act for their involvement in disturbing peace in the society,” Gyawali said.

Nepal, home to more than 22,000 Tibetan exiles, adheres to ‘one-China Policy’ and has vowed not to let its soil be used against its neighbours.


*************************************************************************************

The International Tibet Network is a global coalition of Tibet-related non-governmental organisations. Its purpose is to maximise the effectiveness of the worldwide Tibet movement, which is dedicated to ending human rights violations in Tibet and to working actively to restore the Tibetan people's right under international law to determine their future political, economic, social, religious and Cultural status.

The Network pursues its goals by working to increase the capacity of individual Member Organisations, through the coordination of strategic campaigns and by increased cooperation among organizations, thereby strengthening the Tibet movement as a whole. See www.tibetnetwork.org for more information.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 22:28

 

En hommage aux femmes et aux hommes du Tibet qui dans l'indifférence du monde continuent leur lutte inégale pour l'indépendance de leur pays

 

 

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 10:20


Phayul 15 Juin 2011 http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=29648&article=Saka+Dawa+marked+with+protest+in+Tibet

 

 

Traduction française par France Tibet

des moines tibétains ont refusé de participer à un rite religieux, annonçant que les autorités chinoises ont « organisé cet événement à fin de propagande ». La cérémonie prend normalement place deux fois par mois à la chapelle du monastère de Kirti, et est dédiée aux déités protectrices. Elle avait été remise à une date indéterminée après que le 16 mars, un moine de Kirti s'était immolé pour protester contre la loi chinoise imposée à Ngaba. « De nombreuses caméras avaient été mises en place tôt le matin autour de la chapelle, prêtes à filmer l'arrivée des moines » ont dit Tsering et Yeshe, citant des contacts de la zone de Ngaba.

 

« Mais quand seulement 40 moines âgés sont arrivés, un groupe d'officiels gouvernementaux s'est rendu aux dortoirs des moines et leur ont ordonné de sortir. »

Les moines ont alors répondu que « l'événement était seulement organisé à des fins de propagande et qu'ils n'obéiraient pas » ont dit Tsering et Yeshe, ajoutant qu'environ 100 policiers en civil ont alors été déployés « dans et autour » de la chapelle.

 

Tsering et Yeshe ont déclaré que les équipes de tournage ont alors filmé des laïcs en train de faire des offrandes d'encens, et ont interviewé quelques uns d'entre eux.

« Mais comme seulement quelques moines s'étaient présentés, les Tibétains locaux ont fait part de leur tristesse quant au fait que les moines ne se soient pas assemblés depuis le 16 mars, et ils sont retournés chez eux les larmes aux yeux ».

 

Deux jours plus tôt, les forces de sécurité chinoises ont violemment battu un frère et une sœur tibétains qui avaient refusé de loger des troupes dans leur pension familiale près de Kirti.

Tsering et Yeshe les ont décrit comme « le fils et la fille de la famille Trinpo de la subdivision basse nº 1 ».

« La famille Trinpo a une pension familiale de quatre étages sur la route principale près du monastère de Kirti, et ils avaient reçu l'ordre d'y loger des soldats. Le garçon et la fille de la famille ont été battus parce qu'ils ont refusé d'obéir à cet ordre » ont déclaré Tsering et Yeshe.

 

« Ces deux enfants furent également battus en 2008 quand ils refusèrent d'obéir à un ordre similaire (loger des troupes). La même année, le chef de la subdivision basse a été limogé pour avoir refusé de se présenter à une réunion politique dont le but était de dénoncer le leader spirituel du Tibet en exil, le Dalaï Lama. »

 

Tsering and Yeshe ont raconté que près de 300 moines ont été expulsés par la force du monastère de Kirti par la police chinoise le 22 avril. Ceux d'entre eux venant des préfectures de Golog et de Yushu de la région Qinghai voisine ont été libérés et renvoyés dans la région d'où ils venaient.

