Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 17:20



La situation au Tibet reste tendue, alors que trois Tibétains se sont de nouveau immolés par le feu ces deux derniers jours, portant le nombre total des immolations à 107. D'après une information récente venant du Tibet, Sangdak, un moine du Monastère de Dhiphu, s'est immolé sur une route de Ngaba lundi dans la nuit. La police a immédiatement éteint le feu et l'a transporté à l'hopital local. Il a ensuite été emmené dans un lieu inconnu. On ignore son état de santé.
Il y a actuellement environ 500 moines au monastère de Dhiphu.

Au cours d'un autre évènement, lundi, Tsesung Kyab, un jeune Tibétain âgé d'un peu moins de trente ans s'est immolé devant le temple principal du monastère de Shitsang Gonsar, dans le district de Luchu, à l'est de la province de l'Amdo (incorporé dans la province chinoise du Gansu). Son corps a été transporté chez lui, dans le village de Chökhor, pour des prières d'obsèques. De nombreux pélerins étaient rassemblés au monastère à cette période, pour des cérémonies religieuses marquant le dernier jour de l'année tibétaine.


Plus tôt, le dimanche, Phagmo Dhondup, un jeune Tibétain d'une vingtaine d'années s'était immolé au monastère de Chachung, où des centaines de Tibétains s'étaient rassemblés pour une prière collective traditionnelle. Les moines ont tenté d'éteindre les flammes et l'ont transporté à l'hôpital. Il a succombé à ses blessures dans un hôpital de Siling (ch. Xining) dans la nuit de lundi.

Depuis 2009, 107 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet, appelant au retour de sa sainteté le Dalaï-lama au Tibet, et à la liberté pour le Tibet. 90 d'entre eux sont morts.
La communauté internationale, en particulier les Nations Unies et le parlement européen ont demandé instamment au gouvernement chinois de répondre aux revendications légitime du peuple tibétain et de cesser ses politiques qui poussent les Tibétains à de tels actes. Cependant, les autorités chinoises on répondu à cette crise par une répression accrue. Malgré des appels répétés de l'Administration centrale tibétaine de ne pas commettre de tels actes, les immolations se poursuivent.

http://tibet.net/2013/02/26/tibetans-continue-to-self-immolate-to-protest-chinas-repression/

Secretary
Bureau du Tibet
84 Boulevard, Adolphe Pinard
75014 PARIS

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Immolations
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 17:00

Tibet-infos.net

lundi 25 février 2013 par Monique Dorizon , Rédaction

A la suite de recherches, "Filming for Tibet" [1] a conclu que les accusations [2] contre Jigme Gyatso (Golog Jigme) sont sans fondement.

Lhamo Tso, épouse de Dhondup Wangchen, lance une campagne pour Jigme Gyatso.
Avec l’aide de Lhamo Tso, "Filming for Tibet" a recueilli, des informations sur le moine Jigme Gyatso (aka "Golog Jigme") qui indiquent clairement que les accusations d’homicide portées contre lui sont sans fondement. Lhamo Tso, en appelle au gouvernement américain et aux autres gouvernements partout dans le monde, demandant aux fonctionnaires de la Chine d’arrêter la chasse à l’homme. [3]

Depuis que les accusations surprenantes portées contre Jigme Gyatso sont apparues, "Filming for Tibet" a tenté de faire la lumière sur cette affaire et entamé des recherches sur la question. Les résultats de cette recherche sont les suivants :

  1. Au cours des derniers mois et semaines, les témoignages individuels d’Occidentaux vivant en Chine et de Tibétains connaissant Jigme Gyatso sont apparus sur Facebook protestant contre l’idée même d’homicide. Des représentants de "Filming for Tibet" ont rencontré personnellement plusieurs de ces voix et ont été rassurés de savoir que l’origine de la recherche du Bureau de la Sécurité publique (PSB) est sans fondement et motivé par d’autres raisons, inconnues.
  2. "Filming for Tibet" a systématiquement questionné des sources fiables au Tibet qui disent :
    - a. Il n’y a eu aucun cas d’homicide involontaire de quelque sorte que ce soit qui pourrait concerner Jigme Gyatso
    - b. Sa personnalité tout entière est contre la violence. Il est impensable qu’il puisse faire du mal à quiconque.
    - c. A plusieurs reprises, l’avis a été exprimé que l’activisme politique et social de Jigme Gyatso (cf. : son implication dans les travaux de secours après le tremblement de terre au Tibet oriental en 2010 [4]) est peut-être la vraie raison de l’arrestation et des déclarations virulentes du PSB à la suite de sa disparition / fuite.
  3. Une série d’appels téléphoniques a été menée auprès du Bureau de la Sécurité publique (PSB) du Gansu. L’analyse des enregistrements des appels téléphoniques montre que les fonctionnaires du PSB sont gênés par rapport à leurs accusations initiales et ne montrent aucun signe d’assurance au sujet de la raison de leur campagne de recherche. Les demandes répétées de rappel des accusations sont suivies soit d’un silence complet (Voir cette vidéo ) ou de déclarations évasives telles que l’affirmation de ne pas être en mesure de bien entendre ou de ne pas comprendre l’autre personne (Voir cette vidéo)

Lhamo Tso, l’épouse de Dhondup Wangchen, est aussi amie de Jigme Gyatso depuis plus de 16 ans.
À l’heure actuelle aux États-Unis, Lhamo Tso effectue un travail de plaidoyer et fait appel au secrétaire d’État américain afin de prendre des mesures pour assurer la sécurité de Jigme Gyatso. Dans une lettre adressée au secrétaire d’État, John Kerry, en date du 25 janvier 2013, Lhamo Tso écrit : "Aujourd’hui, je vous écris pour demander votre soutien pour Jigme Gyatso, également connu sous le nom Golog Jigme, un homme qui est très cher à ma famille. Jigme Gyatso est un moine tibétain et un vieil ami qui a aidé mon mari à réaliser le film [...] Avec des amis et des sympathisants de mon mari, je suis en train d’essayer de trouver des moyens de l’aider. Je suis convaincue que si les gouvernements étrangers demandent des renseignements sur son cas, il obtiendra un certain niveau de protection. Par conséquent, je demande au gouvernement américain d’approcher le gouvernement chinois et de les interroger sur le cas de Jigme Gyatso".

Source : Filming for Tibet, 18 février 2013.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 20:19

FRANCE TIBET

 

Au Tibet écrasé sous le joug chinois, la barre des cent immolations est franchie.


Une condamnation à mort avec sursis a frappé un moi.ne tibétain, et au moins 70 autres Tibétains sont détenus par le gouvernement chinois.

Le mouvement mondial de défense du Tibet demande aux gouvernements mondiaux d’entreprendre une action commune pour réclamer à la Chine de s’occuper urgemment de la répression au Tibet.

Contacts:
Tenzin Jigme +1 703 424 0015 (Anglais/Tibétain)
Tsering Choedup + 91 941 822 1605 (Anglais/Tibétain)
Mandie McKeown + 44 7748 158618 (Anglais)


Le 13 février 2013, le chiffre officiel des immolations de Tibétains vivant sous le joug chinois a franchi la barre des cent (1).

« Depuis le jour fatal du 27 février 2009 où Tapey, un moine du monastère de Kirti, dans le comté du Ngaba au Tibet oriental, s’est immolé par le feu en signe de protestation, au moins 99 autres Tibétains vivant sous la domination chinoise ont suivi son exemple », a déclaré Tenzin Jigme d’International Tibet Network. « On a dénombré officiellement 12 immolations en 2011 et 83 en 2012, dont 23 pour le seul mois de novembre 2012. Avant de s’immoler, tous ont réclamé la liberté au Tibet et le retour du dalaï-lama. »

Lobsang Namgyal, un moine de 37 ans du monastère de Kirti dans le Ngaba, est devenu le centième Tibétain, vivant sous la domination chinoise, à s’immoler par le feu en signe de protestation, près du Bureau de la sécurité publique du Dzoge, le 3 février ; il est mort sur place (2). A cause de la répression en vigueur au Tibet, la nouvelle n’est parvenue aux moines exilés de Kirti que le 13 février, jour où un autre moine s’immolait par le feu au Népal. Ce jeune moine dont on ne connaît ni le nom ni l’état, a organisé son auto-immolation au pied du stupa de Bodhnath, près de Kathmandou, le troisième jour du Losar (Nouvel an tibétain) qui était aussi le centième anniversaire de la proclamation du XIIIe dalaï-lama réaffirmant l’indépendance du Tibet (3).

Les 185 associations de défense du Tibet qui forment International Tibet Network (4) tiennent à manifester collectivement leur profonde inquiétude au regard de l’aggravation de la situation au Tibet. Tandis que les Tibétains continuent à s’immoler par le feu pour protester contre la violente répression subie sous la domination chinoise, les autorités chinoises réagissent par une répression accrue, augmentant par là même le risque d’assister à de nouvelles immolations de Tibétains.

« Ce chiffre stupéfiant de 100 auto-immolations en signe de protestation doit faire réagir le monde. Le cap qui vient d’être franchi doit susciter une condamnation générale de la politique chinoise qui a échoué, et de la répression féroce au Tibet », a déclaré Tenzin Jigme. Chacun de ces incidents est en soi une tragédie, mais la répétition de tels actes – une centaine d’immolations par le feu à ce jour, en signe de protestation - exige une réponse internationale. Nous demandons aux gouvernements mondiaux de rédiger de toute urgence une déclaration conjointe pour exprimer leur préoccupation grandissante au vu de cette tragédie, et d’initier par la voie diplomatique une démarche commune qui interpellera directement les dirigeants chinois à propos de la crise qu’ils ont eux-mêmes générée » (5).

La Chine continue à redoubler de violence en réaction aux auto-immolations, sa récente stratégie consistant à empêcher l’information de sortir du Tibet. Le 31 janvier, une cour de justice dans le Sichuan a déclaré coupables d’« homicide intentionnel » deux Tibétains. Le premier, Lobsang Konchok, âgé de 40 ans, a été condamné à mort, avec un sursis de deux ans, et le second Lobsang Tsering, son neveu âgé de 31 ans, à dix ans de prison. Selon l’agence Xinhua, ces hommes auraient reconnu « avoir enregistré des témoignages de protestataires, réuni des photos et fait passer le tout aux groupes d’exilés en Inde » (6) Le 7 février, les médias officiels de la Chine faisaient état de 70 arrestations supplémentaires. (7)

Bien que l’escalade dans la répression chinoise ait généré une avalanche de réactions à l’étranger en novembre et en décembre derniers, dont celles du Haut Commissaire des Nations-Unies pour les droits de l’homme, de l’Union européenne, et des gouvernements canadien, britannique et américain (8), le mouvement de défense du Tibet réclame de toute urgence une action coordonnée plus visible de la part des gouvernements mondiaux.

Notes :
1. Pour la liste complète, voir www.StandupforTibet.org/learn-more. Ce chiffre de cent immolations comprend quatre-vingt-dix-neuf incidents confirmés au Tibet, ainsi que l’immolation de Passang Lhamo, 62 ans, à Pékin, le 13 septembre 2012, pour protester contre la saisie des terres dans le Kyegudo. Il y a eu aussi six cas d’immolations parmi les Tibétains exilés, dont un à Kathmandou, le 13 février 2013.

2. Cette immolation du 3 février 2013 a été rapportée par les moines du monastère de Kirti, exilés à Dharamsala (Inde). Voir le rapport en tibétain, avec une photo de Lobsang Namgyal, sur http://www.tibettimes.net/news.php?showfooter=1&id=7314

3. Voir http://www.nytimes.com/2013/02/14/world/asia/tibetan-monk-immolates-himself-in-nepal.html. Pour des informations sur le centenaire, voir http://www.rfa.org/english/news/tibet/marked-02122013154150.html

4. L’organisation International Tibet Network (Réseau international pour le Tibet) est un regroupement international d’ONG pro-tibétaines qui œuvre à conférer une efficacité maximale au mouvement mondial de défense du Tibet. Les associations qui sont membres du Réseau considèrent le Tibet comme un pays occupé ; elles cherchent à mettre fin aux violations des droits de l’homme au Tibet, et travaillent activement à la restauration, selon la législation internationale en vigueur, du droit du peuple tibétain à l’autodétermination sur son statut politique, économique, social, religieux et culturel.
Pour info : http://www.tibetnetwork.org

5. Les membres d’International Tibet Network demandent aux gouvernements concernés de créer de toute urgence un groupe de contact multilatéral ou un forum permettant de discuter et d’exécuter les futures mesures diplomatiques à propos du Tibet. De nouvelles approches de la question tibétaine sont indispensables quand on sait que les autres stratégies, dont les dialogues bilatéraux sur les droits humains, se sont révélées inefficaces sur le long terme, pour le peuple tibétain.

6. Voir http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-china-21271854. Voir aussi « Ceux qui poussent aux auto-immolations doivent être sévèrement punis par la loi », Gannan Daily, 3 décembre 2012. http://gn.gansudaily.com.cn/system/2012/12/03/013508017.shtml. Traduction en anglais de Dui Hua, http://www.duihuahrjournal.org/2012/12/china-outlines-criminal-punishments-for.html.

7. Voir http://uk.reuters.com/article/2013/02/07/uk-china-tibet-idUKBRE9160CK20130207

8. Voir http://standupfortibet.org/governments-for-tibet/

Le Réseau International du Tibet en appelle à Xi Jinping et aux dirigeants de la cinquième génération pour opérer un changement exemplaire dans l’approche du Parti communiste chinois sur la question tibétaine, qui donne au peuple tibétain pleine autorité pour élaborer les mesures futures, en reconnaissant d’abord ses propres échecs et l’illégitimité de sa domination militaire sur le Tibet. Xi Jinping doit s’engager à prendre une résolution juste et durable qui reconnaisse le droit du peuple tibétain à l’autodétermination, selon le droit international. Xi Jinping doit mettre en œuvre, sans délai, les recommandations suivantes :

Cesser d’avoir recours à la force militaire pour réprimer le peuple tibétain. En tout premier lieu, rappeler toutes les forces de sécurité qui sont stationnées dans les monastères et les lieux de manifestation.
Autoriser les médias étrangers, les diplomates, les observateurs internationaux et les touristes étrangers à visiter librement et sans délai le Tibet.
Cesser la répression féroce et systématique de la vie religieuse et de la vie culturelle au Tibet, et suspendre sur-le-champ le programme de rééducation patriotique imposé par le gouvernement chinois.
Rappeler sur-le-champ tous les cadres du Parti postés dans les monastères tibétains, et suspendre les mesures conférant aux autorités chinoises le pouvoir de choisir les réincarnations de lamas.
Garantir aux Tibétains le droit de pratiquer et de promouvoir leur langue, tout en rétablissant le tibétain comme première langue dans les écoles et les universités.
Stopper toutes les mesures de développement économique préjudiciables à la sauvegarde des chances et des moyens de subsistance des Tibétains. Faire en sorte que l’économie tibétaine soit moins dépendante des subventions qu’elle reçoit du gouvernement chinois, en privilégiant des modèles de développement ascendant et durable qui laissent leurs chances aux Tibétains défavorisés. Enfin, arrêter d’attirer les migrants chinois sur le plateau par des incitations financières.
Stopper la politique forcée de sédentarisation des nomades et faire machine arrière ; suspendre les sédentarisations en cours et autoriser les nomades sédentarisés à retourner, s’ils le souhaitent, à leurs grands espaces et à leur mode de vie traditionnel. Dan ce cas, leur restituer les baux ruraux à long terme qui leur ont été supprimés. Associer les Tibétains à parts égales à toutes les décisions prises sur l’utilisation des terres au Tibet.
Libérer immédiatement et sans conditions tous les prisonniers politiques qui ont été arrêtés pour avoir participé à des manifestations pacifiques, et jetés en prison de façon arbitraire, sans l’ombre d’un procès, comme l’exige le droit international.

Recommandations aux gouvernements mondiaux et aux instances internationales :

Participer à un groupe de contact ou un forum multilatéral créé par les gouvernements mondiaux.
Mener des actions énergiques dans les forums internationaux ad hoc pour attirer l’attention du gouvernement de la République populaire de Chine sur la gravité de la situation au Tibet et sur la préoccupation légitime de la communauté internationale qui souhaite voir les Tibétains jouir des libertés et des droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les autres conventions internationales auxquelles la Chine participe.
Saisir toutes les occasions pour exprimer, au cours de rencontres bilatérales, son inquiétude vis-à-vis de la situation au Tibet dans ce contexte de changement de direction en Chine, en mettant l’accent sur l’échec des politiques sécuritaires et économiques, et des plans de développement mis en place pour parvenir à la stabilité au Tibet, et demander l’adoption immédiate de mesures répondant aux doléances légitimes du peuple tibétain.
Condamner publiquement et avec force la répression religieuse et culturelle qui s’intensifie au Tibet, en mettant l’accent sur les vastes programmes de « rééducation patriotique » et les terribles mesures punitives qu’encourent tous ceux qui osent exprimer pacifiquement leur liberté culturelle et politique.
Essayer de dépêcher de toute urgence des diplomates dans les régions concernées et exiger de la Chine l’assurance que la presse étrangère pourra pénétrer librement dans la RAT et dans les parties tibétaines du Sichuan, du Qinghai, du Gansu et du Yunnan.
Augmenter sa capacité à surveiller la situation, en continuant notamment à réclamer un plus grand accès au Tibet. Essayer encore et toujours d’avoir une représentation diplomatique à Lhasa, et développer les ressources existantes avec les ambassades à Pékin.

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 20:15

 

Terrible décompte : 104 immolations

 

Deux adolescents tibétains, camarades de classe dans le primaire, habitants de Kyantsa, dans la province du Sichuan, dans la préfecture de Dzoege - les noms des localités et lieux tous renommés en Mandarin uniquement, politique-culturelle et assimilation forcenée oblige, sont, ici, restitués en Tibétain -  au Tibet occupé et sous férule chinoise, s'auto-immolent par le feu, ce mardi 19 février 2013, et périssent de leurs brulures.

Rinchen 17ans, et Sonam Dargye 18 ans, se sont immolés par le feu pour protester contre la domination Chinoise dans le Ngaba.

130220035603kr.jpg

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Immolations
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 20:21

 

Le Tibet continue de brûler

 

Namlha Tsering est le nom du Tibétain qui s'est immolé aujourd'hui aux environs de 5:40 pm (heure locale) à Sangchu Dzong.

Il était âgé de 49 ans et natif de Labrang, en Amdo

Il était père de 4 enfants.

Il serait décédé sur les lieux de l'immolation

 

149987_496491697063973_181216735_n.jpg

 

 

 

 

 

66969_572721719406994_1198725839_n.jpg

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Immolations
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 16:36

 

Declaration Scroll High-res

 

 

"Moi, le Dalaï Lama, le plus omniscient détenteur de la foi bouddhiste, dont le titre fut conféré selon les ordres du seigneur Bouddha de la glorieuse terre de l’Inde, je vous parle ainsi: Je m’adresse à toute la population tibétaine. Le seigneur Bouddha, du glorieux pays de l’Inde, a prophétisé que les réincarnations d’Avalokiteshvara, à travers une succession de dirigeants à partir des premiers rois de la religion jusqu’à aujourd’hui, veilleraient au bien-être du Tibet. Du temps de Gengis Khan et d’Altan Khan, des Mongols, de la dynastie Ming des Chinois et de la dynastie Qing des Mandchous, le Tibet et la Chine ont coopéré sur la base de la relation prêtre et protecteur. Il y a quelques années, les autorités chinoises au Sichuan et au Yunnan se sont efforcées de coloniser notre pays. Elles amenèrent un grand nombre de troupes à l’intérieur du Tibet sous le prétexte d’assurer la police du commerce. Par conséquent, j’ai quitté Lhassa avec mes ministres pour la frontière indo-tibétaine, dans l'espoir de clarifier à l'empereur mandchou par télégraphe que la relation existant entre le Tibet et la Chine avait été celle de prêtre et protecteur, qu’elle n’avait pas été fondée sur la subordination de l’un à l’autre. Il n’y avait d’autre choix pour moi que de franchir la frontière, car les troupes chinoises me suivaient avec l’intention de me prendre mort ou vif. A mon arrivée en Inde, j’ai envoyé plusieurs télégrammes à l’empereur mais sa réponse à mes demandes fut retardée par des fonctionnaires corrompus à Pékin. Pendant ce temps, l’empire mandchou s’est effondré. Les Tibétains furent encouragés à expulser les Chinois du Tibet central. De même, je revenais sans dommage vers mon pays légitime et sacré, et maintenant je suis en train de chasser les restes des troupes chinoises du Do Kham au Tibet Oriental. Maintenant, l’intention chinoise de coloniser le Tibet, grâce à la relation prêtre et protecteur, s’est évanouie comme un arc en ciel dans l’espace. Ayant une fois encore pour nous une période de bonheur et de paix, j’assigne dorénavant à chacun d’entre vous les devoirs suivants à accomplir sans la moindre négligence :

1. La paix et le bonheur dans le monde ne peuvent être maintenus qu’en sauvegardant le bouddhisme. Ainsi, il est essentiel de sauvegarder toutes les institutions bouddhiques du Tibet, tels les sanctuaires de Jokhang et de Ramoché, Samyé et Tradoug au Tibet méridional …

2. Les différentes écoles bouddhistes au Tibet doivent être gardées dans leurs formes pures et distinctes. Il faut enseigner, apprendre et méditer le bouddhisme de façon adéquat. A l’exception de certaines personnes désignées, l’administration des monastères est interdite de commerce, de prêts d’argent, de toute affaire liée au cheptel et/ou à l’assujettissement de sujets d’autrui.

3. Lors de la perception d’impôts ou lorsqu’ils traitent avec les citoyens, les fonctionnaires civils et militaires du gouvernement tibétain doivent accomplir leurs devoirs de manière équitable et honnête, pour le bénéficie du gouvernement, sans nuire aux intérêts des sujets-citoyens. Quelques-uns des officiels du gouvernement en poste au Ngari Korsoum au Tibet occidental, et au Do Kham au Tibet oriental, contraignent leurs sujets-citoyens à acheter les marchandises à un prix élevé et ont imposé des droits de transport excédant la limite autorisée par le gouvernement. Des maisons, des propriétés et des terres appartenant à leurs sujets-citoyens ont été confisquées sous le prétexte d’entorses mineures faites à la loi. Divers châtiments physiques sont bannis : ainsi, l’amputation de membres était pratiquée en guise de punition. Dorénavant, des traitements aussi sévères sont interdits.

4. Le Tibet est un pays riche en ressources naturelles, mais n’est pas aussi avancé scientifiquement que d’autres pays. Nous sommes une petite nation religieuse et indépendante. Pour demeurer dans la course, il nous faut défendre notre pays. En regard des invasions étrangères passées, notre peuple peut avoir à faire face à certaines difficultés dont il ne doit pas faire cas. Afin de sauvegarder et de maintenir l’indépendance de notre pays, tout un chacun doit travailler dur. Nos sujets-citoyens résidant à proximité des frontières doivent être en alerte et tenir le gouvernement informé de tout développement suspect par des messagers spéciaux. Nos sujets ne doivent pas créer d’affrontements majeurs à cause d’incidents mineurs.

5. Bien que faiblement peuplé, le Tibet est un grand pays (en superficie). Certains fonctionnaires et propriétaires fonciers font jalousement obstruction à d’autres désireux de développer des terres vacantes, même si eux n’en font pas autant. Ceux qui manifestent pareilles intentions sont les ennemis de l’Etat et de notre progrès. À partir de maintenant, nul n’a le droit de faire obstacle à quiconque souhaite cultiver des terres vacantes. Les impôts fonciers ne seront pas collectés avant que trois ans auront passé, après quoi le cultivateur terrien aura à payer des impôts au gouvernement et au seigneur tenancier tous les ans, en proportion du fermage. La terre appartiendra au cultivateur. Vos devoirs vis-à-vis du gouvernement et du peuple auront été accomplis quand vous aurez exécuté tout ce que j’ai dit ici. Cette missive doit être affichée et proclamée dans chaque district du Tibet, et une copie doit-être gardée dans les registres des bureaux de chaque district. Palais du Potala, Sceau du Dalaï Lama "

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Evénements
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 23:20

544045 522527974445624 1373850384 n

 

 

11340_545297698837645_1764351160_n.jpg

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Evénements
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 18:26

13023_415338438551203_1847287980_n.jpg

Losar, le nouvel an tibétain, ses symbolismes et son déroulement

Le Tibet traditionnel demeure le plus souvent inconnu des Occidentaux. Monsieur Dakpa a connu son pays avant l’invasion de 1959, l’époque où le Tibet jouissait pleinement de la richesse de sa civilisation originale encore intacte dans une atmosphère libre d’un point de vue politique, social et culturel. Partout au Tibet, le nouvel an ou Losar est considéré comme la fête la plus importante de l’année.

Chacun sait que le Tibet est un pays vaste aux traditions et coutumes extrêmement diversifiées grâce à sa situation géographique particulière, à ses traditions religieuses et sociales uniques dans le monde. Parmi ces traditions multiples : la fête du nouvel an tibétain "Losar".
Losar est considéré comme la fête la plus importante de l’année partout au Tibet, bien que dans certaines régions, on ne le fête pas à la même date, comme dans la région de Kongpo (sud-est du Tibet) où on fête le nouvel an vers le mois de novembre correspondant à la nouvelle année agricole (Sonam Losar) marquant le début des récoltes. Mais cela ne les empêche pas de fêter une deuxième fois le nouvel an commun avec d’autres Tibétains le 1er jour du 1er mois tibétain.

Bien entendu, le Losar est fêté partout où il y a des Tibétains, que ce soit au Tibet ou en exil, mais il semble qu’il soit aujourd’hui célébré avec moins de moyens et de rigueur au Tibet, ceci en raison de l’absence totale de liberté.

Avant que la nouvelle année commence, une préparation rituelle s’effectue pour permettre que la nouvelle année soit une année heureuse et sans obstacle pour le pays et ses habitants. Cette préparation rituelle peut se diviser en deux parties : monastique et populaire.

La préparation rituelle monastique

La symbolique de ces rituels consiste à éliminer tout élément négatif de l’année qui vient de s’achever et à commencer une année nouvelle sans obstacle. Le plus marquant des rituels monastiques se déroule au monastère de Namgyal (monastère privé des Dalaï Lamas situé dans le palais du Potala à Lhassa). Le vingt-neuvième jour du douzième mois tibétain, les moines de ce monastère - à la suite d’une longue prière et d’un rituel tantrique - organisent une session de danses sacrées (Tcham) invoquant les divinités protectrices tantriques. Ces danses se déroulent durant toute une journée.
A la fin de ces danses, une sculpture géante (Goutor) est transportée en procession à l’extérieur du Potala par les moines du monastère de Namgyal. Celle-ci est brûlée en guise d’exorcisme afin de chasser les mauvais esprits et d’éliminer les aspects négatifs de l’année qui s’achève, ce, en présence de la population de Lhassa et de la foule de pèlerins venus assister à la cérémonie.

La préparation rituelle populaire

D’un point de vue laïc et populaire, le même jour, c’est à dire le vingt-neuvième jour du douzième mois tibétain, les Tibétains - après avoir nettoyé de fond en comble leur demeure prennent la "Soupe du 29ème jour" appelée Gouthouk.

Cette soupe est composée de boulettes de farine de blé, de viande et de radis. Dans cette soupe, certaines boulettes seront farcies avec des symboles comme par exemple : un caillou blanc, de la laine ou du charbon, etc..
Quelle est la symbolique de ces ingrédients non comestibles ?
- Le caillou blanc reflète une pensée pure donc positive et à conserver pour la nouvelle année.
- La laine, un caractère lent et doux, mais tout ce qui est lenteur est à rejeter pour cette nouvelle année et la douceur est bien entendu à conserver.
- Le charbon signifie votre pensée est noire donc négative, il faut rejeter cette facette pour la nouvelle année.

Après la soupe, la maîtresse de maison passe auprès de chaque membre de la famille pour distribuer une boule de farine d’orge grillée (Tsampa). Cette boule de tsampa est frottée symboliquement par chacun sur l’ensemble de son corps afin que celle-ci prenne tous les éléments négatifs de la personne et chacun laisse son empreinte de la main sur la boule. Toutes les boules sont ramassées et réunies autour d’une effigie en tsampa à forme humaine dans un récipient. Cette effigie symbolise le mal et va effectuer un grand voyage en emportant ces boules de tsampa contenant les aspects négatifs de l’année passée et les restants de la soupe en guise de repas. Un jeune membre de la famille se charge de sortir et de déposer l’ensemble (effigie + boules + restants de nourriture) à l’extérieur de la demeure au croisement des chemins. Ainsi, les forces négatives accumulées au cours de l’année sont expédiées au loin.
Les festivités de la période du Losar peuvent se diviser en deux parties : les festivités institutionnalisées et les festivités populaires.

Festivités institutionnalisées

Parmi les festivités institutionnalisées, les plus connues sont celles organisées au niveau du gouvernement tibétain et notamment, dans le palais du Potala autour de Sa Sainteté le Dalaï Lama, chef spirituel et temporel du peuple tibétain.

La célébration du jour de l’an au Potala est connue sous le nom de Lama Losar qui signifie le nouvel an des Lama, car l’essentiel des activités de la journée est consacrée aux affaires religieuses. C’est ce jour-là que les grands dignitaires des différentes traditions monastiques viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté.

Sa Sainteté et les officiels se réveillent vers deux heures du matin au son de la musique de la Cour dite Musique des Réveils (Shengda) du Losar.

Sur les toits du Potala se tient, en présence de Sa Sainteté, une importante cérémonie de rituel de prière dédiée à la déesse Palden Lhamo. Cette cérémonie conduite par les moines du monastère de Namgyal consiste à remercier la déesse Palden Lhamo d’avoir protégé le pays et l’État tibétains dans le passé et à l’invoquer afin qu’elle renouvelle sa protection pour l’année qui commence. Rappelons que la cérémonie se perpétue toujours en exil à Dharamsala en Inde du nord où réside Sa Sainteté et siège le gouvernement tibétain.

Pendant la journée, la cérémonie la plus importante a lieu dans la grande salle appelée Sishi Phuntsok (Assemblée du bien spirituel et matériel) en présence de tout le corps du gouvernement tibétain. Les dignitaires des grands monastères viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté en présentant les trois supports de mandala : le corps, la parole et l’esprit symbolisés par une statue, un texte et un stupa. Le gouvernement tibétain leur offre du thé salé baratté au beurre et du Drésil (une préparation à base de potentille avec du riz et du raisin secs), du Tchémar et des repas.

Le deuxième jour est consacré aux affaires temporelles. Le déroulement des cérémonies est le même, mais les invités principaux sont des dignitaires laïcs. C’est pourquoi le deuxième jour est appelé Gyalpo Losar (nouvel an du Roi). Par ailleurs, il souligne que Sa Sainteté détient non seulement le pouvoir spirituel, mais aussi le pouvoir temporel. Ce jour là, les dignitaires du gouvernement tibétain en commençant par le Kashag (Cabinet des ministres) et les représentants du corps diplomatique des pays étrangers en poste à Lhassa viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté.

Le troisième jour est essentiellement consacré aux prières de suppliques aux dieux gardiens du Tibet, en particulier, à la déesse Palden Lhamo.
Selon la tradition, ces prières de suppliques sont exécutées par la communauté du monastère de Namgyal en présence de deux tuteurs de Sa Sainteté. A l’issue de cette cérémonie, une divination concernant l’avenir du Tibet en général et de la nation tibétaine en particulier a lieu devant la statue de la déesse Palden Lhamo, qui se trouve dans l’appartement privé du Dalaï Lama. Le même jour, une délégation gouvernementale se rend au monastère de Nechung, siège de l’Oracle d’État du même nom, afin de le prier et demander des prédictions pour l’avenir du pays pour la nouvelle année.

Un grand mât de drapeaux de prières appelé Gaden Darchen qui se trouve dans le Barkor est dressé avec des drapeaux de prières tout neufs. Celui-ci a un lien symbolique tout particulier avec l’institution politique et divine des Dalaï Lamas.

Festivités populaires

A l’aube du jour de l’an, toute la population de Lhassa est réveillée par des conteurs, appelés Drékar, porteurs de bon augure. L’homme porte un masque blanc en feutre avec une barbe blanche et un bâton à la main. Il chante en disant "Je viens de l’est, du paradis de Dorjé Sempa"... et en même temps, il danse. Il est considéré auspicieux de l’avoir à la porte le matin même du jour de l’an et la tradition veut que la famille lui offre des gâteaux et un bon repas.
Peut-on le comparer avec le Père Noël ?

Tôt le matin, tous les membres de la famille portent des habits neufs et se réunissent dans la pièce principale de la maison. La maîtresse de maison présente alors ses voeux à chaque membre de la famille en offrant le Tchémar et le Changphu tout en prononçant les voeux de "Tashi Délég Phunsourn Tsog", ce qui veut dire bonheur, santé et que toutes les bonnes choses soient réunies pour la nouvelle année. On sert du Changkhoel, (Chang chaud mélangé avec de la Tsampa et du fromage), du thé au beurre, des Khabsé (beignets tibétains) et du Drésil.

Devant l’autel de chaque foyer tibétain sont dressés des éléments d’offrandes : un monticule de Khabsé (Derga), de fruits et de jeunes pousses d’orge, dans un pot, symbolisant une bonne récolte et la fertilité (Lophu) ; une tête de mouton en Tsampa ou en beurre symbolisant la chance et la fortune ; le Tchémar, mélange de Tsampa et de beurre présenté dans un récipient en bois sculpté et peint symbolisant une bonne récolte de produits céréaliers et pastoraux ; Changphu, premier cru de bière d’orge et de l’eau dans un récipient symbolise la lignée ininterrompue de la famille comme une source qui coule sans interruption. Briques de thé, morceaux de sel et autres produits céréaliers et pastoraux sont aussi présents.

La matinée est consacrée aux prières et l’après midi aux réjouissances : jouer aux dés tibétains (sho), écouter et chanter l’Épopée de Gésar de Ling, chanter, danser, jouer de la musique et boire du Chang, etc.

A partir du deuxième jour, on va chez les uns et les autres pour échanger les voeux en présentant le Tchémar et le Changphu et en offrant les Khabsé.

Le matin du troisième jour est consacré à l’implantation des drapeaux de prières (Loungta) sur le toit de la maison et à la cérémonie de la fumigation en brûlant le genévrier. Ce rituel de fumigation et les prières sont adressés aux dieux protecteurs du foyer (Khyim lha), dieux du sol (Shi dag), dieux du pays (Yul Lha) et dieux du lieu de la naissance (Kyé Lha).

De la même façon le rituel de fumigation a lieu sur la montagne, au bord de la rivière et au bord du lac pour supplier les dieux de ces lieux.

Mönlam Chenmo

Les festivités du Nouvel an ne s’arrêtent pas là. Car la fête de la Grande Prière (Mönlam Chenmo) à Lhassa instauré par le Maître Tsongkhapa en 1409, a lieu pendant le premier mois de la nouvelle année tibétaine.
Cette fête religieuse commémore la victoire du Bouddha historique sur les six hérétiques à Sravasti en Inde. D’après les textes religieux, le Bouddha a dû s’appuyer sur des exploits miraculeux pour démontrer la véracité de son Enseignement aux six maîtres des écoles non-bouddhiques de l’Inde. A cette occasion, le Maître Tsongkhapa a offert une couronne de joyaux en formant les voeux de bonheur pour tous les êtres, à la statue du Bouddha Shakya Mouni, qui se trouve dans le Jokhang, le temple principal de Lhassa.

La fête de la Grande Prière commence le troisième jour du Nouvel an et dure trois semaines. Elle rassemble plus de vingt mille moines essentiellement de trois grandes universités monastiques : Ganden, Séra et Drépoung, et d’autres monastères proches de Lhassa. Pendant cette fête, la loi monastique est appliquée dans l’ensemble de la ville de Lhassa. L’application de cette loi est confiée aux autorités monastiques de Drépoung selon un code de la loi monastique nommée Chayig, établi par le 5ème Dalaï Lama Ngawang Lobsang Gyatso en 1662.

L’une des caractéristiques du Mönlam Chenmo est l’organisation des grands débats philosophiques. Seize Guéshé, docteurs en philosophie bouddhique - les plus érudits, passent leurs examens pendant cette fête, devant des milliers de moines. Les sujets d’examen portent sur les cinq connaissances philosophiques bouddhiques : la logique (tsé ma), la perfection de la sagesse (phar chin), la voie du milieu (ou ma), la métaphysique (ngon pa) et la discipline monastique (dul va).
Les examens se déroulent sous forme de débats utilisant la technique du syllogisme codifié, difficile à comprendre pour les non-initiés. Ceux qui réussissent l’examen obtiennent le titre de Guéshé Lharampa, titre correspondant au Doctorat de philosophie bouddhique.

Le quinzième jour marque le véritable Jour de la Grande Prière commémorant la victoire du Bouddha historique sur les hérétiques et cela donne lieu à une grande cérémonie d’offrandes avec des Tormas gigantesques sculptées en beurre coloré et exposées dans le Barkor, le chemin circulaire autour du Jokhang. Le Dalaï Lama et les membres de son gouvernement assistent à la cérémonie. La population de Lhassa et les pèlerins se bousculent pour admirer les Tormas et recevoir leur bénédiction. Cela donne lieu à des spectacles de chants et de danses considérés comme offrandes.

Le vingt-quatrième jour marque la cérémonie de purification et d’exorcisme dirigé par le monastère de Namgyal et le collège tantrique de Drépoung. Cette cérémonie est appelée Moenlam Torgyag. Des Torma géantes sont brûlées à Loubouk dans le quartier sud de Lhassa en guise d’exorcisme. Nechung, l’oracle d’État et sa suite, ainsi que tout un corps d’armée tibétaine vêtu d’un costume militaire ancien et portant des armes anciennes, participent à la cérémonie.

Le vingt-cinquième jour marque la fin de la fête de Grande Prière. On sort du Jokhang la statue de Maitreya, le Bouddha du futur, et la transporte en procession dans le Barkor, le chemin circulaire autour du Jokhang pour donner la bénédiction à la population. La symbolique de cette procession est de faire venir rapidement l’ère ou le Kalpa de Maitreya, le prochain Bouddha historique.

Car, selon la cosmologie bouddhique, une période de régénérescence extrême suivra le Kalpa actuel du Bouddha Shakya Mouni, durant laquelle l’espérance de vie humaine ne dépassera que dix ans au maximum. Afin de remplacer cette ère négative par celle du Maitreya, de nombreux événements auspicieux sont organisés. Par exemple, une course entre cavaliers vers la statue de Maitreya symbolise la rencontre du monde humain et de celui des animaux avec le prochain Bouddha.

Ngawang DAKPA
Professeur à l’INALCO

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 11:58

Tibet-Info.net

mercredi 6 février 2013 par Rédaction , Monique Dorizon

Les autorités chinoises de la région de Rebkong [1], ont arrêté un oncle de Dorjee Lhundup, fermier tibétain qui s’est immolé par le feu en signe de protestation contre la domination chinoise en novembre 2012 [2].

Selon Sonam, Tibétain vivant en exil en Suisse, "Yarphel, 42 ans, et Drayang, deux moines du monastère de Yershong à Rebkong, ont été convoqués par les autorités locales chinoises au poste de police local le 2 février (2013)".

"Après de longues heures d’interrogatoire, les autorités chinoises ont détenu Yarphel, oncle de Dorjee Lhundrup, et renvoyé Drayang, qui est chroniquement malade", dit Sonam citant des sources de la région. "Yarphel est actuellement détenu à la prison locale et devrait être bientôt condamné".
La même source a déclaré à Phayul que tous les deux ont été convoqués et interrogés pour leur rôle lors des funérailles de Dorjee Lhundup.

Selon le Centre Tibétain pour les Droits de l’Homme et de la Démocratie (TCHRD), basé à Dharamsala en Inde, les deux moines ont été accusés de "se livrer à des activités illégales" telles que porter des portraits de Sa Sainteté le Dalaï Lama et de Dorjee Lhundrup lors d’une procession non-violente, lorsque les moines et laïcs tibétains ont porté les cendres de Lhundrup Dorjee dans son village natal.
"Lors de la procession, Yarphel portait une photo de Dorjee Lhundrup et Rabyang un portrait de Sa Sainteté le Dalaï Lama", rapporte le TCHRD.
"La détention des moines a suscité d’énormes inquiétudes au sein des familles des moines", selon des sources citées par le TCHRD.

Source : Phayul, TCHRD, 4 février 2013.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
[1] Rebkong (Tongren ou 同仁县 en chinois), est situé dans la "Préfecture Autonome Tibétaine de Huangnan (Malho en tibétain)", région tibétaine de l’Amdo et dans l’actuelle province chinoise du Qinghai. Localiser Rebkong (Tongren ou Huangnan) sur cette carte.
Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Immolations
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:25


Phayul. Vendredi 1er Février 2013.

DHARAMSALA, 1er Février : La Chine a condamné six Tibétains à de lourdes peines d'emprisonnement allant au delà de 12ans, pour avoir aidé à sauver un Tibétain immolé, afin que celui ci ne tombe pas dans les mains des officiels chinois.
" La Cour du Peuple du comté de Xiahe, a prononcé la sentence le 31 janvier, date à laquelle la Cour de Justice chinoise de Ngaba, à l'est du Tibet, condamnait à mort Lobsang Künchog, avec 2 ans de sursis, pour avoir "incité des Tibétains à s'immoler" et Lobsang Tséring, condamné à 10 ans de prison.



La Cour de Sangchu, a condamné Péma Dhondup à 12 ans d'emprisonnement, Kalsang Gyantso à 11ans de prison, Lhamo Dhondup à 7ans, et une femme, Péma Tso, à 8 ans de prison, pour homicide volontaire.

Selon l'agence d'état chinoise, Xinhua, deux autres Tibétains, Dugkar Gyal et une femme, Yangmo Kyi, ont été reconnus coupables de "chercher querelle et de provoquer des troubles", et sont condamnés respectivement à 4 et 3 ans de prison .

Ces condamnations de Tibétains sont en rapport avec les immolations de Dorjee Rinchen, 57ans, qui s'est immolé par le feu, dans la région de Sangchu, à l'est du Tibet, le 23 octobre 2012.
Il procéda à son immolation près du centre local de recrutement PLA, à Labrang, et succomba à ses blessures sur le lieu même.
Cependant, Xinhua, dans son rapport officiel informe que Dorjee Rinchen s'est immolé "près d'un centre commercial", tout en omettant volontairement de fournir les raisons de cette protestation extrême.

A la suite des condamnations prononcées par la Cour de Justice, l'Administration Centrale, faisait remarquer que "manifester la plus profonde tristesse pour la perte d'un être cher et partager ce genre de nouvelles entre les familles, pouvait conduire à des poursuites judiciaires, puisque ces personnes seraient considérées comme des criminels."

" Ceci et d'autres formes d'attitudes violentes et brutales, rendent compte assez clairement des mesures draconiennes adoptées par les dirigeants chinois, ainsi que tous les moyens employés pour terroriser, les condamnations pour "crime" et les procédures judiciaires excessives, mènent à cibler les familles et leurs amis, répertoriés pour avoir eu un lien quelconque avec ceux qui se sont immolés" nous informe l'Administration Tibétaine en Exil.

Aujourd'hui, le groupe des Droits de l'homme basé à Dharamsala, le "Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie"- TCHRD- annonce que les condamnations prononcées par la cour de Justice, se présentent en toile de fond, révélant "d'impitoyables et cruelles mesures de répression qui frappent les manifestations d'immolation par le feu, ainsi que des arrestations arbitraires, des détentions, des intimidations de toutes sortes, des corruptions par l'argent et des condamnations d'emprisonnement de longue durée."

L' ONG tibétaine des droits de l'Homme a mis en exergue les accusations de crime estimées par rapport aux immolations, proférées par la Chine comme étant des "actes criminels" et des "actes hautement condamnables", on constate alors la perversion notoire du système judiciaire dans ses décisions des condamnations, afin de satisfaire des objectifs politiques.

Plus tard, le TCHRD fait remarquer que "le système judiciaire chinois est fortement orienté politiquement et qu'il permet au gouvernement et aux officiels du Parti de s'immiscer dans des cas jugés très sensibles, politiquement.
"Le groupe des Droits de l'Homme affirme que le "gouvernement chinois doit, très sérieusement, faire connaître les causes réelles de toutes ces immolations ; il lui faudra admettre franchement que ces manifestations d'immolations par le feu, sont en fait, la conséquence directe de cette politique destructive."

Bien loin d'avoir un effet dissuasif dans les décisions de s'immoler par le feu ou d'endommager la réputation de "la clique du Dalaï Lama", de telles condamnations arbitraires et parfaitement injustes,vont seulement avoir pour résultat d'aggraver la situation, déjà très explosive, au Tibet.

Traduction-"ani sherab zangmo", pour France Tibet, 1er février 2013

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo