Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:58

FRANCE TIBET


Témoignage de Mme Phuntsog Nyidron SANASHIGA, ancienne prisonnière politique tibétaine et lauréate du Prix Reebok des droits de l'Homme en 1995, lors du 2ème Sommet de Genève sur les Droits de l'Homme, la tolérance et la démocratie qui s'est tenue au Centre International de conférences de Genève, le 8 mars 2010.


Mon nom est Phuntsok Nyidron. Je suis née en 1970 à Phenpo, dans un petit village près de Lhassa, la capitale du Tibet, dans une famille ordinaire de paysans. Je n'ai pas eu l'occasion d'aller à l'école car j'appartenais à une famille qui avait été mise sur liste noire par les autorités chinoises lors de la Révolution Culturelle de 1966 - 1976. Avec le consentement de mes parents, je suis rentrée au monastère de Néo Chung Ri à l'âge de 17 ans.

Je suis heureuse et honorée d'être ici aujourd'hui, devant ce rassemblement mondial, pour témoigner au sujet de l'épreuve de 15 ans d'emprisonnement que j'ai enduré sous le régime communiste chinois au Tibet occupé. En fait, ma condamnation était de 17 ans.

Mesdames et Messieurs, permettez-moi d'exprimer mes sincères remerciements aux organisateurs pour m'avoir donné cette occasion d'étendre ma solidarité à tous les prisonniers politiques du monde entier. Le Tibet est toujours sous occupation communiste chinoise depuis 1959.

Vous devez tous vous demander comment j'ai quitté le Tibet alors que le gouvernement chinois impose des restrictions sur les dissidents de se rendre à l'étranger. Grâce à l'appui des communautés internationales et des Gouvernements, le 15 mars 2006, le gouvernement chinois m'a permis de partir pour les Etats-Unis pour des raisons médicales. Je suis reconnaissante au Gouvernement des États-Unis et des communautés internationales. J'ai reçu un traitement médical aux Etats-Unis pendant plusieurs mois, puis je suis partie m''installer en Suisse où j'ai obtenu l'asile politique.

Mesdames et Messieurs, durant le Nouvel an tibétain en 1989, accompagnée de huit compatriotes religieuses avons crié et distribué des tracts à Lhassa Bakor et nous scandions "Vive le Dalaï Lama", "Tibet libre" ou "Chinois, sortez du Tibet." Plusieurs femmes tibétaines âgées priaient autour du Barkor; elles nous ont conseillé de quitter la place, nous avons échapper de justesse à l'arrestation par la police chinoise. Je me suis rendue à nouveau à Lhassa avec mes compatriotes, alors que la capitale était sous loi martiale, pour acheter des matériaux de construction pour notre couvent qui était en rénovation. A Lhassa, nous avons remarqué que les Tibétains brûlaient de l'encens pour exprimer leur joie à la veille de l'attribution du prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le Dalaï Lama. Nous avons été extrêmement heureuses d'entendre ces nouvelles. A notre retour au monastère, nous avons été accueillies à mi-chemin par nos compatriotes religieuses. Après avoir partagé cette information avec elles, elles étaient tellement heureuses que nous avons unanimement décidé de manifester notre joie, comme venait de le faire le peuple tibétain à Lhassa. Le jour suivant, avec cinq autres religieuses nous sommes parties à Lhassa pour manifester. Étant donné que la police chinoise vérifiait si les gens entraient dans le Barkor en groupe, nous avons décidé de former trois groupes et avions convenu de nous rencontrer dans un magasin chinois de photo à l'intérieur du Barkor. Nous avons appris que la police chinoise, habillée en tenue civile, nous avait suivi. Afin d'éviter d'être arrêtées avant de manifester, sans attendre le dernier groupe, quatre d'entre nous ont commencé à crier « Vive le Dalaï Lama " et "Free Tibet". Dans les minutes qui ont suivi, la Police Populaire Armée ( PAP) et la Police de la Sécurité Locale sont venues nous arrêter. Deux autres nonnes sont arrivées et ont crié elles aussi les mêmes slogans. Elles ont également été arrêtées par le PAP et la Police Locale de Sécurité. Par hasard, nous avons été mises dans la prison de Gutsa.

Deux gardiens de prison nous ont emmenées pour être interrogées individuellement. Ils nous ont demandé qui nous avait envoyées et qui étaient les instigateurs appartenant à la clique du Dalaï Lama. J'ai répondu que j'avais agi seule et que personne ne m'avait incitée. Je n'avais jamais rencontré le Dalaï Lama dans ma vie. Le gardien m'a nouveau demandé si mon professeur était derrière tout ça. J'ai répondu que l'enseignant ne saurait égarer ses disciples. Puis, la garde m'a demandé qui était le chef du réseau? J'ai pris la responsabilité et j'ai donc été condamnée à une peine de 9 ans d'emprisonnement.

Mesdames et Messieurs, je veux partager avec vous ce qu'est une journée typique de coups et de tortures en prison. Mon bras droit a été placé de force par dessus mon épaule droite et menotté au bras gauche derrière le dos. Un gardien s'est mis debout sur sa table et m'a tiré plusieurs fois par les menottes. Après m'avoir détachée je ne sentais plus mes mains. Depuis, je ne peux plus tenir d' objets lourds. Ils m'ont également planté dans les doigts une aiguille pour machine à coudre les chaussures; ils m'ont mis une matraque électrique dans la bouche et m'ont écrasé des cigarettes allumées sur le visage. Pire encore, ils ont enroulé autour de mes doigts des fils électriques ce qui a fait trembler tout mon corps comme une épileptique et je suis alors devenue inconsciente. Les gardiens m'ont jeté ensuite de l'eau froide sur le visage pour me réveiller. Dès que j'ai repris conscience, je ne sentais plus rien seulement de la mousse dans ma bouche. Ce jour-là pas une goutte d'eau ou de nourriture ne m'a été donnée.
Mesdames et Messieurs, en 1992, nous avons crié toute la nuit pour réclamer la libération de trois détenues de la prison qui avaient été mises en isolement. Lorsque des détenues ont vu que d'autres prisonnières, en l'occurrence nous, étaient en train de se faire battre par des policiers armés, elles ont crié par les fenêtres. Le PAP a alors arrêté de nous battre. Le rein d'une religieuse a été endommagé et une autre a eu la jambe cassée.

En 1993, avec 13 autres prisonnières politiques nous avons secrètement enregistré dans la prison des chants à la louange de Sa Sainteté le Dalaï Lama et évoquant la situation des prisonniers politiques. Pour cet enregistrement ma peine d'emprisonnement a été prolongée par huit autres années, ma peine totale était alors de 17 ans. A travers ces chansons, nous voulions aussi communiquer à nos familles que nos esprits n'avaient pas été brisés. En prison, le traitement médical était systématiquement refusé à tous les prisonniers politiques. Par exemple, une de mes compagnes prisonnières est morte en 1995 parce que les autorités chinoises n'ont pas voulu lui fournir des soins médicaux immédiats.

La situation est devenue physiquement et moralement intolérable pour nous à cause des sévices que nous subissions et des exercices militaires que la Police de l'Armée Populaire nous faisait accomplir, nous étions plongées dans un désespoir total, nous avons donc fait la grève de la faim pour mettre fin à cette pratique. Après quatre jours et demi, nous avons arrêté la grève de la faim parce que le PAP a adhéré à notre demande. Toutefois, ils n'ont pas tenu leurs promesses et ont recommencé à nous battre après plusieurs jours.

Traduction France Tibet, 28 mars


Mesdames et Messieurs, en mai 1998, cinq nonnes sont mortes des suites de coups et des tortures qu'elles ont subi dans la prison de Drapchi. Les autorités chinoises n'ont jusqu'à présent fourni aucun compte rendu complet de la façon dont les cinq religieuses sont mortes.

Nous étions gardées dans la prison de Drapchi où 12 prisonnières vivent dans une seule pièce, y dorment et partagent un petit WC. Étant donné la taille des toilettes et le nombre d'utilisateurs, il est vite bouché et il n'y a pas d'autres toilettes disponible à moins que ''l'Autorité'' ne les changent. Celles qui avaient besoin d'aller aux toilettes étaient contraintes de se retenir ce qui était considéré comme pire et plus difficile que de se faire battre par la police. En prison tout le monde recevait un petit tabouret sur lequel on devait rester pendant la journée entière sans être autorisées à utiliser le lit pour se reposer. Mes fesses ont été blessées à force de m'asseoir sur ce tabouret. Je porte encore les cicatrices.

Mesdames et Messieurs, tous les jours nous étions obligées de tricoter des pulls en laine soit avec un petit rouleau de fil de laine fine ou un gros rouleau de fil de laine, assises sur ce tabouret de bois. Les visites des familles étaient annulées pour toutes celles qui ne remplissaient pas leur quota. Les autorités chinoises considèrent le prisonnier politique comme étant un dangereux criminel. Les autorités chinoises ne donnent aucun droit au prisonnier politique, tels qu'ils sont pourtant garantis dans les lois. Par exemple, les prisonniers ont normalement le droit de rencontrer jusqu'à trois membres de leur famille alors que le prisonnier politique ne peut rencontrer qu'un membre de sa famille dans le mois. Parfois les autorités annulent cette seule réunion mensuelle de prisonniers politiques sans donner de raison. Les prisonniers politiques sont privés de l'apprentissage de compétences et de certaines formations.


Quand j'ai fui le Tibet, j'ai entendu que les autorités chinoises avaient affirmé avoir garanti de nombreux droits aux détenus. La loi chinoise sur les prisons, promulguée en 1994 ", stipule expressément que les détenus ont un droit à l'immunité contre les châtiments corporels et les abus, le droit de faire appel, le droit de communication, le droit de rencontrer des membres de leur famille et des parents, un droit à l'éducation, ...., et le droit de recevoir un traitement médical, ils jouissent de droits égaux avec les autres citoyens lors de leur libération après avoir terminé leur peine. "

À cet égard, en tant qu'ancienne prisonnière politique, je peux dire que lesTibétains prisonniers politiques ne jouissent d'aucun des droits susmentionnés, même aujourd'hui. En ce qui concerne la jouissance de droits égaux après avoir été libérée, je n'étais même pas autorisée à retourner dans mon monastère pour poursuivre ma vocation religieuse. En fait, les anciens prisonniers politiques doivent cacher leur passé pour chercher un emploi ou d'autres opportunités dans la société.


Mesdames et Messieurs, en Février 2004, j'ai été soudainement libérée de prison mais je suis restée sous la surveillance constante de deux policiers à mon domicile. Un jour les autorités chinoises m'ont emmenée pour que je rencontre des délégations étrangères, dont le président du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire et de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale. Cependant, au moment de ces rencontres, je n'avais aucune conscience claire de qui ces gens pouvaient être ou de leur travail. Je n'ai compris l'importance de ces visites seulement après mon arrivée aux États-Unis.


En ce qui concerne mon état de santé, je prends régulièrement des médicaments anti-douleur pour des maux de tête, de reins, du genou et des mains en raison des graves tortures que j'ai subies. Même le médecin ne peut pas diagnostiquer tous mes problèmes de santé. Je tombe notamment dans des dépressions et ne peut pas supporter d'entendre des nouvelles choquantes sur des arrestations, la détention et la torture. Je ne me sens jamais heureuse, même si je vis dans un pays libre et démocratique. J'ai toujours tendance à penser à la situation de mes compatriotes détenus et à leurs souffrances.

Après toutes ces années en prison, je dois ma liberté en premier lieu à la grâce de Sa Sainteté le Dalaï Lama mais aussi aux Gouvernements, aux Parlements, aux ONG et Institutions des Droits de l'Homme des Nations Unies qui ont montré leur préoccupation pour les prisonniers politiques tibétains en faisant pression sur le Gouvernement chinois. Je leur en suis toujours reconnaissante, à chacun d'eux.

Enfin, étant donnée la situation épouvantable des Droits de l'Homme au Tibet, je vous supplie de continuer de donner votre soutien à la juste cause du peuple tibétain.

Je vous remercie encore une fois.

You can watch her speaking on this given below links:

http://www.youtube.com/watchv=I0nG8ERpOMk&feature=PlayList&p=05F4724E52D0BD6E&index=59

Partager cet article

Repost 0
Published by Briançon05-urgence.tibet - dans Général
commenter cet article

commentaires

Livres Editions GAT CONCEPT

 

NOUVEAUTÉ 

 

Les livres des Editions GAT CONCEPT sont en vente auprès de notre association.

Pour toute commande nous laisser un mail via le  formulaire contact  du blog.  

Calligraphies-Cover.jpg

calligraphies-tibetaines-.BACK.jpg

 

Spiti-cover.jpg

Spiti.BACK.jpg

 

 

marrakech.jpg

Campagne de Parrainage de communes du Tibet

CAMPAGNE  PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET :

  http://www.parrainages-villes-tibet.org/

 

Pour télécharger le dossier :

 

http://www.parrainages-villes-tibet.org/le-dossier-parrainages/

 

 

CAMPAGNE DE PARRAINAGE DE COMMUNES DU TIBET
PAR DES MUNICIPALITÉS EUROPEENNES

 

10995334_1030098670337228_8328647903395292802_n.jpg


ASSOCIATIONFRANCE-TIBET

Campagne« Parrainage de communes du Tibet »

13 le débucher 28260 ANET

Tél.06.75.66.24.51.

pascal.daut@live.fr

http://www.tibet.fr/pdf/Parrainage%20de%20communes%20du%20Tibet%20doc0.pdf

    

Liste des communes actualisée 

Campagne de “Parrainage de Communes du Tibet”
Objectif: Préserver le riche Héritage Culturel des Tibétains.

 

 

1-Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse

2-Beckerich - Luxembourg- Camille Gira / Gyama 

3-Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang

4-Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling

5-Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze 

6-Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo

7-Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri 

8-Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung

9-Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri

10-Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha

11-Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye

12-Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser

13-Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong

14-L'Argentière-la-Bessée(05120) - JoëlGiraud/ Shethongmon

15-Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / TsangLukner Shakar

16-St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo

17-Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk

18-Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa

19–Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/  Gyantse

20- Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok

21- Valouse (26110) - Patrick Liévaux / ShagRongpo

22- Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari 

23– Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda

24– La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang

25-Soulom(65260) - Xavier Macias / Chongye

26- Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol

27-Merville(59660) - Jacques Parent /Dzogang

28- Mourenx (64150) - DavidHabib/ Tsona

29– Lavaur (81500) -BernardCarayon / Shigatse

30– Izeure (21110) -Catherine Lanterne /Yubeng

31-Artiguelouve(64230) -  Éline Gosset / Nyethang

32- Digne-Les-Bains(04000) - SergeGloaguen/Kumbum

33- Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne / Narthang

34- Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé

35– Bourbourg(59630)- FrancisBassemon / Shalu

36- Gensac-sur-Garonne(31310)- Henri Devic / Gadong

37- Bax(31310) - Philippe Bedel/ Rong

38- Carbonne(31390) - Guy Hellé/ Nagartse

39–Epinac(71360)- Jean-François Nicolas / Sakya

40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari

41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa

42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche

43– Sciez (74140) -Jean-LucBidal / Gyalthang

44– Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung

45– Nieppe(59850) -MichelVandevoorde / Tsongdu(Nyalam)

46– Montbéliard(25200) - JacquesHélias / Kharta

47– Marzens(81500) -DidierJeanjean / Nagchu

48– Vitrolles(13127) - LoïcGachon / Tsethang-YumbuLakhang

49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / KhymZhi Shang

50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / TashiDorje – Jhado/ Lac Namso

51–Ussel (46240)-Jean-Paul David / Rumbu

52-Sembrancher(1933) – Suisse- Bernard Giovanola / Rongbuk

53– Beurizot(21350) - Hugues Baudvin /Yerpa

54–Mailholas(31310)- Gérard Carrère / Dorjeling

55– Briançon(05100)- GérardFromm /Pelyul

56– Hondschoote(59122) - Hervé Saison / Markham

57– Aiguefonde(81200) – Vincent Garel / Nyemo

58– Vers sur Selle (80480)- Thierry Demoury / Dechen

59-Bennwihr (68690) – Richard Fuchs /Chamdo

60-– St Valéry sur Somme(80230)- Stéphane Haussoulier / Sera

61-Corby- Angleterre-JeanAddison / Rigul

62– Billere (64140)- Jean-Yves lalanne / Surmang

63-Marcq en Yvelines (78770)- Pierre Souin/ Drigung

 
De nombreuses autres Municipalités ont aussi été contactées par les Membres des Groupes Tibet du Parlement(189 députés) et du Sénat(67 sénateurs) et par la plupart des Membres des Groupes de Soutien au Tibet… Suite à cette mobilisation, nous espérons de nombreuses autres Municipalités !

 58 Associations Internationales de Soutien auTibet ont déjà adhéré à cette campagne;
Passeport Tibétain(Essert-90), Montagne du Bonheur(Paris-75), Briançon-05 Urgence-Tibet, France-Tibet
National, Collectif Tibet-Dunkerque(59), Maison des Himalayas(Gonnehem-62), France-Tibet-Île de la
réunion(974), Association Provence-Himalaya(Vitrolles-13), Nos Amis de l’Himalaya(Bordeaux-33), France-
Tibet / Nord-Pas de Calais(Lille-59), Aide et Espoir pour le Monde Tibétain(Amiens-80), SOS Tibet(Lyon-69),
Culture en Exil(Nantes-44), Lotus Himalaya(Maubeuge-59), Corse-Tibet(Porto Vecchio-20), Liberté au
Tibet(Sélestat-67), Objectif Tibet(Sciez-74), France-Tibet Maine/Anjou(Angers-49), Alliance Tibet-
Chine(Paris-75), Lions des Neiges(Lyon-69), Tibet-Languedoc(Nîmes-30), Drôme Ardèche – Tibet(Valence-
26), Jamtse Thundel(Gras-07), Tibet, Vallée de La dröme(Crest-07), ART (Aide aux Réfugiés
Tibétains)(Grenoble-38), Association des Elus Verts Pour le Tibet(Paris-75), Espoir pour le Tibet(Vannes-56),
Don et Action pour le Tibet(Yvry Sur Seine-94), Collectif Action-Tibet-vérité(Marzens-81), Institut Vajra
Yogini(Marzens-81)- Autodétermination Tibet(Rabat les Trois Seigneurs-09), Association Falun
Gong(Bordeaux-33), Rencontres Tibétaines(Toulouse-31), Matchik Labdreun(Marseille-13), Tibet-
Normandie(Rouen-76), APACT(Pau-64), Tutti Frutti International(Villeneuve d’Ascq-59), France-Tibet-Isère,
Association Amitié Suisse-Tibet(AAST), Gesellschaft Schweizerisch-Tibetische- (Suisse), Tibetet Support
Association - (Hongrie), Tibetan Programme of the Other Space Foundation - (Pologne), Casa del Tibet -
(Espagne), Svensk Tibet Komitten - (Suède), Tibet Support Group-Ireland., Les Amis du Tibet – Luxembourg,
Friends of Tibet India(Delhi), La Casa Del Tibet di Votigno di Canossa(Italy), Tibet Initiative Deutschland
e.v.(Germany), PTC – Pro Tibet Culture(Chili), Tibet Patria Libre(Uruguay), Casa Tibet Mexico(Mexico),
Ganasamannay, Kolkata(India), Costa Rica-Tibet(Costa-Rica), fundacion Tashi delek(spain), Kasakhstan-
Tibet(Kasakhstan), Panama-Tibet(Panama), Tibet-Thaïland(Thailand)


NB :Le travail engagé par notre ami Francis se poursuit : c'est Pascal Dautancourt qui se chargera désormais du suivi des demandes et propositions des communes.
N' hésitez pas à solliciter vos élus en ce sens... et à entrer en contact avec Pascal:

ASSOCIATION FRANCE-TIBET 
Campagne « Parrainage de communes du Tibet » 
13 le débucher 28260 ANET
Tél.             06.75.66.24.51      .
Pascal.dautancourt@gmail.com

 

 

La campagne de parrainage continue. N'hésitez pas à solliciter votre Maire et à nous contacter si besoin. 

Archives

Qui sommes nous

Association pour la défense des Droits du Peuple Tibétain

drapeau-tibet-copie-3.gif

 

On ne se sert jamais plus d'un drapeau

que quand un peuple est opprimé

Lhamo Tso à Briançon

vidéo