 

Ils ont ajouté qu'il leur a été interdit de retourner à Kirti, et que le gouvernement leur a dit que leur biens leur seraient expédiés.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 11:03

 

SAVE TIBET.FR

 

08/06/2011

Article publié en version anglaise par le Wall Street Journal

 
Chaque jour, les Tibétains risquent leur vie pour réclamer le retour du Dalaï-lama et s’opposer aux politiques chinoises qui entravent leur liberté à communiquer avec le leader spirituel. Mais pour l’instant, Pékin n’a pas encore changé d’avis. La dernière requête déposée par le Dalaï-lama qui souhaitait être aux côtés de son peuple, après le terrible tremblement de terre d’il y a deux ans, est restée sans réponse. Il est donc intéressant de prendre note des récents propos tenus par les officiels du Parti communiste, précisant que la porte reste ouverte au Dalaï-lama d’aller et de venir chez lui, au Tibet, comme il l’entend – à certaines conditions, bien entendu.
Cela indiquerait-il une inflexion sur un possible retour du Dalaï-lama ? Bon nombre de personnes se sont demandées si la décision du Dalaï-lama, cette année, de se retirer de ses obligations politiques enlèverait certains obstacles. Si tel était le cas, cette ouverture mériterait alors d’être explorée.
La base a clairement été définie pour des négociations qui s’effectueraient entre les deux parties et auraient pour objectif de mettre fin à l’impasse pesant sur le destin du Tibet. L’annonce de la « porte ouverte » a été faite la semaine dernière, lors d’une conférence de presse tenue pour le 60ème anniversaire de la « libération pacifique du Tibet ». Cette célébration rappelle le jour du 23 mai 1951, lorsque l’accord en 17 points a été signé entre les représentants des gouvernements tibétain et chinois.
Cet accord a fait évoluer le statut du Tibet passant d’une nation indépendante vers une région théoriquement autonome et incluse dans la République Populaire de Chine. Il était alors prévu que les autorités centrales ne modifieraient pas le système politique existant au Tibet et permettraient aux directions locales tibétaines de mettre en œuvre des réformes de consultation avec le peuple, et que l’identité religieuse et culturelle des Tibétains serait préservée. Cela fut le premier exemple du modèle « un pays, deux systèmes », modèle de Deng Xiaoping adopté plus tard pour Hong Kong.
Depuis la signature de l’accord, beaucoup de choses ont changé. Suite à la fuite en exil en Inde du Dalaï-lama en 1959, les deux parties ont renoncé à cet accord. Toutes les initiatives mises en œuvre de chaque côté pour obtenir le retour du Dalaï-lama au Tibet depuis 1959 ont été soit ratées, soit mal calculées, soit ignorées dans le cas de sa requête personnelle faisant suite au tremblement de terre de 2009.
Le problème réside dans le fait que la Chine cherche à limiter le champ de confrontation avec le Tibet sur le statut du Dalaï-lama. Celui-ci considère naturellement le bien-être des quelque 6 millions de Tibétains vivant au Tibet comme le problème prioritaire à résoudre – mais Pékin rechigne à discuter de cette affaire.
Le Dalaï-lama pourrait bientôt avoir enfin la chance de saluer les Tibétains sur leurs terres.
Le plus embêtant, c’est que Pékin soit revenu sur sa parole de 1951 et ait ébranlé l’autonomie tibétaine. Les Tibétains ne cessent de faire l’expérience du lent effritement de leur propre identité. La culture bouddhiste a été ébranlée – les lamas tibétains ne peuvent être réincarnés qu’avec la permission du Parti communiste chinois –, tandis que la liberté d’expression est bâillonnée. Des centaines de Tibétains sont emprisonnées à cause de leur dissidence non violente. Beaucoup d’entre eux sont brisés par la torture. Au cours du mois dernier, a été rapporté le fait que deux personnes âgées tibétaines ont été tuées par des troupes paramilitaires, alors qu’elles essayaient d’empêcher le déplacement forcé de centaines de moines du monastère de Kirti, sous prétexte « d’éducation patriotique ».
Pendant que Pékin s’essaie à casser l’esprit du Tibet, le gouvernement force le peuple à s’assimiler au grand Etat chinois. Les projets massifs de développement facilitent la migration incontrôlée de Chinois ainsi que l’extraction des ressources.
Devant une telle impasse, un regard frais et réaliste sur l’accord de 1951 est bien nécessaire. En cela, le retour du Dalaï-lama sur ses terres serait un moment précieux pour faire avancer la situation actuelle de statut quo. Cela pourrait apporter des éléments instructifs. Si cette fois, Pékin se trouvait dans une position confortable, en donnant aux Tibétains « le droit à exercer l’autonomie régionale » en échange d’une unification avec « la grande famille de la Mère patrie », chacune des deux parties devrait, à partir de sa propre position, essayer de procéder à des négociations. Les demandes des Tibétains de ne pas adopter le diktat économique et religieux de Pékin pourraient logiquement s’ensuivre.
La mainmise par l’occupation militaire chinoise sur les ressources locales qui se fait dans un climat de compétition et d’iniquité parmi les autorités qui gouvernent, ainsi que le traumatisme des milliers de réfugiés intérieurs depuis l’agression communiste ont mis à mal la « coexistence pacifique » tant espérée par le Dalaï-lama espérait dans les années 50. Les décennies suivantes, passées sous la férule chinoise, ont été encore caractérisées par de l’instabilité, de l’inégalité et des complaintes laissées en suspens. Pourtant, le Dalaï-lama voit dans la montée en puissance de la Chine la promesse d’une vie meilleure et ce, pour tous les citoyens. C’est avec des conditions qui offriraient aux Tibétains un fondement d’égalité et des garde-barrières efficaces pour la préservation de leur identité et leur développement à l’intérieur de la République Populaire de Chine que le Dalaï-lama a proposé « la Voie du Milieu » dans l’espoir de voir à nouveau les leaders chinois opter pour un accord avec les Tibétains.
En effet, les éléments du document original en 17 points tracent de très près la proposition de « la Voie du Milieu » que les envoyés du Dalaï-lama ont mise sur la table des discussions depuis 2002. Le gouvernement chinois a identifié le « noyau d’intérêts » en matière de souveraineté et d’intégrité territoriale. Un accord signé avec l’implication du Dalaï-lama, intégralement lié au bien-être du Tibet dans la psyché tibétaine, serait largement accepté et renforcerait la stabilité basée sur la volonté du peuple, et non sur la coercition ou la force.
La question tibétaine a généré du côté étranger, de la peur et du côté de Pékin, de la paranoïa. A l’heure actuelle, une opportunité existe pour une solution négociée ; une quelconque opportunité de cet ordre est rare. Elle ne pourra être réalisée qu’avec la participation du Dalaï-lama. Si cela était correctement accepté, les leaders du Parti communiste devraient saisir la chance de pouvoir déclarer que le leader national du Tibet est, une fois encore, à l’intérieur des frontières chinoises – montrant ainsi que les Tibétains peuvent vivre en harmonie en Chine. Et, pour les Tibétains, ce serait une chance de gagner l’autonomie véritable à laquelle ils ont toujours aspiré.

 

Madame Markey est la présidente d’International Campaign for Tibet (Washington D.C.).


Traduction d’Elodie Bernard


À lire dans le Washington Post : http://online.wsj.com/article/SB10001424052702304520804576343064151985804.html?KEYWORDS=MARY+BETH+MARKEY (26 mai 2011)

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 14:15

logo

FRANCE TIBET

 

Deuxième Assemblée Générale Tibétaine, 21-24 mai 2011

Le 21 mai 2011, à l’Auditorium du Tibetan Children Village [1], 418 Tibétains provenant de plus de 20 pays dont les États-Unis, l’Inde, la Russie, l’Europe et le Népal se sont réunis à Dharamsala en Inde à l’occasion de la deuxième Assemblée Générale Tibétaine.

Cette Assemblée a été organisée par le Parlement tibétain en exil après que Sa Sainteté le Dalaï Lama ait annoncé le 10 mars dernier [2] sa décision de déléguer son pouvoir politique afin de se consacrer à son rôle de guide spirituel.
A la suite de son discours, le Parlement en exil lui a demandé de revenir sur sa décision. Sa Sainteté le 14ème Dalaï Lama a non seulement refusé mais a ensuite essayé d’expliquer au mieux les raisons de son retrait des affaires politiques au peuple tibétain.
Après cela, il est devenu évident que Sa Sainteté resterait ferme sur sa décision.

Il y a de cela plusieurs années, Sa Sainteté avait déjà exprimé le souhait de se retirer de la vie politique du gouvernement tibétain en exil. Le 10 mars 2011, lors de son allocution annuelle, il a de nouveau clarifié la question de son départ à la retraite :

"Dès les années 1960, je n’ai cessé de répéter que les Tibétains avaient besoin d’un dirigeant élu librement par le peuple et auquel je pourrai transmettre le pouvoir. Nous avons à présent atteint le moment de mettre ceci en pratique." [...]
"Ma volonté de transmettre l’autorité n’est aucunement un désir de fuir mes responsabilités. Cela doit être bénéfique aux Tibétains à long terme. Cela ne procède pas d’un découragement de ma part. Les Tibétains ont placé une telle foi et une telle confiance en moi que je suis déterminé à jouer mon rôle pour la juste cause du Tibet [...]"
Le 14 mars 2011, au cours de la onzième session du 14ème Parlement tibétain en exil, Sa Sainteté a officiellement proposé que des modifications soient apportées à la Charte des Tibétains en exil en tenant compte de "sa décision de déléguer son pouvoir à un élu." [3]
Un comité ad hoc [4] a aussitôt été mis en place afin de rédiger les modifications nécessaires à la Charte.
Le comité, composé du Porte-Parole du Parlement, du Porte-Parole adjoint du Parlement, du Kalon Tripa (Premier Ministre), du Kalon (Ministre) pour le ministère de l’Éducation, et de Pema Junney (membre du Parlement), a rendu publiques les modifications proposées à la Charte.

Les 418 délégués venus du monde entier, ainsi que des militants politiques, des représentants d’ONG, le Premier ministre élu tibétain, Lobsang Sangay, des anciens ministres, des ministres actuels, des députés sortants, des députés élus, et d’autres responsables gouvernementaux ont été regroupés en 10 groupes de travail qui ont présenté les recommandations et les modifications à apporter à la Charte.
Cette assemblée a été mise en place en partie pour travailler sur des modifications à apporter au préambule et à l’article 1er de la Charte Tibétaine qui traitent essentiellement des pouvoirs de Sa Sainteté le Dalaï Lama au sein de l’Administration Centrale Tibétaine, ainsi qu’à 39 autres articles rédigés par le Comité.

Lors de son discours à destination de l’assemblée, l’actuel Kalon Tripa a souligné "l’importance de maintenir la légitimité du gouvernement tibétain en exil, indépendamment des changements qui pourraient être apportées à la Charte".

L’Assemblée, qui devait à l’origine avoir lieu du 21 mai au 23 mai, a été prolongée d’un jour.


Les changements apportés au préambule et à l’article premier de la Charte ont été présentés à Sa Sainteté le Dalaï Lama, le mardi 24 mai, le jour de la clôture de l’assemblée générale.
La deuxième Assemblée Générale Tibétaine s’est terminée le mardi 24 mai et a fini par arriver à un consensus. L’assemblée a appelé Sa Sainteté le Dalaï Lama à assumer un rôle de "chef de l’État symbolique" (Ceremonial head of State).

Le lendemain (25 mai), un rapport final établi a été présenté à Sa Sainteté le Dalaï Lama. En face de l’auditoire, ce dernier a rejeté la demande de demeurer le "chef de l’Etat" au niveau symbolique ("Ceremonial Head of State").
Le Dalaï lama a cependant assuré qu’il allait parcourir le rapport présenté par la deuxième Assemblée Générale Tibétaine. Compte tenu de la position ferme au sujet de son retrait de la scène politique de Sa Sainteté depuis mars dernier, cette décision n’a pas été une surprise pour les législateurs.

Les législateurs tibétains se sont réunis pour deux jours les 26 et 27 mai lors d’une session extraordinaire pour examiner et évaluer les modifications proposées à la Charte.


Nouvel emblème du Gouvernement tibétain en exil,
"Bod Mei Drik Tsuk" en tibétain.
Modifications apportées à la Charte tibétaine :

En vertu de la modification de l’article 1er de la Charte Tibétaine, Sa Sainteté le Dalaï Lama est le "Protecteur et le symbole du Tibet et du peuple tibétain".
Selon le préambule modifié, les droits de Sa Sainteté seront de fournir des conseils à l’égard de la protection et la promotion du bien-être physique, spirituel, éthique et culturel du peuple tibétain, et de rester engagé dans les efforts visant à parvenir à une solution à la question du Tibet.

Les pouvoirs exécutifs dévolus à Sa Sainteté le Dalaï Lama en vertu de l’article 19 de la Charte ont été délégués au Kalon Tripa (Premier Ministre).
En conséquence, le Kalon Tripa est habilité à approuver et promulguer les projets de loi et les règlements adoptés par le Parlement tibétain en exil. Les autres pouvoirs et les responsabilités ont été réparties entre le législatif et le judiciaire.

Une autre modification importante à la Charte est l’annulation du Conseil de régence (articles 31 à 35) et de leurs dispositions qui, auparavant, habilitait le Conseil à assumer le rôle du Dalaï Lama dans les circonstances où celui-ci ne pouvait agir en tant que chef de l’Etat.

Le Parlement a également approuvé le changement de la dénomination "Zhung Tsenjol Bhoe" à "Bod Mei Tsuk Drik" (littéralement : Institution / Organisation du peuple tibétain) et non plus Administration Centrale Tibétaine.

Le mercredi 02 Juin 2011 s’est déroulée la première session du 15ème Parlement tibétain en exil, et pour beaucoup cela signifie l’ouverture d’un nouveau chapitre dans l’histoire de la démocratie tibétain.

Sources : Carole, correspondant Dharamsala, et Phayul, 4 juin 2011.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !
Share |
[1] T.C.V. : Village d’Enfants Tibétains à McLeod Ganj, près de Dharamsala.

[2] Voir le discours du Dalaï Lama du 10 mars 2011

[3] Voir les articles :
"Le Dalaï Lama demande au parlement tibétain en exil d’accepter sa démission", du 16/03/2011.
"Quelques leçons à tirer du message du Dalaï Lama", du 12/03/2011

dimanche 5 juin 2011 par Rédaction

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 21:51

logo

Tensions autour de la reconstruction de la ville de Jyekundo, un an après le tremblement de terre.
dimanche 29 mai 2011 par Monique Dorizon


Les tensions s’intensifient entre les Tibétains et les migrants chinois, alors que Pékin tente de reconstruire la ville de Jyekundo [1], Comté de Yushu, Province du Qinghai.

Un tremblement de terre a touché la région il y a plus d’un an (14 avril 2010 [2]) et 3000 personnes y ont perdu la vie. Actuellement, période anniversaire de cet événement, la communauté tibétaine locale fait face à des difficultés croissantes. Les habitants de la ville principale, Jyekundo – 80 000 habitants – ont été évacués. La communauté tibétaine doit quitter quartier par quartier pour que la ville soit reconstruite en centre touristique connecté au reste de la Chine grâce à une nouvelle infrastructure.

Le tremblement de terre a touché une région très peu touchée par l’influence chinoise, une communauté tibétaine souvent laissée dans l’isolement et non influencée par Pékin. Cependant après le désastre, les autorités chinoises ont inondé Jyekundo de migrants chinois.
"Pendant les trois premiers mois, il y a eu un afflux d’ouvriers et d’ingénieurs chinois hans pour faire le travail. Mais ils devaient attendre le plan directeur. Les Tibétains se sont étonnés de ce qu’ils faisaient tous là, ce qui causait des tensions considérables", rapporte un jeune fonctionnaire tibétain surnommé Tuhuor.
Au début du printemps 2011, la reconstruction fut gênée par un sit-in de plusieurs milliers de Tibétains. Durant 3 jours, ils ont mis des banderoles réclamant un traitement juste.
"Le désastre est devenu une opportunité pour le gouvernement de s’emparer de la terre. Des fonctionnaires sont venus avec la police spéciale et ont menacé les gens" affirme Tsering Woeser, écrivaine tibétaine. Une trentaine de manifestants ont été arrêtés à cause de la tension grandissante.

Au cours des opérations de secours en avril 2010, la télévision chinoise avait mis l’accent exclusivement sur les efforts des militaires chinois, et avait fait peu de cas des moines, venus pour dégager les décombres et rechercher les survivants. Les autorités chinoises essaient maintenant de relier par la route et le rail la région à Xining, grande ville à l’extrémité orientale de la province, ainsi qu’à d’autres régions du Kham, au Tibet oriental [3]. Le directeur du bureau pour la reconstruction de la ville déclare : "En 3 ans, nous ferons ce qui nous aurait demandé 20 ans" (s’il n’y avait pas eu le tremblement de terre).
Les autorités envisagent aussi de changer le nom de la ville en "Sanjiagyuan", à cause de la réserve naturelle proche qui recèle les sources du Fleuve jaune (Huang-he) du Yangze et du Mékong. Le nom tibétain disparaitra.

Source : The Tibet Post International, 25 mai 2011

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !
Share |
[1] Jyekundo ou Jyegu est le nom donné localement à la ville tibétaine de Kyegudo, ou Kyegu en tibétain de Lhassa. Sur les cartes, cette ville est généralement connue sous le nom chinois de son Comté (xian) : Yushu (结古镇). Yushu est visible sur cette carte

[2] Voir l’article "Séisme au Tibet", du 20/04/2010

[3] Le Kham est l’une des trois anciennes régions tibétaines (Amdo au nord, Kham à l’est et U-Tsang à l’ouest du Tibet avant 1950), actuellement découpé et rattaché au Sichuan, au Yunnan et en partie à la "Région autonome du Tibet"
Voir la carte Tibet sous occupation chinoise

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo